Accueil » Actualités Running » Quelle est l’ampleur du problème du dopage chez les athlètes d’endurance ?
Quelle est l'ampleur du problème du dopage chez les athlètes d'endurance ?

Quelle est l’ampleur du problème du dopage chez les athlètes d’endurance ?

8 minutes de lecture

Pendant des décennies, le monde de la course d’endurance a été dominé par des pays africains tels que le Kenya et l’Éthiopie. L’Afrique a toujours produit des coureurs d’endurance d’une qualité inégalée dans le reste du monde.

Lors des dix derniers championnats du monde d’athlétisme, les coureurs africains ont remporté 13 % des médailles (soit près de 200).

Les coureurs africains étaient autrefois considérés comme l’incarnation de la course propre et possédaient un talent naturel cultivé par leur environnement et leur éducation uniques.

Cependant, le monde de l’athlétisme a été secoué par un nombre croissant de coureurs africains pris en flagrant délit de dopage.

La multiplication de ces incidents a soulevé des questions sur la corruption omniprésente au sein des instances dirigeantes, du personnel des athlètes et des systèmes de santé, qui favorise cette tendance alarmante.

Les experts estiment qu’à l’origine du problème se trouve le réseau complexe de pauvreté et de désespoir qui continue d’affliger le continent.

Un nombre croissant de coureurs africains sanctionnés pour dopage

L’un des cas les plus notables est celui de la coureuse de fond kenyane Rita Jeptoo, qui avait remporté le marathon de Chicago et le marathon de Boston. Toutefois, ces résultats ont été annulés à la suite de son inculpation pour dopage.

Jeptoo, une étoile montante connue pour son incroyable endurance, a été interdite de compétition pendant quatre ans après avoir été contrôlée positive à l’érythropoïétine (EPO), un médicament interdit destiné à améliorer les performances, en 2014.

Son cas a provoqué une onde de choc dans le monde de l’athlétisme et a marqué le début de la réputation ternie du continent en tant que puissance de la course de longue distance.

Ces dernières années, le nombre d’athlètes africains disqualifiés ou frappés d’une interdiction pour avoir utilisé des substances interdites afin d’améliorer leurs performances a augmenté de manière inquiétante.

La dernière interdiction en date a été prononcée au Kenya, lorsque le marathonien Titus Ekiru s’est vu infliger une interdiction de dix ans.

Ekiru, qui détenait auparavant le sixième meilleur temps de l’histoire du marathon, a été accusé de deux tests de dopage positifs et de falsification de documents médicaux en collusion avec un médecin de haut rang d’un hôpital kenyan.
Un autre cas notable s’est produit plus tôt cette année lorsque le marathonien éthiopien Eticha Jimma s’est vu infliger une interdiction de cinq ans après avoir produit deux tests de dopage positifs à deux occasions distinctes en 2023.

A lire aussi :  Challenge David Goggins 4x4x48 : Comment s'entraîner ? + Mon retour d'expérience

Jimma, vice-champion du marathon de Paris en 2022, a été contrôlé positif à l’EPO, une substance interdite.

Les athlètes ne sont pas les seuls à blâmer

Les cas de dopage des athlètes mentionnés ci-dessus ne sont pas des incidents isolés.

Le fil conducteur de cette crise du dopage est l’implication d’individus et d’entités corrompus à de multiples niveaux.

Des athlètes comme Jeptoo sont connus pour se doper, non par choix mais par nécessité, souvent sous la pression d’entraîneurs et de managers peu scrupuleux qui ont des incitations financières à assurer leur succès.

Dans le cas de Jeptoo, son manager, Frederico Rosa, a été accusé d’avoir facilité l’acquisition de la substance interdite et même d’avoir administré la substance interdite à Jeptoo.

Les autres membres de son personnel d’encadrement, notamment l’entraîneur, l’entraîneur adjoint, le médecin et le pharmacien, ont également été traduits en justice pour être accusés d’avoir contribué au dopage de Jeptoo.

Bien que tous aient été acquittés, à l’exception de son pharmacien, la communauté athlétique mondiale est restée méfiante.

Son pharmacien, Stephen Kiplagat, a été accusé de gérer une pharmacie sans licence.

La corruption généralisée au sein des instances dirigeantes ne fait qu’exacerber le problème du dopage en Afrique.

Certains responsables ferment les yeux sur le dopage, voire le facilitent en échange de pots-de-vin. L’absence de réglementation et d’application de la loi dans de nombreuses nations africaines constitue un terrain fertile pour la persistance de cette pratique contraire à l’éthique.

Des professionnels de la santé, notamment des médecins et des pharmaciens, ont également été impliqués dans la fourniture de substances interdites à des athlètes comme Jeptoo, en profitant de leur vulnérabilité et de leur accès limité à des soins de santé adéquats.

Dans l’actualité, les regards se tournent vers toutes les équipes nationales sud-africaines qui risquent des sanctions après que le gouvernement sud-africain et l’Agence nationale antidopage sud-africaine (NADO) n’ont pas mis à jour leur législation antidopage pour la rendre conforme aux exigences de l’Agence mondiale antidopage (AMA).

Cette décision intervient quelques semaines seulement après que la meilleure sprinteuse sud-africaine, Carina Horn, a été contrôlée positive à deux reprises, ce qui lui a valu une interdiction de six ans.

Dans un premier temps, l’AMA a fixé au 13 octobre 2023 la date limite à laquelle les responsables politiques sud-africains devaient apporter leurs modifications, faute de quoi des sanctions seraient imposées.

A lire aussi :  Comment participer au Marathon Pour Tous des Jeux Olympiques de Paris 2024 ?

Ces sanctions incluraient l’impossibilité pour les athlètes des équipes nationales de tous les sports d’entendre leur hymne, de porter les couleurs de leur pays ou d’arborer leur drapeau lors de manifestations internationales.

Elles leur interdiraient également de se porter candidats à l’organisation d’événements internationaux. L’Afrique du Sud espère accueillir la Coupe du monde féminine de la FIFA en 2027, mais cela ne sera pas possible si les sanctions entrent en vigueur.

Afin d’éviter les sanctions, l’Afrique du Sud a fait appel de la date limite et a soumis une lettre à l’appui de son différend.

« La Wada a reçu une notification formelle de l’Agence nationale antidopage sud-africaine (ONAD) l’informant qu’elle conteste l’allégation de non-conformité à son encontre, ainsi que les conséquences proposées », a déclaré la Wada dans un communiqué à la suite de l’appel.

Identifier le cœur de la crise du dopage en Afrique

Au cœur de cette crise se trouve la question de la pauvreté, qui touche de nombreux athlètes en herbe en Afrique.

Si le potentiel de réussite dans l’athlétisme peut permettre d’échapper au cycle de la pauvreté, la concurrence intense et les opportunités limitées peuvent pousser de nombreux athlètes à prendre des mesures désespérées.

L’histoire des athlètes mentionnés dans cet article n’est pas unique.

Nombre d’entre eux viennent de villages reculés d’Afrique où l’accès à des installations d’entraînement adéquates, à la nutrition et aux soins de santé est rare. Le manque de soutien financier aux athlètes, l’inadéquation des installations d’entraînement et l’absence de filets de sécurité sociale poussent des individus talentueux comme eux à prendre des risques pour réaliser leurs rêves.

Cette vulnérabilité les rend vulnérables aux entraîneurs, managers et autres personnes qui voient dans le dopage le seul moyen d’assurer leurs gains.

Le manque d’éducation en matière de lutte contre le dopage en Afrique est une autre cause fondamentale relevée dans la littérature antérieure.

Alors que l’AMA promeut activement l’éducation comme moyen principal de prévention du dopage, ces efforts ne tiennent pas compte des contextes régionaux.

Il a été constaté que les athlètes des pays africains n’ont pas accès aux ressources éducatives.

Jeptoo a déclaré, à propos de ses contrôles positifs : « Nous étions naïfs à l’époque et avions très peu de connaissances en matière de dopage. »

A lire aussi :  Technologie Flyknit : Nike en procès avec New Balance et Skechers

Cette absence de ressources conduit les athlètes à s’appuyer sur les entraîneurs et les managers comme sources d’information. Cette absence de ressources conduit les athlètes à s’en remettre aux entraîneurs et aux managers comme sources d’information, ce qui ouvre la voie à l’exploitation des athlètes.

Efforts internationaux pour protéger l’athlétisme africain

Pour faire face à ce problème croissant, les nations africaines doivent travailler ensemble pour mettre en place des institutions sportives transparentes et responsables.

Il s’agit notamment de mettre en œuvre des mesures antidopage rigoureuses, d’améliorer l’accès à l’éducation et de créer davantage d’opportunités pour que les jeunes athlètes puissent développer leurs talents.

Il est également essentiel que la communauté internationale soutienne ces efforts et offre son aide pour lutter contre les causes profondes du dopage, notamment la pauvreté et le manque de ressources.

Le Kings University College de Londres considère la lutte contre le dopage comme un effort international. Il s’est associé aux efforts anti-dopage du Kenya pour soutenir l’ouverture d’un laboratoire anti-dopage à Eldoret.

Ce n’est qu’en s’attaquant aux problèmes de fond que l’athlétisme africain pourra commencer à réparer sa réputation ternie et continuer à inspirer le monde avec les incroyables talents que recèle le continent.

Les cas de dopage de tant d’athlètes africains soulignent l’urgence de ces efforts et la nécessité de protéger l’avenir des sports africains contre le fléau du dopage.

Nicolas Fondateur de Athlé expliqué

Qui est Nicolas ?

Lillois. 30 ans et 10 ans de pratique de la course à pied. Après avoir conseillé mes amis débutants, j’ai eu l’idée de créer un blog. En 2022, Athlé Expliqué a vu le jour pour vous apporter des réponses en vous donnant des conseils basés sur mes propres expériences.

Ce contenu vous a plu ? Il existe un moyen simple et symbolique pour m’encourager : offrez-moi un café. Cela me permettra de couvrir en partie les frais liés à la maintenance du site et le temps passé sur la rédaction des articles. Bien sûr, il y a des publicités sur Athlé Expliqué, mais pour le moment, ce n’est pas suffisant. Qui sait, un jour, je pourrai les enlever !

5 1 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x