Accueil » Tests » Chaussures running » Nike Vaporfly Next% 3 : Test et avis
Test Nike Vaporfly 3 : Toujours la meilleure pour la compétition ?

Nike Vaporfly Next% 3 : Test et avis

18 minutes de lecture

Nike a récemment dévoilé la Vaporfly 3. Cette chaussure de running est visuellement différente de la ZoomX Vaporfly NEXT% et ZoomX Vaporfly NEXT% 2, une chaussure de running très appréciée des coureurs qui a été lancée en janvier 2021.

La Nike Vaporfly 3 est une chaussure pour laquelle vous avez probablement déjà pris une décision. Vous la voulez ou vous ne la voulez pas. Ce n’est pas en lisant un tas d’avis sur la chaussure que vous changerez d’avis.

Mais bon, vous êtes là, et c’est moi qui écris cette critique. Peut-être que tu veux savoir :

  • Qu’est-ce qui a changé dans la Nike Vaporfly 3 ?
  • La Nike Vaporfly 3 est-elle rapide ?

La réponse à la deuxième question est oui. La troisième version augmente la stabilité tout en étant plus légère. Nike modifie la géométrie de la semelle intermédiaire et élimine le poids là où il n’est pas essentiel. Nike affirme que le retour d’énergie est légèrement supérieur à celui des versions précédentes. Donc oui, elle est plus rapide et plus légère.

Caractéristiques techniques

  • Poids : 181 g chez les hommes et 164 g chez les femmes
  • Drop : 8 mm
  • Coût : 260€

Nike Vaporfly 3 : Nouvelle bombe du running ?

La « super chaussure originale » a été révisée. Voici comment elle se comporte après 4 mois d’entraînements et de compétitions. Regardez le peloton de tête de n’importe quel grand marathon et vous verrez que plus de 80% des coureurs ont des Vaporfly aux pieds. Même si Eliud Kipchoge a porté la Alphafly à 299,99 € pour franchir la barrière des deux heures, la plupart des coureurs – de la vague d’élite aux amateurs compétiteurs – se tournent vers la Vaporfly. Mais, lors des récents marathons Majors, la troisième version n’a été vue nulle part. Nous n’avons pas vu un seul prototype VF3 parmi les 10 premières chaussures franchissant la ligne d’arrivée du marathon de New York. Les élites sponsorisées par Nike chaussaient toujours la ZoomX Vaporfly Next% 2.

(Au 3 mars 2023, il n’y a toujours pas de « Vaporfly 3 » sur la liste des chaussures approuvées par World Athletics, mais il y a deux « chaussures de développement » de Nike surlignées en bleu qui ont été autorisées pour la compétition. Vous pouvez trouver la liste PDF sous la rubrique Manuals & Guidelines sur le site Web de World Athletics).

Mais à ce moment-là, j’avais déjà une paire de Vaporfly 3 à tester. La chaussure ne sera pas disponible à la vente avant mars 2023, mais j’ai eu la chaussure pendant près de quatre mois d’entraînement et de compétition, et je peux dire que la troisième itération est aussi réussie et rapide que les deux précédentes, tout en offrant une meilleure stabilité. Voyons ce qu’il y a de nouveau et comment elle se comporte.

Les composants Flypate et ZoomX offrent toutefois des performances éprouvées à la troisième mouture de la Vaporfly. La mousse la plus résistante de Nike reçoit une réduction géométrique pour aider à stabiliser les transitions des coureurs. De plus, la semelle intermédiaire ciselée offre un meilleur retour d’énergie ; un fil Flyknit léger – et non une maille tissée – recouvre la tige.

Nike Vaporfly 3 : Caractéristiques

  • Prix : 250€
  • Poids : 165 grammes chez les femmes et 198 grammes pour les hommes
  • Drop : 8 mm
  • Date de sortie : Mars 2023
  • Précédée par : Vaporfly 4%, Vaporfly Next%, Alphafly Next% 2
  • Technologie clé : Semelle intermédiaire ZoomX, Flyplate en fibre de carbone, tige Flyknit, semelle extérieure légère en caoutchouc.
  • En vente sur le site Nike : nike.com

La ZoomX Vaporfly 3 offre un mélange de couleurs pour toutes les préférences en matière de chaussures de course. Le look « Prototype » du modèle fait référence au processus de développement de la chaussure : le chiffre « 57 » sur la semelle intermédiaire rappelle le nombre d’itérations de la tige Flyknit testées par l’équipe, tandis que le numéro d’identification d’un testeur d’usure (20126-23) figure également sur l’amorti ZoomX.

Enfin, le drop-Swoosh rend hommage à la Vaporfly originale portée par Eliud Kipchoge, Lelisa Desisa et Zersenay Tadese lors d’un événement test de Breaking 2 en 2017. Selon Nike, la Vaporfly 3 pèse 198 g pour une pointure 44 pour hommes (165 g, taille 40 pour femmes). Le décalage entre le talon et l’avant-pied (drop) est de 8 mm avec une hauteur de plus de 40 mm. En outre, la traction en caoutchouc sous l’avant-pied a été réduite de 2 mm. Les testeurs, cependant, n’ont pas signalé de problèmes de durabilité avec ce changement.

A lire aussi :  Les meilleures chaussures de running On classées par avis client

Un bolide remodelé de A à Z

La troisième version de la Vaporfly est une nouveauté en soi même si elle ne s’écarte pas trop du modèle original. Nike n’a pas voulu réinventer une chaussure qui fonctionnait déjà si bien, et a cherché à apporter de petites modifications qui améliorent l’existant. Malgré cela, elle utilise des composants entièrement nouveaux. Comme cela est devenu typique dans l’industrie de la chaussure de course à pied, les chaussures ne sont mises à jour que tous les deux ans – l’année intermédiaire est réservée à de petites modifications de l’ajustement et des matériaux de la tige, mais la mousse et le caoutchouc restent généralement inchangés.

Nike a remanié la Vaporfly à partir du caoutchouc, en cherchant à faire de la troisième version la plus légère à ce jour. Dans ma taille 44,5, je ne vois qu’une baisse de 3 grammes par rapport à la version 2 (ma paire verte de la première Next% était encore plus légère de 11 grammes). Donc, ce n’est pas la plus légère de tous les temps, mais elle est toujours plus légère que des concurrentes comme les Asics Magic Speed 2, Saucony Endorphin Pro 3, New Balance FuelCell SuperComp Elite v3, Adidas Adizero Adios Pro 3, et Puma Deviate Elite 2.

Nike a tenté de réduire le poids en façonnant la semelle intermédiaire. Elle utilise toujours le même matériau à base de Peba pour la mousse (Nike l’appelle ZoomX), qui offre un retour d’énergie haut de gamme. Cette mousse est déjà exceptionnellement légère, mais Nike a ajouté une découpe sur le côté latéral – votre pied n’a pas besoin de soutien à cet endroit – et un petit canal sous le milieu du pied pour réduire la matière et gagner quelques grammes.

Test Nike Vaporfly 3 : Toujours la meilleure pour la compétition ?
Pas une seule pierre n’est restée coincée dans ce sillon.

Un aparté : Ces petites ouvertures réintroduisent également la « technologie visible« . Si nous revenons plus d’une décennie en arrière, avant le minimalisme et la course pieds nus, presque toutes les chaussures vantaient leurs caractéristiques uniques – et leurs noms de marque. Les vitrines des magasins montraient des chaussures avec des poches d’air, du gel suintant au-dessus de la mousse, des ponts en plastique sous la voûte plantaire, tout cela pour vous faire croire que cette chaussure était si avancée qu’elle devait être géniale. L’une des meilleures choses à tirer du minimalisme est qu’il a supprimé tout ce bruit et que les fabricants de chaussures ont commencé à parler des besoins des coureurs plutôt que du potentiel du produit. Mais, le pendule est toujours en mouvement, et nous sommes de retour à une course aux composants. Dans le cas de la Vaporfly 3, elle vous montre qu’une plaque de fibre de carbone est nichée dans cette mousse spongieuse. Oui, elle est toujours là.

La Vaporfly 3 améliore la stabilité

Rassurez-vous, cette mousse est toujours aussi douce et souple qu’elle l’a toujours été. Dans les modèles précédents, cela rendait la chaussure un peu capricieuse si vous aviez besoin d’un soutien quelconque. En toute honnêteté, ce n’est pas un problème propre à Nike. Presque tous les fabricants de super chaussures ont dû faire face à ce problème, car des piles épaisses de mousse extrêmement souple sont instables par nature. Mais c’est un problème que Nike a cherché à améliorer ici.

Test Nike Vaporfly 3 : Toujours la meilleure pour la compétition ?
La paroi latérale de la semelle intermédiaire se courbe légèrement vers l’extérieur pour améliorer la stabilité.

« C’est très subtil, si vous comparez la Vaporfly 3 à la 2 « , explique Elliott Heath, chef de produit Nike Running Footwear. « La géométrie de la partie médiane de la chaussure, au niveau de la voûte plantaire et de l’avant-pied, est en fait une géométrie convexe – un peu de bombement sur la partie médiane – au lieu d’une géométrie concave qui permettrait un peu plus de plissement et un peu plus de déviation à cet endroit. »

Si la mousse ne se plisse pas et ne fléchit pas autant, elle sera bien sûr un peu plus ferme. Dans le cas de cette modification, elle renforce la stabilité au fur et à mesure que vous vous déplacez vers l’avant et que vous êtes en pronation vers l’intérieur.

Lors de mon test de la chaussure, c’est l’une des rares différences que j’ai remarquées. J’ai couru avec la Vaporfly 3 trois fois. Je n’ai jamais eu l’impression d’écraser la plateforme, et la tige était verrouillée (nous y reviendrons). Il y a plus de mouvement que je ne l’aurais souhaité, forcément, mais la chaussure m’a maintenu droit et m’a donné plus de confiance lorsque je changeais de direction.

A lire aussi :  Reebok Floatride Energy X : Test et avis

Test Nike Vaporfly 3 : Toujours la meilleure pour la compétition ?

Le caoutchouc sous l’avant-pied est plus fin et plus léger.

Plus de ZoomX égale plus de rebond

Jetez un coup d’œil à cette nouvelle semelle extérieure en caoutchouc. Disparue : Dites « bye bye » à la grande plaque plate sous l’avant-pied. Elle a été remplacée par une toile d’ergots en forme de diamant – pensez à une semelle gaufrée, tournée de 45 degrés, avec des découpes. La raison principale de ce changement est le gain de poids, mais Nike a également fait cette modification pour améliorer le retour d’énergie de la chaussure. Pour ce faire, le caoutchouc a été rendu 2 mm plus fin que sur les versions précédentes et remplacé par 2 mm de mousse ZoomX sous l’avant-pied. C’est la même approche que celle adoptée pour l’Alphafly Next% 2, d’ailleurs.

Nike n’a pas communiqué de chiffres sur le rendement énergétique ni donné à la chaussure le nom d’un pourcentage d’augmentation de l’efficacité, mais affirme que la Vaporfly 3 s’en sort mieux. « La hauteur totale de l’avant-pied est la même », explique Heath, « mais nous avons essentiellement remplacé quelques millimètres de caoutchouc ou de matériau de la semelle extérieure par plus de mousse ZoomX sous le pied. Et cela permet le meilleur retour d’énergie que nous ayons jamais eu dans une Vaporfly, sans changer la structure générale de la chaussure« .

Cela va de soi : La mousse est plus légère que le caoutchouc et ZoomX offre un meilleur ressort, comme nous l’avons appris lors de précédents tests.

Les petits changements dans l’amorti et le retour d’énergie sont presque impossibles à percevoir pour un coureur. Bien sûr, vous pouvez facilement faire la différence entre une semelle extrêmement fine et dure et une semelle épaisse et molle. Mais, à mesure que les différences deviennent plus subtiles, elles sont plus difficiles à distinguer sans l’utilisation d’instruments précis. Et c’est ce que j’ai trouvé. En courant avec les Vaporfly 2 et 3, l’amorti et le retour d’énergie étaient les mêmes. Si j’avais les yeux bandés, la seule façon de savoir la différence entre les chaussures est que la Vaporfly 3 est plus silencieuse et est un peu plus douce quand je cours à mon allure cible de compétition (3’20/km au semi-marathon et 3’47/km au marathon). Comme mentionné plus haut, la nouvelle construction a éliminé cette grande plaque de caoutchouc qui fait « taper du pied ».

Test Nike Vaporfly 3 : Toujours la meilleure pour la compétition ?
Nike a listé les poids des composants, spécifiques à cette taille de chaussure.

Durabilité et traction

La durabilité est bonne et je n’ai pas trop glissé par mauvais temps. Le nouveau motif gaufré de la semelle extérieure offre plus d’adhérence que les versions précédentes, en particulier dans les descentes. La semelle extérieure de la Nike Vaporfly 3 est plus fine, mais je n’ai pas eu de problèmes pour glisser à cause de cela. Cela affectera la durabilité, et je ne vois pas la Nike Vaporfly 3 durer plus de 160 km.

La Vaporfly 3 est conçue pour courir vite, et c’est précisément ce qu’il faut faire. Les courses faciles avec la Vaporfly ne sont pas très agréables, alors pourquoi gaspiller le kilométrage ? Je l’ai utilisée pour quelques courses plus rapides et plus longues, et elle est censée être adaptée tout le temps. Elle monte, elle coule bien et j’apprécie le fait qu’elle soit beaucoup plus légère.

Un clin d’œil à nous autres, amateurs compétiteurs dans l’âme

Un dernier détail concernant la recherche obsessionnelle du poids par Nike pour la Vaporfly 3 : elle a inclus les poids réels des composants de la chaussure dans les plaques de caoutchouc sous le talon. Par exemple, ma taille, 12 contient 79,9 grammes de mousse ZoomX, 26,5 grammes de caoutchouc et une plaque en fibre de carbone de 22,0 grammes. Ces chiffres sont spécifiques à chaque taille, donc si vous portez une chaussure plus petite, vos pièces seront plus légères.

Les composants en Flyknit sont-ils trop serrants ?

Au cours de la courte durée de vie de la chaussure Vaporfly, Nike n’a cessé de modifier la construction de la tige. Le premier modèle utilisait une maille artificielle qui a rapidement été remplacée par du Flyknit. Mais ce premier modèle « FK » était trop extensible pour certains, alors le prochain modèle est apparu avec un matériau de type nylon ripstop. J’ai adoré celui-ci parce qu’il était incroyablement léger (voir ma note ci-dessus), mais aussi parce qu’il ne retenait pas l’eau pendant les courses sous la pluie – j’en ai été reconnaissant lors de certaines compétitions sous la pluie.

A lire aussi :  Brooks VS Asics : Les 6 principales différences entre les 2 marques

Test Nike Vaporfly 3 : Toujours la meilleure pour la compétition ?
La tige Flyknit est conçue pour être respirante et soutenir le pied, mais elle n’est pas extensible.

Nike ramène le Flyknit, mais je trouve que cette tige n’est absolument pas extensible. Elle est extrêmement fine et respirante, avec d’énormes trous sur le dessus des orteils – vous pouvez facilement lire l’écriture sur vos chaussettes. Lors du test, j’ai adoré la ventilation mais j’ai souhaité un peu plus de flexibilité. J’ai lacé mes chaussures un peu trop serré lorsque je me suis dirigé vers la ligne de départ d’une compétition, apparemment, car le dessus de mon pied était irrité à la fin du parcours. (Il n’y a pas non plus de rembourrage de la languette pour vous protéger de la pression du lacet).

Tout le reste, cependant, s’est bien passé. Ayant bien exécuté mon plan de course , j’ai trouvé que les chaussures répondaient bien lorsque j’ai accéléré l’allure en milieu de course. Comme les versions précédentes, les chaussures m’ont aidé à garder mes jambes fraîches et m’ont récompensé avec une vitesse supplémentaire lorsque j’ai commencé à faire un vrai travail. Mais la prochaine fois, je laisserai un peu de marge de manœuvre lorsque je laçerai mes chaussures.

Voici ce qui n’a pas changé

La Flyplate en fibre de carbone est profondément ancrée dans les plaques de mousse ZoomX. Elle est inchangée par rapport aux versions précédentes, avec une forme incurvée en cuillère qui donne à la semelle sa rigidité et sa réactivité et réduit l’effort requis pour chaque foulée.

De plus, le prix est résistant à l’inflation. En 2017, la 4% a fait ses débuts à 250€. Elle est devenue la référence pour toute grande chaussure. Si une chaussure est vendue à un prix inférieur, cela signifie qu’elle n’est peut-être pas aussi rapide ou aussi bonne. Cela a également permis aux fabricants d’augmenter les prix des autres chaussures, qui avaient été largement contrôlés pendant de nombreuses années. Il faut donc prendre le bon avec le moins bon.

Test Nike Vaporfly 3 : Toujours la meilleure pour la compétition ?

Et, enfin, l’audace du Swoosh est toujours intacte. Je veux dire, il faut une certaine dose d’arrogance pour non seulement dire qu’une chaussure va vous rendre plus rapide, mais aussi pour coller une étiquette sur la chaussure vous montrant à quel point – 4 % était techniquement une augmentation de l’économie de course. Nike n’a pas fait cela cette fois-ci, mais fait tout de même savoir à la concurrence qu’elle a du terrain à rattraper en apposant le message suivant sur la mousse du talon :

LA SUPER CHAUSSURE ORIGINALE.
CONÇUE POUR LES PODIUMS ET LES RECORDS.
CONSTRUITE SELON LES NORMES MONDIALES.

Honnêtement, j’aime le culot.

Conclusion

Voilà pour ce test Nike ! La Nike Vaporfly 3 est la meilleure version de la Vaporfly à ce jour (et non, je ne peux pas dire cela de toutes les chaussures Nike mises à jour). Mais ils ont écouté et l’ont rendue moins encombrante, plus ferme et plus stable.

Qui devrait acheter la Nike Vaporfly 3 ? Si vous êtes à la recherche d’une chaussure de course ou d’entraînement, c’est une bonne option. Mais pas seulement, c’est aussi l’une des options les plus rapides du marché.

Qui ne devrait pas acheter la Nike Vaporfly 3 ? Si vous recherchez une chaussure d’entraînement quotidien, une chaussure de course facile ou une chaussure durable. Vous ne ferez pas beaucoup de kilomètres avec cette chaussure. Ce n’est pas une bonne option si vous avez besoin d’une chaussure d’entraînement très stable.

Où se procurer la Nike Vaporfly Next% 3 ?

>> Acheter le modèle homme sur i-run

>> Acheter le modèle femme sur i-run

Nicolas Fondateur de Athlé expliqué

Qui est Nicolas ?

Lillois. 30 ans et 10 ans de pratique de la course à pied. Après avoir conseillé mes amis débutants, j’ai eu l’idée de créer un blog. En 2022, Athlé Expliqué a vu le jour pour vous apporter des réponses en vous donnant des conseils basés sur mes propres expériences.

Ce contenu vous a plu ? Il existe un moyen simple et symbolique pour m’encourager : offrez-moi un café. Cela me permettra de couvrir en partie les frais liés à la maintenance du site et le temps passé sur la rédaction des articles. Bien sûr, il y a des publicités sur Athlé Expliqué, mais pour le moment, ce n’est pas suffisant. Qui sait, un jour, je pourrai les enlever !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x