Accueil » Conseils » Les bases » Courir ou ne pas courir ? Voici ce que révèle une nouvelle étude
Courir ou ne pas courir ? Voici ce que révèle une nouvelle étude

Courir ou ne pas courir ? Voici ce que révèle une nouvelle étude

9 minutes de lecture

Les abus ont été nombreux ces dernières années dans le monde de l’influence : fake news ou encore fausses promesses, faisant miroiter les « meilleures » astuces révolutionnaires, des solutions rapides et des secrets cachés.

Ce problème est encore plus répandu lorsqu’il s’agit de perte de poids et de composition corporelle. Ce que nous lisons, regardons et écoutons exerce un pouvoir considérable, façonnant les perceptions sociétales de la santé, de la beauté et de la forme physique.

En se concentrant sur les insécurités des gens, certains influenceurs promettent des programmes de perte de poids rapides qui, en réalité, ne sont ni durables ni bénéfiques. Les attentes sont irréalistes et les résultats sont rarement à la hauteur, ce qui crée un cycle de déception et de culpabilisation.

Mais, comme pour la plupart des choses de la vie, la réponse peut se trouver dans quelque chose de plus simple. En l’occurrence, la pratique régulière de la course à pied de loisir.

Au fil des décennies, la course à pied est devenue un phénomène mondial auquel adhèrent des dizaines de millions de personnes. Sa popularité repose sur ses bienfaits holistiques, qui ont un impact positif sur la composition corporelle, la santé cardiovasculaire, la santé métabolique, l’intégrité musculo-squelettique et le bien-être mental.

Courir ou ne pas courir ? Voici ce que révèle une nouvelle étude

La course à pied est une approche intemporelle et éprouvée qui résiste aux tendances éphémères du monde numérique.

Les nombreux bienfaits de la course à pied ont été mis en évidence dans une étude récente publiée dans le Journal of Physiological Anthropology, qui portait sur « l’effet de la course à pied régulière sur le poids corporel et le tissu adipeux d’individus âgés de 18 à 65 ans ».

L’étude a porté sur 1 296 participants, hommes (691) et femmes (605), répartis en cinq groupes d’âge. Les coureurs étaient définis comme ceux qui parcouraient un minimum de 10 kilomètres par semaine, tandis que les personnes inactives ne répondaient pas aux recommandations de l’OMS en matière d’activité physique pour 2020.

L’équipe, dirigée par Petr Kutac de l’université d’Ostrava en République tchèque, a mesuré la masse corporelle (BM), la graisse corporelle (BF) et la graisse viscérale (VF), qui se trouve autour des organes et n’est pas facilement détectable sans un scanner.
Ils ont constaté que la pratique régulière de la course à pied à des fins récréatives présente des avantages significatifs dans différents groupes d’âge. Les coureurs présentent systématiquement une masse corporelle et un indice de masse corporelle inférieurs, une réduction de la graisse corporelle et des niveaux de graisse viscérale inférieurs.

A lire aussi :  Comment vérifier l'ajustement des chaussures de running ?

La course à pied récréative, même à un volume minimum de 10 km/semaine, a conduit à des améliorations significatives de la composition corporelle.

Courir ou ne pas courir ? Voici ce que révèle une nouvelle étude

Vieillissement, graisse viscérale et masse corporelle : Les 3 enseignements clés de l’étude

L’étude s’inscrit dans le cadre d’un travail plus vaste, le programme 4HAIE, qui examine l’impact de la pollution atmosphérique sur la santé et le vieillissement en République tchèque.

Les participants ont été classés en fonction de leur lieu de résidence, de leur âge, de leur sexe et de leur activité physique, 60 % d’entre eux constituant la population « active » et 40 % la population « inactive ». Les mesures, y compris l’évaluation de la composition corporelle et de l’activité physique, ont été effectuées dans des conditions standardisées.

Les coureurs sélectionnés se sont engagés à courir au moins 10 kilomètres par semaine, bien que le volume moyen de course varie de 21,6 à 31,4 kilomètres par semaine.

Bien que l’étude présente des limites, telles que sa nature transversale et la sélection délibérée des participants, elle souligne avec brio que la course à pied récréative améliore de manière significative les valeurs de composition corporelle.

Quels sont donc les effets de la course à pied régulière sur la composition corporelle ?

Courir ou ne pas courir ? Voici ce que révèle une nouvelle étude

Vieillir en douceur

Vous vous demandez comment rester vigoureux et indépendant au fil des ans ? Cette étude apporte certainement des réponses à cette question.

La course à pied régulière est la fontaine de jouvence de l’homme moderne. Elle joue un rôle essentiel dans la préservation de la mobilité, des fonctions cognitives et du bien-être général à mesure que nous vieillissons. Elle atténue également la perte musculaire et contribue à réduire l’excès de graisse corporelle.

Avec l’âge, les muscles ont tendance à se dégrader, surtout si l’on n’est pas actif. L’étude a révélé que la perte musculaire peut commencer dès 30 ans chez les personnes inactives. Mais si vous courez régulièrement, vous avez de la chance. La course à pied permet de conserver ces muscles intacts et constitue une défense solide contre des problèmes tels que la sarcopénie (perte de masse musculaire).

Traduction ? Vous pouvez continuer à faire ce que vous aimez sans perdre votre indépendance.

Examinons maintenant les modifications de la composition corporelle, c’est-à-dire l’équilibre entre la graisse et les muscles, au fur et à mesure que nous vieillissons. Le vieillissement entraîne souvent une augmentation de la masse grasse et une diminution de la masse musculaire, une combinaison qui ne plaît pas à tout le monde. Mais la course à pied intervient pour maintenir cet équilibre. La réduction de la graisse et l’augmentation des muscles ne contribuent pas seulement aux changements esthétiques, mais fournissent également un bouclier protecteur contre les problèmes de santé associés à l’excès de poids, tels que le diabète et les problèmes cardiaques.

A lire aussi :  8 mesures anti-gaspillage d’énergie en course à pied

Mais voici ce qui change vraiment la donne : la course à pied n’est pas seulement une question de corps, elle est aussi une question de sentiment. La « fontaine de jouvence » n’est pas qu’une métaphore.

Une publication antérieure dans le Journal of Aging Research a révélé que la pratique régulière de la course à pied peut entraîner une réduction de 30 à 35 % de la mortalité toutes causes confondues.

Courir, ce n’est pas seulement gagner des années, c’est aussi gagner des années formidables et en bonne santé.

Courir ou ne pas courir ? Voici ce que révèle une nouvelle étude

Réduction de la graisse corporelle et de la graisse viscérale

L’étude a mis en évidence des données précises sur la graisse corporelle et la graisse viscérale, les participants affichant des valeurs de graisse corporelle et de graisse viscérale systématiquement inférieures dans toutes les catégories d’âge par rapport aux participants inactifs.

Contrairement à la graisse sous-cutanée, qui s’accumule sous la peau, la graisse viscérale est stockée autour des organes internes dans la cavité abdominale. Les niveaux inférieurs de graisse viscérale, bien connue pour son association avec un risque accru de maladies chroniques, étaient particulièrement remarquables chez les coureurs réguliers.

Réduction significative de la masse corporelle et de l’indice de masse corporelle

L’examen de la masse corporelle et de l’indice de masse corporelle (IMC) réalisé dans le cadre de l’étude a révélé des tendances cohérentes chez les coureurs réguliers. Ces personnes actives affichent systématiquement des valeurs de masse corporelle et d’indice de masse corporelle inférieures à celles de leurs homologues inactifs.

Dans une société où les problèmes liés à l’obésité sont de plus en plus fréquents, la corrélation négative observée entre la pratique régulière de la course à pied et l’indice de masse corporelle devient particulièrement pertinente.

Notamment, les coureurs actifs, hommes et femmes, affichent un meilleur statut pondéral dans toutes les catégories d’âge par rapport à leurs homologues inactifs. L’étude a révélé qu’une plus grande proportion de coureurs conservait un poids normal et que l’incidence de l’obésité était plus faible.

A lire aussi :  Faut-il courir la veille d'une course ? + Les meilleures types de séances en fonction de la distance

Courir ou ne pas courir ? Voici ce que révèle une nouvelle étude

Elle suggère que l’intégration de la course à pied dans votre routine peut être une stratégie efficace de gestion du poids, réduisant potentiellement le risque de complications de santé associées telles que le diabète, les maladies cardiovasculaires et les troubles musculo-squelettiques.

Il convient de noter que l’étude a également identifié des exceptions dans les différences non significatives entre la BM et l’IMC dans certaines catégories d’âge et de sexe, ce qui suggère que dans certains cas, il existe une relation plus nuancée entre la course à pied et l’IMC.

Ces exceptions ne diminuent toutefois pas la tendance générale, qui indique clairement une corrélation positive entre la pratique régulière de la course à pied et des indices de masse corporelle plus sains.

La course à pied est-elle la solution ?

Cette étude fournit un argument convaincant en faveur de la pratique de la course à pied, suggérant que même un engagement modeste à courir régulièrement peut entraîner des améliorations significatives de la composition corporelle et de la santé en général.

C’est un appel à l’action pour ceux qui cherchent un moyen pratique et accessible d’améliorer leur bien-être.

La course à pied, avec ses nombreux bienfaits, est une invitation plutôt qu’une obligation – une voie qui vaut la peine d’être explorée par ceux qui trouvent du plaisir sur trail.

Nicolas Fondateur de Athlé expliqué

Qui est Nicolas ?

Lillois. 30 ans et 10 ans de pratique de la course à pied. Après avoir conseillé mes amis débutants, j’ai eu l’idée de créer un blog. En 2022, Athlé Expliqué a vu le jour pour vous apporter des réponses en vous donnant des conseils basés sur mes propres expériences.

Ce contenu vous a plu ? Il existe un moyen simple et symbolique pour m’encourager : offrez-moi un café. Cela me permettra de couvrir en partie les frais liés à la maintenance du site et le temps passé sur la rédaction des articles. Bien sûr, il y a des publicités sur Athlé Expliqué, mais pour le moment, ce n’est pas suffisant. Qui sait, un jour, je pourrai les enlever !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x