Accueil » Actualités Running » Caster Semenya s’exprime sur la lutte contre la discrimination dans l’affaire qui l’oppose à World Athletics
Caster Semenya s'exprime sur la lutte contre la discrimination dans l'affaire qui l'oppose à World Athletics

Caster Semenya s’exprime sur la lutte contre la discrimination dans l’affaire qui l’oppose à World Athletics

6 minutes de lecture

La coureuse sud-africaine Caster Semenya, aujourd’hui âgée de 32 ans, lutte contre les étiquettes et la discrimination dans le monde de l’athlétisme depuis son ascension fulgurante, alors qu’elle n’avait que 18 ans.

En 2009, Semenya a participé à sa première grande compétition internationale, les championnats du monde d’athlétisme de Berlin.

À tout juste 18 ans, elle a remporté l’or au 800 m en 1:55.45, avec 2,45 secondes d’avance sur la deuxième place.

Sa victoire n’a cependant pas donné lieu à des célébrations, mais plutôt à des allégations et à des questions sur son sexe et son genre. De plus en plus de rumeurs accusent Semenya, compte tenu de ses performances, de sa musculature et de sa voix rauque.

La situation a donné lieu à une enquête de l’IAAF, et Semenya a été invitée à passer un test de genre pour confirmer qu’elle était bien une femme.

« Pour le moment, il faut accorder à l’athlète le bénéfice du doute », a déclaré Nick Davies, porte-parole de l’IAAF, à la BBC, « les rumeurs, les ragots commençaient à s’accumuler ».

Cette décision marque le début d’une bataille difficile pour Semenya, qui l’amènera des podiums mondiaux et olympiques à la Cour européenne des droits de l’homme.

Fuite de documents médicaux et règlements imposés par l’IAAF

Suite aux semaines de tests après les Championnats du Monde, deux documents médicaux ont été divulgués.

Les analyses de sang effectuées lors de son test de genre ont montré que Semenya avait trois fois plus de testostérone dans son corps qu’une femme moyenne.

En outre, son examen médical suggère que Semenya est intersexuée, c’est-à-dire qu’elle n’a pas d’utérus et qu’elle possède des organes sexuels internes masculins.

Semenya a finalement été diagnostiquée comme étant atteinte d’une différence de développement sexuel 46, XY, dont elle était porteuse à la naissance. Cette maladie entraîne l’expression de traits masculins et féminins et provoque un hyperandrogénisme, c’est-à-dire un taux de testostérone supérieur à celui de la femme typique.

A lire aussi :  Top 20 des meilleurs blogs de course à pied

Suite aux résultats du test de genre, Semenya n’a pas été autorisée à courir jusqu’à ce que l’IAAF se soit mise d’accord sur les conditions qui lui permettraient de concourir au niveau de l’élite.

Semenya a pu conserver sa première médaille d’or des Championnats du monde.

Ce n’est qu’en juillet 2010 que l’IAAF a posé des conditions à Semenya, mais les deux parties n’ont pas voulu les rendre publiques.

Semenya a révélé au Guardian qu’elle devait commencer à prendre des contraceptifs hormonaux à la fin de l’année 2009 pour réduire son taux de testostérone naturel à une concentration acceptée par l’IAAF.

Semenya a d’abord utilisé un gel, avant de passer à la pilule contraceptive, mais elle a déclaré qu’il s’agissait d’une expérience négative sur le plan physique et mental : « Je décrirais [les effets du médicament] comme suit : vous vivez chaque jour avec un corps endolori. Votre estomac brûle, vous avez des crises de panique, vous transpirez. C’était… c’était fou ».

Les contraceptifs hormonaux, qu’elle a pris de 2009 à 2015, lui ont fait perdre le moral, au point qu’elle avait parfois du mal à se lever. Mais Semenya a continué à les prendre malgré les ravages qu’ils faisaient sur son corps, car c’était le seul moyen d’apaiser l’IAAF et de rester éligible à la compétition.

« J’ai dû me sacrifier pour être la meilleure possible. Il y a eu des jours où j’ai vécu dans le noir. Des jours où je ne voulais pas me réveiller », a-t-elle déclaré au Guardian.

Semenya a continué à concourir de 2011 à 2015 tout en prenant des hormones.

Malgré une baisse de testostérone et de lourds effets secondaires, elle a continué à gagner. Elle a remporté des victoires importantes aux Jeux olympiques et aux championnats du monde.

Une affaire de droits de l’homme : Suisse contre Semenya
Après que l’IAAF a mis en place des règles interdisant à Semenya et à d’autres athlètes ayant naturellement un taux élevé de testostérone de participer à des compétitions, à moins qu’elle ne se soumette à une intervention médicale inutile, elle a porté l’affaire devant la Cour européenne des droits de l’homme.

A lire aussi :  Chine : Nouvel eldorado du marathon selon Eliud Kipchoge

La réglementation soumet les athlètes féminines à des critères d’éligibilité qui les obligent à se conformer à une norme subjective et qui sont incompatibles avec les droits de l’individu à l’intégrité corporelle et à la non-discrimination.

Dans un premier temps, Semenya a porté l’affaire devant le Tribunal arbitral du sport en 2019, mais elle a perdu. Elle a ensuite porté l’affaire devant le Tribunal fédéral, la plus haute juridiction suisse. Elle a également été déboutée, bien que le tribunal ait reconnu que les règlements violaient les droits de l’homme.

Bien que Semenya ait gagné son procès devant la Cour européenne des droits de l’homme, il n’y a aucune perspective immédiate qu’elle reprenne la compétition, car cette victoire lui permet seulement de poursuivre son action.

World Athletics a déclaré, après la victoire de Semenya, qu’elle encouragerait le gouvernement suisse à faire appel de la décision.

Bien qu’elle espère reprendre la compétition, la carrière athlétique de Semenya est toujours en suspens.

Poursuivre un combat difficile

Semenya a récemment publié des mémoires, « The Race to Be Myself » (La course pour être moi-même), dans lesquels elle offre un récit édifiant de sa vie, de sa carrière et de ses combats.

Pendant des années, Semenya a tourné autour du pot lorsqu’il s’agissait de questions relatives au sexe et au genre, mais elle tient à ce qu’une chose soit claire : elle est une femme.

« Je suis africaine, je suis une femme, je suis une femme différente. C’est le seul terme que je peux utiliser ».

Dans son autobiographie, elle raconte qu’elle est née de sexe féminin et qu’elle a grandi comme une fille. À la puberté, elle a remarqué qu’elle n’était pas comme les autres femmes de sa famille, mais elle savait que tout le monde était différent.

A lire aussi :  Record du monde du marathon de Kelvin Kiptum : Analyse de l'allure et des temps intermédiaires

« Dans ce monde, nous sommes tous différents. Nous ne devrions pas remettre en question notre apparence ou notre façon de parler ».

Alors que Semenya continue de mener un combat apparemment sans fin, elle déclare qu’il ne s’agit plus de gagner des médailles.

Elle affirme avoir réalisé tout ce qu’elle a toujours voulu dans la course à pied, et cela va au-delà de la piste.

C’est devenu une bataille contre la discrimination et une lutte pour ce qui est juste.

Nicolas Fondateur de Athlé expliqué

Qui est Nicolas ?

Lillois. 30 ans et 10 ans de pratique de la course à pied. Après avoir conseillé mes amis débutants, j’ai eu l’idée de créer un blog. En 2022, Athlé Expliqué a vu le jour pour vous apporter des réponses en vous donnant des conseils basés sur mes propres expériences.

Ce contenu vous a plu ? Il existe un moyen simple et symbolique pour m’encourager : offrez-moi un café. Cela me permettra de couvrir en partie les frais liés à la maintenance du site et le temps passé sur la rédaction des articles. Bien sûr, il y a des publicités sur Athlé Expliqué, mais pour le moment, ce n’est pas suffisant. Qui sait, un jour, je pourrai les enlever !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x