Accueil » Actualités Running » Les violations des règles antidopage se poursuivent au Kenya : 4 athlètes suspendus dans la même journée
Les violations des règles antidopage se poursuivent au Kenya : 4 athlètes suspendus dans la même journée

Les violations des règles antidopage se poursuivent au Kenya : 4 athlètes suspendus dans la même journée

4 minutes de lecture

L’Unité d’intégrité de l’athlétisme (AIU) a prononcé des suspensions provisoires à l’encontre de quatre athlètes kenyans après la découverte de substances interdites dans des échantillons de contrôle du dopage.

Une suspension provisoire se produit lorsqu’un athlète est temporairement suspendu de toute participation à une compétition avant qu’une décision finale ne soit prise lors d’une audience en vertu des règles de l’Agence mondiale antidopage (AMA) et du code de conduite en matière d’intégrité.

Après Titus Ekiru, Purity Komen, Esther Borura, James Karanja et Rebecca Korir sont les quatre athlètes kenyans faisant l’objet d’une suspension provisoire.

Purity Komen, 25 ans, fait l’objet d’une suspension provisoire après qu’un échantillon prélevé lors d’un contrôle antidopage s’est révélé positif à des substances interdites. L’échantillon de Komen suggère l’utilisation de norandrostérone, un stéroïde anabolisant interdit dans le sport depuis plus de 30 ans.

La norandrostérone, connue techniquement sous le nom de 19-nortestostérone, comme beaucoup d’autres stéroïdes anabolisants, est connue pour améliorer les performances athlétiques en augmentant la masse et la force musculaires ainsi que la vitesse de récupération.

Komen est également confronté à des violations des règles antidopage après avoir été accusé de s’être soustrait au prélèvement d’échantillons.

Komen a remporté le semi-marathon d’Istanbul en 2023, avec un temps de 1:06:30.

A lire aussi :  Kelvin Kiptum bat le record du monde du marathon de la légende Eliud Kipchoge à Chicago

Esther Borura a également fait l’objet d’une suspension provisoire après qu’un échantillon de contrôle antidopage se soit révélé positif à la norandrostérone, un stéroïde anabolisant.

Borura, 23 ans, s’est classée troisième au 10 km de Valence de cette année, où elle a réalisé son record personnel en 30:15.

James Karanja est le troisième athlète kenyan de cette liste à avoir été suspendu provisoirement après avoir été contrôlé positif à la norandrostérone.

Karanja, 44 ans, détient un record personnel de 1:03:59 au semi-marathon et de 2:13:54 au marathon.

Le dernier des quatre athlètes kenyans ayant fait l’objet d’une suspension provisoire, Rebecca Korir, 31 ans, a été contrôlée positive à la méthylprednisolone.

La méthylprednisolone est un glucocorticostéroïde dont il a été démontré qu’il améliorait de manière significative l’exercice sous-maximal et qui est interdit par l’AMA.

Korir a remporté le marathon de Harbin cette année en Chine, avec un temps de 2:30:34. Son record personnel au marathon est de 2:29:04, couru en Pologne en 2019.

Ces quatre cas, ainsi que les nombreux autres cas récents de violation des règles antidopage au Kenya, continuent de mettre en lumière la crise du dopage dans ce pays.

Ma précédente analyse sur les complexités du dopage sur le continent africain, y compris au Kenya, a révélé que le dopage va souvent au-delà de l’athlète.

La corruption au sein des instances dirigeantes et du personnel de l’athlétisme a conduit les athlètes à se doper par nécessité et par manque de ressources.

A lire aussi :  Le semi-marathon de Lisbonne 2024 lance sa campagne de communication : Running Is Human

Les performances de haut niveau et les records sont récompensés par des incitations financières dont bénéficient les instances dirigeantes et le personnel des athlètes.

Des voies d’exploitation sont ouvertes lorsque les athlètes dépendent des personnes qui les entourent. Les athlètes sont vulnérables à l’exploitation en raison des niveaux élevés de pauvreté dans les pays africains et du manque de ressources adéquates en matière de soins de santé et d’éducation.

Les suspensions provisoires des athlètes resteront en vigueur jusqu’à ce qu’une décision finale concernant leurs violations présumées des règles antidopage soit prise lors d’une audience.

Nicolas Fondateur de Athlé expliqué

Qui est Nicolas ?

Lillois. 30 ans et 10 ans de pratique de la course à pied. Après avoir conseillé mes amis débutants, j’ai eu l’idée de créer un blog. En 2022, Athlé Expliqué a vu le jour pour vous apporter des réponses en vous donnant des conseils basés sur mes propres expériences.

Ce contenu vous a plu ? Il existe un moyen simple et symbolique pour m’encourager : offrez-moi un café. Cela me permettra de couvrir en partie les frais liés à la maintenance du site et le temps passé sur la rédaction des articles. Bien sûr, il y a des publicités sur Athlé Expliqué, mais pour le moment, ce n’est pas suffisant. Qui sait, un jour, je pourrai les enlever !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x