Accueil » Conseils » Les fondamentaux » Le 100 miles est-il le nouveau marathon ?
Le 100 miles est-il le nouveau marathon ?

Le 100 miles est-il le nouveau marathon ?

12 minutes de lecture

Maintenant que les 42,195 km sont devenus monnaie courante, de plus en plus de personnes, y compris des coureurs sur route élite, s’intéressent aux distances ultra et à ce qu’il faut faire pour les terminer.

Curieuse plus que tout, Magdalena Boulet s’est installée au bord de la piste de la Placer High School, dans les contreforts de la Sierra Nevada, pour assister à la fin de la Western States Endurance Run, la prestigieuse épreuve de 100 miles qui a donné naissance au mouvement de l’ultrarunning. En 2013, elle était au cœur d’une carrière qui avait fait d’elle l’une des meilleures coureuses de distance des États-Unis – deuxième aux essais olympiques de marathon en 2008, détentrice d’un record personnel de 2:26:22, et deux fois médaillée mondiale de cross-country. Alors qu’elle rencontrait de nouveaux succès sur des distances plus longues, comme le 50 km, elle a pensé que les États de l’Ouest pourraient être son avenir, mais elle n’était pas convaincue jusqu’à ce qu’elle regarde les coureurs être triomphants et éprouver du soulagement lorsqu’ils franchissaient la ligne d’arrivée. « J’en ai eu la chair de poule ». On sentait qu’il s’agissait d’un énorme accomplissement. C’était tellement plus grand qu’eux. Je me suis dit : « Je veux ressentir cette joie« .

L’occasion de Boulet se présentera le 27 juin, lorsqu’elle participera à sa première compétition des États de l’Ouest. Ce faisant, elle envoie un autre signal indiquant qu’il y a un changement dans le monde de la course à pied, un changement de perception, d’objectifs et même de limites.

Pendant un certain temps – depuis, disons, le cinquième siècle avant J.-C., lorsqu’un Pheidippides épuisé a connu son destin – le marathon a été considéré comme le test d’endurance ultime. Mais c’était avant que des coureurs extrêmes comme Ann Trason, Scott Jurek, Dean Karnazes et El Caballo Blanco ne redéfinissent les limites. Maintenant que les réseaux sociaux ont renforcé l’idée que les coureurs ordinaires – amis, parents, copains de beuverie, mères de famille – peuvent parcourir des distances inimaginables, les 42,195 km ne constituent plus la limite de l’horizon de l’endurance.

Cent kilomètres. La distance ne terrorise plus. Oserions-nous dire qu’elle figure même sur les listes de choses à faire, quelque part à côté de la visite de la Grande Muraille de Chine et d’un safari en Afrique ?

Course de 100 miles : le nouveau marathon ?

« Nombreux sont ceux qui ont prouvé qu’ils pouvaient terminer un marathon« , déclare Greg McMillan, des services de coaching de McMillan Running. « Maintenant, ils veulent relever le prochain défi. C’est une évolution naturelle. »

Les statistiques donnent raison à M. McMillan : aux États-Unis, le nombre de courses de 100 miles est passé de 1 378 à 7 029 depuis 2003. En 2014, ce nombre a augmenté de 17 %.

Certes, les coureurs de 100 miles ne menaceront pas le marathon de sitôt ; l’année dernière, le marathon de la ville de New York a compté 50 530 participants. Mais cela montre une étape comparable du développement de la course : En 1976, année du premier boom de la course à pied, on estimait à 25 000 le nombre de participants aux marathons américains. L’année dernière, 34 180 Américains ont terminé des ultras. À l’échelle mondiale, ce chiffre s’élève à 208 181.

« Pour un certain nombre d’entre nous, un marathon est relativement ordinaire« , déclare Ron Little, vice-président du Coastside Running Club à Half Moon Bay, en Californie. « C’est une distance que nous parcourons lors de nos entraînements.

homme et femme courant dans une course à pied

Pas d’effet Waouh

Bien que la popularité de la distance soit en hausse, le Western States n’accueillera probablement pas de célébrités de sitôt, comme c’est le cas pour de nombreux marathons.

A lire aussi :  Qu'est-ce que la biomécanique ? Améliorez vos performances grâce à de meilleurs mouvements

« Les ultras se sont énormément développés, mais je ne sais pas s’ils sont comparables [aux marathons] », déclare Hal Koerner, champion de la Western States et de la Hardrock et auteur du Hal Koerner’s Field Guide to Ultrarunning (Guide pratique de l’ultrarunning). « Je veux dire que la plupart des gens peuvent comprendre qu’il s’agit d’une course de 42,195 km ». P. Diddy, Oprah et Pam Anderson en ont fait un. « Il n’y a pas encore beaucoup de gens que vous rencontrez qui ont couru 100 miles. »

« Le kilométrage est très respecté par les coureurs de tous les jours. Mais la plupart des gens pensent que vous êtes fou de courir aussi longtemps« , explique-t-il.

Brett Gotcher, marathonien en 2:10:36 et candidat aux Jeux olympiques de 2016, entend de plus en plus souvent les coureurs parler de distances supérieures à 42,195 km, mais il ne l’envisage pas lui-même. « Cela m’a certainement traversé l’esprit. Une ou deux fois, j’ai eu ce sentiment d’invincibilité qui fait que j’ai l’impression de pouvoir courir pour toujours », explique-t-il. « On se demande jusqu’où on peut aller. Pourrais-je être bon dans ce domaine ? Mais ensuite, je me dis que ce n’est pas possible. Il faut une mentalité différente. »

Se préparer sur toutes les surfaces

Sage Canaday, qui tente de se qualifier pour son troisième marathon olympique, est devenu l’un des meilleurs coureurs de montagne/ultra/trail des États-Unis. Cinq mois après avoir couru le marathon de Los Angeles, il prévoit de s’attaquer pour la première fois à une course de 100 miles le 28 août lors du prestigieux Ultra-Trail du Mont-Blanc (UTMB) à Chamonix, en France. Le parcours traverse trois pays, 400 sommets et 35 000 pieds de dénivelé.

Canaday, 29 ans, n’a pas peur de rompre avec le monde établi de la course sur route pour explorer la possibilité d’opportunités plus grandes au-delà, dans un territoire largement inexploré.

« C’est le même sport de course de fond, qu’il s’agisse d’un mile ou de 100 miles« , explique M. Canaday. « C’est une lutte similaire. »

La transition de Canaday vers les trails et l’ultra-running était plus une progression qu’un objectif. S’entraîner professionnellement pour la route ne lui convenait pas autant que la montagne, et Canaday a remporté des championnats nationaux de montagne et de trail. Il a établi un record américain lors de la course sur route du mont Washington et a remporté plusieurs titres consécutifs sur le 100 miles de Tarawera en Nouvelle-Zélande.

Sébastien et Scott Jurek à l'arrivée de la Hardrock 100

Le parcours de l’UTMB est déjà assez intimidant en raison des montées, du rythme agressif des Européens et de la météo imprévisible. Mais, même pour Canaday, 100 miles – plus de 40 miles de plus que ce qu’il a jamais tenté en une seule fois – est déconcertant.

« Ce serait déjà assez difficile sur une piste droite. Si l’on ajoute toutes les autres variables, cela peut être un véritable désastre. Je crains de tomber en défaillance et de ne pas pouvoir terminer », confie-t-il.

Canaday s’est préparé à grimper entre 3000 et 4 500 mètres par semaine autour de sa maison de Boulder, dans le Colorado. Sur une seule course, il peut gagner entre 5 000 et 6 000 mètres sur une distance de 30 km.

Anna Frost, une coureuse d’ultraroute de haut niveau qui a grandi au sommet d’une colline dans la campagne néo-zélandaise, a trouvé la motivation de passer à 100 miles parce qu’elle souhaitait participer à la Hardrock 100. Situé à une altitude moyenne de 3300 mètres, le Hardrock présente un dénivelé de 20 720 mètres dans la chaîne des San Juan du Colorado.

« La distance ne m’avait jamais autant intriguée jusqu’à présent« , explique Frost, 33 ans, qui a établi un record de parcours lors de son premier 100 miles, le Bear 100 à Logan, dans l’Utah, et qui a obtenu son billet pour la course Hardrock du 15 juillet.

A lire aussi :  Pourquoi chaque coureur devrait tenir un journal d'entrainement ?

Frost trouve son inspiration dans les montagnes et considère la croissance de ce sport comme positive, à condition qu’elle n’exploite pas l’environnement et qu’elle ne s’éloigne pas de ses origines, qui sont en quelque sorte une quête spirituelle.

« Je pense que les valeurs des gens qui font des courses de 100 miles sont vraies et sincères, et je crois que cela continuera, même si le sport prend de l’ampleur », dit-elle. « C’est merveilleux de voir tant de gens apprécier la beauté du trail. Mais il y a un risque que le sport se transforme en quelque chose qui ne corresponde pas aux vraies valeurs du trail et à l’esprit de la montagne« .

Pousser jusqu’au bout

La plupart des vétérans de l’ultra diront que la plus grande différence entre le marathon et le 100 miles est la souffrance. Le ton s’assombrit au fur et à mesure que la distance s’allonge.

« Dans une course plus courte, il y a des hauts et des bas, mais ils sont de courte durée« , explique Emily Harrison, championne du monde en titre du 50 km sur route, qui a participé deux fois à la Western States, bien qu’elle n’ait pas pu la terminer en 2014. « Vous apprenez à vous en sortir. Mais dans une course plus longue, apprendre à souffrir est très différent, surtout pour les personnes habituées à courir vite et à pousser fort tout au long de la course. »

Pour une distance aussi difficile, pourquoi un plus grand nombre de personnes parviennent-elles à la parcourir ? Comme pour tout objectif, il s’agit avant tout d’une question de volonté.

« Si vous voulez vraiment le faire, vous pouvez le faire », affirme Ian Torrence, entraîneur de McMillan Running, qui a couru 187 ultras. « Les gens normaux qui ont des enfants et un travail de 40 heures par semaine le font. Vous voyez des gens qui courent des semaines folles de 300 km s’aligner à côté de gens qui courent des semaines de 50 km. Même si vous connaissez leur historique d’entraînement, il est vraiment impossible de dire qui va finir et qui ne va pas finir« .

Certaines grandes courses ont des normes de qualification, mais la plupart d’entre elles s’appuient sur le fait que les participants sont correctement préparés. Malgré cela, des mesures de protection sont souvent mises en place, avec des boucles plus petites et des postes de secours et de contrôle fréquents.

« Je ne sais pas si les coureurs qui participent à mes courses sont bien entraînés« , déclare Joe Prusaitis, directeur de la Rocky Raccoon 100 à Huntsville, au Texas. « Je ne peux pas dire en regardant quelqu’un s’il est capable de le faire ou non. La force mentale ne peut être sous-estimée, et la force physique peut être surestimée. Les kilomètres feront la part des choses.

un homme en chemise blanche courant sur un chemin de terre

L’expérience

Fin janvier, Andreana Haley et Tim Hackett se tenaient sur les lignes de départ de leurs premières courses de 100 miles – Haley à la Rocky Raccoon et Hackett à la Coldwater Rumble à Goodyear, en Arizona.

Haley, 42 ans, est une scientifique clinique d’Austin, au Texas, qui étudie les relations entre l’exercice et le vieillissement du cerveau. Elle a été attirée par la course à pied parce qu’elle souhaitait devenir une sorte de cobaye, et par les trails ultras grâce à « Running on the Sun », un documentaire sur la Badwater 135 de 1999 dans la vallée de la Mort.

Hackett, qui se décrit lui-même comme un « homme de bureau« , a fumé pendant 20 ans et était en surpoids de 20 kilos lorsque, dit-il, une randonnée avec la troupe de scouts de son fils « m’a presque tué ». Humilié, Hackett a arrêté de fumer, s’est mis à courir et a participé à un semi-marathon et à un marathon avant de découvrir les sentiers qui entourent la vallée du soleil.

A lire aussi :  4 conseils pour réussir à aller courir de bon matin

« Pendant ce temps, j’ai été licencié, j’ai retrouvé un emploi et j’ai divorcé« , explique M. Hackett, 48 ans, de Mesa, en Arizona. « Pour moi, l’objectif n’a jamais été de gagner des courses. Il s’agit de se sentir mieux et de ne pas mourir d’une crise cardiaque dans cinq ou dix ans.

Hackett a commencé la Coldwater de manière prudente. Il s’était fixé un objectif de 30 heures, mais le parcours en cinq boucles du parc régional d’Estrella Mountain s’est avéré plus difficile qu’il ne l’avait prévu, avec des kilomètres de sable profond dans des canyons.

Il lui a fallu 7,5 heures pour terminer la troisième boucle, alors que ses pieds étaient couverts d’ampoules et qu’il était pris de nausées. La marche a remplacé la course. Le sauveur de Hackett : Les Noodles. Le sodium a permis à son corps de se rééquilibrer et Hackett a pu rassembler son énergie pour l’effort final.

« Il y a eu des moments où je me sentais vraiment bien et d’autres où je me sentais vraiment mal », dit-il. « Je savais qu’il suffisait de tenir le coup. » Pour Haley, l’anxiété l’a empêchée de dormir la nuit précédente. Au bout de 100 km, elle s’est sentie nauséeuse et a refusé de manger.

Ses amis lui ont demandé d’avaler de la nourriture, puis lui ont posé un ultimatum : « Pas de nourriture, pas de course« . Au bout de 20 minutes, elle s’est sentie suffisamment bien pour manger et s’est mise à courir. Elle sentait que si elle pouvait passer la nuit, tout irait bien. À 15 km de l’arrivée, le soleil s’est levé et Haley s’est sentie rajeunir.

L ‘allure de Hackett s’est accéléré au cours des 5 derniers kilomètres et il a ressenti un « sentiment d’euphorie«  » lorsqu’il a franchi la ligne en 29:30:20. Il s’est classé 17e d’une course que seuls 34 des 72 participants ont terminée. Haley a eu la chance d’éviter les visions d’éléphants roses et autres hallucinations, et a dépassé des coureurs qui se balançaient, vomissaient, boitaient et s’évanouissaient, tout en réalisant un temps de 28:21:21.

« Je me suis lancée avant de savoir ce que je faisais », dit-elle. « D’une certaine manière, on ne sait pas de quoi on est capable. Mais n’est-ce pas là l’intérêt de cette nouvelle ère de la course à pied ? Vous êtes prêt à le découvrir !

Nicolas Fondateur de Athlé expliqué

Qui est Nicolas ?

Lillois. 30 ans et 10 ans de pratique de la course à pied. Après avoir conseillé mes amis débutants, j’ai eu l’idée de créer un blog. En 2022, Athlé Expliqué a vu le jour pour vous apporter des réponses en vous donnant des conseils basés sur mes propres expériences.

Ce contenu vous a plu ? Il existe un moyen simple et symbolique pour m’encourager : offrez-moi un café. Cela me permettra de couvrir en partie les frais liés à la maintenance du site et le temps passé sur la rédaction des articles. Bien sûr, il y a des publicités sur Athlé Expliqué, mais pour le moment, ce n’est pas suffisant. Qui sait, un jour, je pourrai les enlever !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x