La Cupping Therapy Fonctionne-T-Elle Vraiment Sur Les Blessures En Course À Pied ?

La Cupping Therapy fonctionne-t-elle vraiment sur les blessures en course à pied ?

Si vous avez regardé les Jeux olympiques de 2016, il était difficile de ne pas remarquer les grosses zébrures et les ecchymoses circulaires sur le dos, les épaules et le cou de nombreux athlètes.

Comme pour le kinesiotape quatre ans auparavant, ces marques – vestiges d’une technique thérapeutique appelée cupping – se prêtaient naturellement à la promotion gratuite et au buzz.

La ventouse est l’une des nouvelles tendances en vogue dans le traitement des blessures liées à la course à pied, mais est-elle vraiment efficace ?

La technique de la ventouse a une très longue histoire ; elle est utilisée depuis l’Antiquité comme traitement médical pour une grande variété de pathologies.

Le traitement est appelé ainsi parce que, traditionnellement, il implique l’utilisation de ventouses et d’une source de chaleur ou de vide pour créer une aspiration à l’intérieur de la ventouse pendant qu’elle est placée sur la peau. Tout comme un « suçon », cette pression négative provoque l’éclatement de minuscules vaisseaux sanguins près de la peau, appelés capillaires, ce qui laisse les marques rouges ou violettes caractéristiques associées au traitement.

Comment fonctionne la cupping therapy ?

Le vide est appliqué à la ventouse soit par aspiration mécanique, soit, plus souvent, par la chaleur. On allume une allumette ou un coton-tige imbibé d’alcool et on le laisse brûler à l’intérieur de la ventouse, puis on l’éteint rapidement lorsqu’elle est placée sur la peau.

L’air chaud à l’intérieur se contracte en refroidissant, créant une aspiration. Dans le cas de la « ventouse humide », cette aspiration est combinée à de petites incisions dans la peau, ce qui permet d’aspirer le sang.

Les sources traditionnelles prétendent que cela peut « éliminer les toxines » du corps, mais le consensus médical est que les marques et les bleus sont simplement le résultat de l’éclatement des capillaires.

Alors, malgré tous ces problèmes, la ventouse fonctionne-t-elle ?

Les autorités médicales ne semblent pas le penser.

Un article publié en 1988 par des médecins de l’université Ben-Gurion en Israël décrit en détail l’histoire de la ventouse, qu’ils considèrent comme un « traitement irrationnel » sans avantages et présentant un risque certain de danger (1)

Leur article décrit le traitement d’une femme qui avait subi des brûlures sur 15 % de son corps lorsque son praticien en ventouses a renversé de l’alcool enflammé sur la zone qu’il était censé traiter.

D’autres recherches publiées dans le British Journal of Medicine and Medical Research ont également mis en évidence les effets secondaires potentiels de la ventouse (2)

Abdulla Mohammad Al-Bedah et d’autres chercheurs ont passé en revue des études et des rapports de cas sur des patients traités pour des blessures liées à la ventouse, et ont noté que les cicatrices et les brûlures constituaient la majorité des effets indésirables associés au traitement.

Ils étaient plus optimistes quant au potentiel thérapeutique de la ventouse, citant plusieurs études de cas et de petites études pilotes qui ont trouvé un petit avantage.

Recherche sur le traitement des blessures par ventouses

Dans un exemple, des chercheurs coréens ont mené un test sur les ventouses par rapport aux coussins chauffants pour les douleurs cervicales (3).

Les chercheurs ont assigné 40 travailleurs souffrant de douleurs cervicales liées à leur profession à un groupe de ventouses ou à un groupe de coussins chauffants. Chaque groupe a reçu six séances de traitement réparties sur deux semaines, et a été suivi pendant cinq semaines supplémentaires pour évaluer la fonction de la nuque.

Les chercheurs ont constaté que les traitements par ventouses étaient modérément plus efficaces que les coussins chauffants en ce qui concerne la réduction de la douleur et l’amélioration de la fonction de la nuque, mais cela n’a pas été sans effets indésirables – quatre des 20 patients affectés au traitement par ventouses ont eu des démangeaisons, des lacérations au niveau du site de la ventouse, des douleurs et des courbatures. Ces effets ont disparu au bout de quelques jours.

Un autre essai sur les ventouses pour les lombalgies a donné des résultats plus ambigus.

Une étude menée en 2011 par des chercheurs de l’université Kyung Hee en Corée a traité 21 patients avec des ventouses humides et a comparé leurs résultats avec ceux de 11 patients qui étaient toujours sur une liste d’attente pour un traitement (4). Cette conception de l’étude est problématique, car elle offre une forte possibilité d’effet placebo.

Pourtant, même avec cet effet placebo, les résultats de l’étude n’étaient pas particulièrement prometteurs. De légères améliorations ont été observées sur quelques indicateurs de la douleur et de la fonction, mais plusieurs autres mesures étaient identiques entre les groupes.

Au-delà de petits essais comme celui-ci, il n’y a aucune preuve que la ventouse soit un traitement efficace pour une maladie ou une blessure, et encore moins pour les blessures liées au sport ou à la course.

Telle est la conclusion d’une étude menée par des chercheurs de l’Institut coréen de médecine orientale (5).

Il existe des preuves légères de l’utilisation des ventouses pour réduire la douleur, mais même ces preuves sont suspectes et les effets indésirables ne doivent pas être négligés.

Faut-il se préoccuper de la cupping therapy ?

Le problème sous-jacent est qu’il n’existe pas de mécanisme plausible permettant de réparer les blessures dues à la course à pied.

Même s’il existe de nombreux traitements pour lesquels les preuves sont tout aussi faibles, comme la technique Active Release ou la technique Graston, ces traitements ont au moins un mécanisme plausible (la destruction du tissu cicatriciel et des adhérences musculaires) et aucun effet secondaire majeur.

Il n’en va pas de même pour les ventouses.

En résumé, malgré la promotion réalisée par les personnalités sportives célèbres, la ventouse ne devrait pas figurer en tête de votre liste de traitements alternatifs à essayer, même si vous avez une blessure de course tenace qui ne guérit pas.

Il existe des traitements beaucoup plus prometteurs qui ont plus de chances de fonctionner et moins de risques de causer des problèmes.

Références

  1. Sagi, A.; Ben-Meir, P.; Bibi, C., Burn hazard from cupping—an ancient universal medication still in practice. Burns 1988, 14 (4), 323-325.
  2. Al-Bedah, A. M.; Shaban, T.; Suhaibani, A.; Gazzaffi, I.; Khalil, M.; Qureshi, N. A., Safety of cupping therapy in studies conducted in twenty one century: A review of literature. British Journal of Medicine and Medical Research 2016, 15 (8), 1-12.
  3. Kim, T.-H.; Kang, J. W.; Kim, K. H.; Lee, M. H.; Kim, J. E.; Kim, J.-H.; Lee, S.; Shin, M.-S.; Jung, S.-Y.; Kim, A.-R., Cupping for treating neck pain in video display terminal (VDT) users: a randomized controlled pilot trial. Journal of occupational health 2012, 54 (6), 416-426.
  4. Kim, J.-I.; Kim, T.-H.; Lee, M. S.; Kang, J. W.; Kim, K. H.; Choi, J.-Y.; Kang, K.-W.; Kim, A.-R.; Shin, M.-S.; Jung, S.-Y., Evaluation of wet-cupping therapy for persistent non-specific low back pain: a randomised, waiting-list controlled, open-label, parallel-group pilot trial. Trials 2011, 12 (1), 146.
  5. Lee, M. S.; Kim, J.-I.; Ernst, E., Is cupping an effective treatment? An overview of systematic reviews. Journal of acupuncture and meridian studies 2011, 4 (1), 1-4.
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x