Accueil » Conseils » Les fondamentaux » Jambes de cycliste VS jambes de coureur : Comparaison des muscles travaillés
Jambes de cycliste VS jambes de coureur : Comparaison des muscles travaillés

Jambes de cycliste VS jambes de coureur : Comparaison des muscles travaillés

11 minutes de lecture

Que vous soyez un coureur qui rivalise amicalement avec un cycliste pour savoir quel sport règne en maître, ou que les rôles soient inversés, il y a toujours beaucoup d’intérêt et de curiosité à propos du vélo par rapport à la course à pied, pour savoir lequel est le meilleur entraînement.

Lorsqu’il s’agit de comparer le vélo et la course à pied pour faire de l’exercice, de nombreux facteurs entrent en ligne de compte et il n’est pas facile de déterminer le vainqueur de la course à pied par rapport au vélo, ce qui explique en grande partie pourquoi le débat est toujours d’actualité.

Toutefois, si nous ne pouvons pas nécessairement déterminer si le vélo est meilleur que la course à pied ou si la course à pied est meilleure que le vélo dans l’ensemble, nous pouvons comparer certains aspects des deux sports.

Par exemple, les gens se posent souvent la question suivante : « Quelles sont les différences entre les jambes d’un cycliste et celles d’un coureur ? En d’autres termes, à quoi ressemblent les jambes d’un cycliste et celles d’un coureur ?

Dans cet article, nous allons comparer les jambes d’un cycliste à celles d’un coureur, en examinant comment chaque sport modifie le physique de vos jambes et les muscles travaillés en course à pied par rapport au cyclisme.

Quelle est la différence entre les jambes d’un cycliste et celles d’un coureur ?

Que vous soyez un cycliste, un coureur, un triathlète ou un simple pratiquant de gymnastique qui mélange des entraînements de cyclisme en salle et des courses sur tapis roulant en salle ou en extérieur, vous vous demandez peut-être « Quelles sont les différences entre les jambes d’un cycliste et celles d’un coureur ?

Après tout, nous espérons tous que nos programmes d’entraînement nous permettront d’obtenir le physique et la musculature que nous recherchons.

Bien que la plupart des gens considèrent que les jambes des marathoniens, des sprinteurs, des motards et des cyclistes sont généralement musclées, il existe des différences entre la musculature des jambes des cyclistes et celle des coureurs.

Ces différences de taille et de définition musculaire entre les jambes des coureurs et celles des cyclistes sont principalement attribuables aux différences entre les muscles travaillés en course à pied et en cyclisme, ainsi qu’au volume, à l’intensité et au style d’entraînement.

Il est important de noter que, bien que nous essayions de comparer les jambes des coureurs à celles des cyclistes, les caractéristiques que nous soulignons à propos des jambes des cyclistes et des coureurs seront des généralisations et s’appliqueront principalement aux athlètes d’élite du cyclisme et de la course à pied.

Une femme cycliste souriante

La course à pied et le cyclisme sont devenus des sports très inclusifs, qui attirent des participants de tous horizons et de toutes tailles.

A lire aussi :  HIIT VS course à pied : Lequel choisir pour avoir un meilleur physique ?

Vous pouvez être un marathonien grand, mince et musclé ou une personne classée médicalement comme obèse sur la base de votre IMC ou même de votre pourcentage de graisse corporelle.

Malgré ces différences marquées entre les types de corps, les deux athlètes peuvent absolument se considérer comme des coureurs s’ils courent ou font du jogging avec une certaine régularité.

Il en va de même pour les cyclistes. Il est possible de trouver des vainqueurs du Tour de France qui ont très peu de graisse corporelle et qui ont une certaine esthétique des jambes de cycliste.

Toutefois, il existe également de nombreux cyclistes amateurs qui peuvent être beaucoup plus petits, plus lourds et avoir un pourcentage de graisse corporelle assez élevé, de sorte que vous ne pouvez pas vraiment voir de définition musculaire perceptible dans leurs jambes.

Dans les deux cas, on parlera de jambes de cycliste, puisque les deux personnes font du vélo, mais la musculature, la définition et les caractéristiques des jambes de ces cyclistes seront tout à fait différentes.

Ainsi, il serait virtuellement impossible d’avoir une discussion significative comparant les jambes de cycliste et de coureur si nous incluons l’ensemble de la population de coureurs et de cyclistes puisque les données démographiques et les types de corps couvrent maintenant toute la gamme.

C’est pourquoi nous allons comparer les caractéristiques générales des jambes et de la musculature des coureurs d’élite et des cyclistes.

La vue d’ensemble la plus large et la plus générale qui démontre les différences entre les jambes des cyclistes et celles des coureurs est la suivante :

Les cyclistes ont tendance à avoir des jambes très déchirées ou musclées, vasculaires et pleines de muscles définis, mais dans des muscles spécifiques ou avec une distribution déséquilibrée, alors que les jambes d’un marathonien sont globalement plus maigres avec une distribution plus équilibrée de la masse musculaire.

Toutefois, afin de comparer plus clairement les jambes d’un cycliste et celles d’un coureur, examinons séparément l’aspect typique des jambes des cyclistes et celui des jambes des coureurs.

Jambes de coureurs kenyans

À quoi ressemblent les jambes des coureurs ?

Il existe des différences notables entre les jambes des coureurs de fond et celles des sprinters.

La plupart des marathoniens d’élite ont un corps maigre, un faible pourcentage de graisse corporelle et des jambes toniques avec un aspect sinueux.

Les muscles sont tous relativement sculptés, longs et maigres, mais leur répartition est généralement équilibrée, de sorte qu’il n’y a pas nécessairement de mollets bombés ou de petits quadriceps.

En effet, la course à pied renforce et tonifie tous les principaux muscles des jambes.

Le kilométrage élevé et la nature catabolique de l’entraînement à la course de fond entraînent une diminution de la graisse corporelle, des muscles plus petits et un pourcentage plus élevé de fibres musculaires à contraction lente.

Un homme fait du vélo et sourit

Il s’agit des fibres musculaires aérobies, plus petites par nature et beaucoup plus résistantes à la fatigue, mais moins fortes et moins puissantes pour la production rapide de force que les fibres musculaires à contraction rapide.

A lire aussi :  La coupure annuelle ou intersaison - Souvent esquivée mais pourtant incontournable

Les jambes d’un sprinter ou d’un coureur de demi-fond sont en fait très différentes de celles d’un marathonien au niveau élite.

Les sprinteurs ont tendance à avoir des jambes très musclées, sculptées et plus épaisses, et bien qu’ils soient maigres en termes de pourcentage de graisse corporelle, leur masse musculaire totale et leur corpulence sont généralement plus importantes que celles d’un coureur de fond.

Les jambes d’un sprinter présentent une proportion plus élevée de fibres musculaires à contraction rapide, qui sont les fibres musculaires les plus grosses capables de produire rapidement une grande force, mais qui s’épuisent rapidement.

À quoi ressemblent les jambes des cyclistes ?

Les jambes d’un cycliste ressemblent généralement plus à celles d’un échardeur qu’à celles d’un coureur de fond en raison de la nature anabolique ou musculaire du cyclisme par rapport à la course à pied sur de longues distances.

L’une des principales différences entre les jambes d’un cycliste et celles d’un coureur, outre le fait que les muscles sont plus gros, est que la répartition des muscles dans les jambes d’un cycliste est moins équilibrée que dans celles d’un coureur.

Jambes de cyclistes en peloton

Le cyclisme est une activité à prédominance quadratique, ce qui donne aux cyclistes une définition classique des quadriceps en forme de goutte d’eau, en particulier pour les cyclistes qui s’attaquent à de nombreuses montées.

Les entraînements de cyclisme en salle ne permettent pas nécessairement d’obtenir la même définition musculaire des jambes d’un cycliste, en grande partie parce qu’il n’est pas nécessaire de grimper beaucoup sur la selle.

Cependant, si vous faites beaucoup de séances d’entraînement HIIT ou de sprints sur le vélo, vous pouvez toujours obtenir cette esthétique classique des quadriceps en forme de goutte d’eau, car le cyclisme à haute intensité sous résistance cible les fibres musculaires à contraction rapide (type II).

Ces fibres musculaires sont plus sensibles à l’hypertrophie que les fibres musculaires à contraction lente, ce qui permet d’obtenir des gains plus importants en termes de masse et de définition musculaires avec des séances de cyclisme à haute intensité qu’avec des séances d’endurance de longue durée.

Le coup de pédale du cyclisme fait toujours travailler les ischio-jambiers, les fessiers et les mollets dans une certaine mesure, mais l’accent est souvent mis sur les quadriceps, en particulier pour les sorties plus courtes et plus rapides où la puissance est maximisée.

Cycliste sur piste

Les jambes des cyclistes d’élite ont souvent tendance à être plus vasculaires (vaisseaux sanguins plus visibles) que celles des coureurs d’élite.

En outre, si l’on compare les cyclistes d’élite aux coureurs, les cyclistes ont souvent des jambes plus courtes, tandis que les marathoniens ont des jambes plus longues.

Cela s’explique par le fait que la longueur de la foulée peut être optimisée lorsque l’on court avec une jambe légèrement plus longue, bien que cela ne soit pas vrai partout.

En cyclisme, il est possible de générer des coups de pédale plus puissants avec des jambes légèrement plus courtes.

Enfin, une différence superficielle entre les jambes des coureurs et celles des cyclistes est que les cyclistes de compétition se rasent souvent les jambes afin d’améliorer l’aérodynamisme.

A lire aussi :  ChatGPT va-t-il remplacer votre entraineur pour créer des plans d'entrainement en course à pied ?

Cette pratique est moins courante chez les marathoniens d’élite et professionnels.

Sprinters au départ d'une course

Muscles travaillés par la course à pied et le cyclisme

Les muscles sollicités par la course à pied et ceux sollicités par le cyclisme se chevauchent largement, car ces deux activités sont principalement des exercices pour le bas du corps.

Le cyclisme et la course à pied ciblent tous deux principalement les fessiers, les quadriceps, les ischio-jambiers et les mollets, ainsi que les muscles fléchisseurs de la hanche et les adducteurs (intérieur de la cuisse).

Toutefois, les muscles sollicités par le cyclisme et la course à pied sont soumis à des contraintes différentes en raison des schémas de mouvement différents et du fait que la course à pied est un exercice à fort impact et avec mise en charge, tandis que le cyclisme est un exercice à faible impact et avec mise en charge.

Avec le vélo, le poids du corps est supporté par le siège, ce qui réduit l’activation des muscles du tronc et du haut du corps. Cependant, la résistance du vélo peut être assez élevée si vous montez des collines avec une vitesse élevée, ce qui peut aider à développer vos quadriceps.

Lorsque vous pédalez en montée, la charge de travail est davantage transférée aux quadriceps et aux fessiers tant que vous restez assis sur la selle, et lorsque vous courez, la charge de travail est davantage transférée aux muscles de la chaîne postérieure tels que les fessiers, les mollets et les ischio-jambiers lorsque vous courez en montée.

Pour en savoir plus sur la façon dont les différents exercices façonnent votre physique, consultez notre guide pour savoir si les squats font grossir les fesses.

Nicolas Fondateur de Athlé expliqué

Qui est Nicolas ?

Lillois. 30 ans et 10 ans de pratique de la course à pied. Après avoir conseillé mes amis débutants, j’ai eu l’idée de créer un blog. En 2022, Athlé Expliqué a vu le jour pour vous apporter des réponses en vous donnant des conseils basés sur mes propres expériences.

Ce contenu vous a plu ? Il existe un moyen simple et symbolique pour m’encourager : offrez-moi un café. Cela me permettra de couvrir en partie les frais liés à la maintenance du site et le temps passé sur la rédaction des articles. Bien sûr, il y a des publicités sur Athlé Expliqué, mais pour le moment, ce n’est pas suffisant. Qui sait, un jour, je pourrai les enlever !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x