Accueil » Conseils » Santé, blessures et douleurs » Comment le marathon affecte les muscles du pied ?
Comment le marathon affecte les muscles du pied ?

Comment le marathon affecte les muscles du pied ?

7 minutes de lecture

Le marathon et la course de fond en général sont associés à un risque élevé de lésions musculo-squelettiques.

Le pied, en particulier, est sujet à diverses blessures liées à la course.

Par exemple, selon une étude qui a évalué l’incidence des lésions musculo-squelettiques chez les coureurs, entre 5,7 % et 39,3 % des coureurs se blessent au pied au cours d’une année d’entraînement.

Bien que certaines blessures courantes du pied chez les coureurs soient de nature osseuse, comme les fractures métatarsiennes ou les fractures de stress dans d’autres os du pied, ou qu’elles puissent impliquer d’autres tissus conjonctifs comme le fascia plantaire, il est également fréquent que les coureurs souffrent de blessures aux muscles du pied.

Comment le marathon affecte les muscles du pied ?

Les muscles du pied se répartissent en deux grandes catégories : les muscles extrinsèques et les muscles intrinsèques.

Les groupes de muscles extrinsèques du pied sont ceux dont l’origine se situe quelque part dans la jambe. Cela signifie que le muscle est attaché à son origine, ou point de départ, quelque part dans le tibia ou la cheville, et que le ventre du muscle et/ou la jonction de sensibilité au point d’insertion (bas ou extrémité du muscle) se trouve en bas du pied.

Les muscles intrinsèques ont leur origine et leur insertion dans le pied lui-même, ce qui signifie qu’aucune partie du muscle ne s’étend dans la cheville ou la jambe.

Ensemble, les muscles intrinsèques et extrinsèques du pied aident à soutenir et à contrôler la voûte plantaire médio-latérale et contribuent à la flexion et à l’extension des orteils.

Des recherches antérieures ont montré que les coureurs présentent souvent un affaissement de la voûte plantaire, ou pied plat, en particulier après un marathon ou en raison d’un entraînement chronique à haut volume.

Une étude récente publiée dans le Scandinavian Journal of Medicine & Science in Sports visait à examiner les effets potentiels du marathon sur la santé et la fonction des muscles extrinsèques et intrinsèques du pied.

Les chercheurs souhaitaient avant tout déterminer si le marathon endommageait davantage les muscles extrinsèques du pied ou les muscles internes du pied en termes de capacité fonctionnelle de ces groupes musculaires à soutenir et à stabiliser la voûte plantaire.

A lire aussi :  Le protocole RICE est-il vraiment efficace ? Ce que disent les données scientifiques les plus récentes

Pour ce faire, les chercheurs ont recruté un groupe d’étude composé de 22 coureurs universitaires.

Des images d’imagerie par résonance magnétique (IRM) des pieds ont été prises avant de courir un marathon complet, ainsi qu’un jour après le marathon, trois jours après le marathon et huit jours après avoir terminé le marathon.

En outre, 10 des 22 coureurs de l’étude ont également eu une posture tridimensionnelle du pied obtenue à l’aide d’un système de scanner du pied avant de courir le marathon ainsi que 1, 3 et 8 jours après le marathon.

Les chercheurs de l’étude ont examiné les muscles spécifiques du pied, notamment les suivants :

  • L’abducteur hallucis, qui est un muscle intrinsèque du pied qui aide à déplacer le gros orteil vers l’intérieur, en direction de l’autre pied.
  • Le muscle quadratus plantae, qui est un muscle intrinsèque profond du pied qui aide à fléchir les quatre orteils autres que le gros orteil.
  • Le muscle Flexor digitorum longus, muscle extrinsèque du pied qui contribue à la flexion des orteils autres que le gros orteil.
  • Flexor hallucis longus, muscle extrinsèque du pied qui permet de fléchir le gros orteil uniquement.
  • Flexor digitorum brevis, muscle intrinsèque qui assiste le flexor digitorum longus dans la flexion des orteils, mais uniquement à l’intérieur du pied.
  • Le tibialis posterior, muscle extrinsèque du pied qui aide à soutenir la voûte plantaire et à contrôler la pronation du pied.

Comme les chercheurs s’y attendaient, les résultats de l’IRM des coureurs ont révélé des lésions au niveau de plusieurs muscles après le marathon.

Comment le marathon affecte les muscles du pied ?

L’étendue et la persistance des lésions musculaires du pied après un marathon diffèrent selon le groupe musculaire.

Par exemple, un jour après le marathon, des lésions musculaires ont été constatées au niveau du muscle quadratus plantae (augmentation de 7,5 % du signal d’intensité IRM), du flexor digitorum longus (augmentation de 4,7 % du signal d’intensité IRM), du muscle tibialis posterior (augmentation de 6,7 % du signal d’intensité IRM) et du muscle flexor hallucis longus (augmentation de 5,9 % du signal d’intensité IRM).

Il n’y a pas eu de changements significatifs du signal pour les lésions musculaires dans deux des muscles intrinsèques du pied : l’abducteur hallucis et le flexor digitorum brevis.

L’augmentation de l’intensité du signal IRM, qui indique à nouveau des lésions musculaires et un gonflement, a persisté jusqu’à trois jours après le marathon dans le muscle tibial postérieur (augmentation de 4,6 % du signal d’intensité IRM trois jours après le marathon).

A lire aussi :  Quantification de la charge d'entrainement et blessures : Qu'est-ce que l'Acute Chronic Workload Ratio ?

En outre, il existe une corrélation significative entre les lésions musculaires du flexor digitorum longus et du flexor hallucis longus avant le marathon et un jour après le marathon par rapport aux modifications de la hauteur de la voûte plantaire des coureurs.

En d’autres termes, les lésions de ces muscles étaient associées à une diminution de la hauteur de la voûte plantaire ou à une posture pieds plats plus importante après la course.

Ces résultats indiquent que certains muscles du pied sont plus susceptibles d’être endommagés lors d’un marathon.

En outre, les muscles extrinsèques du pied sont plus susceptibles d’être endommagés que les muscles intrinsèques du pied lors d’un marathon et les dommages causés aux muscles extrinsèques du pied semblent être les principaux responsables de la diminution de la hauteur de la voûte plantaire à la suite d’un marathon.

Comme l’a déclaré le Dr Fukano, chercheur principal de l’étude, « les muscles extrinsèques du pied sont plus susceptibles d’être endommagés par le marathon :

« Ces résultats indiquent que les dommages et la réaction de récupération après un marathon complet diffèrent selon les muscles du pied. Chez nos participants, les trois muscles extrinsèques et un seul muscle intrinsèque ont été endommagés après le marathon, ce qui suggère que les muscles extrinsèques pourraient être plus sensibles aux dommages induits par le marathon que les muscles intrinsèques.

Comment le marathon affecte les muscles du pied ?

Qu’est-ce que cela signifie concrètement pour les marathoniens ?

En fin de compte, il s’agit d’une étude relativement petite et les chercheurs n’ont donc pas tiré de conclusions générales sur la base des résultats obtenus.

Toutefois, comme il semble que la force exercée sur l’articulation de la cheville pendant la course joue un rôle important dans les dommages musculaires potentiels et les modifications de la hauteur de la voûte plantaire après un marathon, il se peut que les physiothérapeutes commencent à suggérer des moyens de renforcer correctement la cheville et les muscles extrinsèques du pied, et de favoriser la récupération de ces muscles après un marathon.

A lire aussi :  Bain de glace ou bain chaud : Quel est le meilleur moyen de récupérer ?

Le Dr Fukano a conclu :

« Étant donné que de plus en plus de gens courent aujourd’hui pour se maintenir en forme, nos résultats peuvent donner aux coureurs et aux professionnels du sport des indications sur la planification de meilleures stratégies de récupération axées sur la fatigue et les lésions musculaires, afin de prévenir les blessures liées à la course et d’améliorer également la condition physique des coureurs. »

Se tenir au courant des dernières recherches sur la course à pied peut parfois être le moyen de rester en bonne santé et de profiter de ce sport toute sa vie.

En attendant, si vous souhaitez en savoir plus sur la manière de renforcer vos pieds pour la course, consultez notre guide sur les écarteurs d’orteils pour les coureurs ici.

Nicolas Fondateur de Athlé expliqué

Qui est Nicolas ?

Lillois. 30 ans et 10 ans de pratique de la course à pied. Après avoir conseillé mes amis débutants, j’ai eu l’idée de créer un blog. En 2022, Athlé Expliqué a vu le jour pour vous apporter des réponses en vous donnant des conseils basés sur mes propres expériences.

Ce contenu vous a plu ? Il existe un moyen simple et symbolique pour m’encourager : offrez-moi un café. Cela me permettra de couvrir en partie les frais liés à la maintenance du site et le temps passé sur la rédaction des articles. Bien sûr, il y a des publicités sur Athlé Expliqué, mais pour le moment, ce n’est pas suffisant. Qui sait, un jour, je pourrai les enlever !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x