Let Your Mind Run : La Force De La Positivité

Let your mind run : La Force de la positivité

En général, je n’aime pas trop lire les « livres de développement personnel ». J’ai tendance à les trouver superflus, clichés, et souvent carrément ringards. Mais cet hiver, je me suis retrouvé au plus profond d’une crise de motivation lors de ma prépa pour le marathon de Valence.

Physiquement, je me sentais bien. Je respectais même (la plupart du temps) les allures de mes séances d’entraînement, mais ce cycle d’entraînement ne m’apportait tout simplement pas de bonheur. Désespérant de trouver une sorte d’inspiration pour me frayer un chemin jusqu’au jour de la course, je suis tombé sur Let Your Mind Run. Et le sous-titre de son livre suggérait qu’il était possible de « trouver le chemin de la victoire par la pensée« , ce qui, dans mon esprit, laissait entendre que ce livre pourrait débloquer la superstar du marathon qui sommeille en moi, en entraînant UNIQUEMENT mon cerveau. (Au lieu d’entraîner mon cerveau ET de courir régulièrement.) Quoi qu’il en soit, j’étais désespéré et ce livre était là, alors je l’ai acheté et j’ai commencé à le lire comme mon dernier espoir de sauver un plan d’entraînement au marathon dans la tourmente.

Une partie sur la mémoire, une partie sur la pensée positive

Ce livre est un récit de la carrière de coureur de Deena Kastor et une chronique de son développement et de sa pratique de la positivité et de la gratitude comme outil d’entraînement. J’étais certain que la solution que je cherchais pour ma propre baisse de régime en course à pied résidait dans l’aspect mental de l’entraînement. (C’est une coureuse qui a beaucoup de succès, après tout.)

Mais j’étais également sceptique quant à la possibilité que ce livre puisse s’avérer trop tactile ou irréaliste « si vous y croyez, vous pouvez y arriver !« . « Ok, Deena ! Je compte sur toi pour m’aider à redresser ce bateau d’entraînement au marathon qui coule ! » Je pense que je me suis dit à haute voix alors que je m’installais pour un moment de lecture.

Et j’ai vraiment trouvé ce livre utile. Les réalisations de Deena sont en soi tout à fait impressionnantes, et elle et sa co-auteure Michelle Hamilton les présentent d’une manière simple et sans prétention. J’ai aimé et apprécié la façon dont Deena a fait vivre au lecteur non seulement l’expérience extérieure de chaque course, mais aussi son monologue intérieur à chaque course. J’ai trouvé qu’elle avait fait un excellent travail pour construire l’évolution de l’aspect mental de son entraînement au fur et à mesure qu’elle passait du statut de superstar imbattable du lycée à celui d’athlète universitaire épuisée, puis de marathonienne la plus rapide d’Amérique à celui d’entraîneur, de mère et d’icône de la course à pied.

Deena reste authentique

Aussi, j’ai été ému par la sagesse, l’inspiration et la motivation que Deena a tirée de ses relations avec son premier entraîneur de course, Joe Vigil, et son mari, Andrew Kastor. J’ai trouvé que la chaleur, l’authenticité et l’intimité de ces deux relations étaient palpables. Cela m’a incité à réfléchir aux relations dont je tire force et positivité dans ma propre vie et à en être reconnaissant.

J’ai apprécié que Kastor ne se contente pas de prêcher la positivité dans ce livre. Elle est une véritable étudiante et praticienne de ce concept. Elle a trouvé la connaissance et l’inspiration pour alimenter sa pratique dans des livres tels que La prophétie des Célestins de James Redfield et The Artist’s Way de Julia Cameron. Elle a également adopté des habitudes et des comportements très intentionnels en dehors de son entraînement, comme écrire dans un journal de gratitude, la planification méticuleuse et l’exécution de stratégies optimales en matière de sommeil et de nutrition, et la création de méthodes simples pour trouver et apprécier la positivité, même dans les tâches quotidiennes les plus banales.

Ce livre a vraiment marché pour moi !

Alors, c’est vrai, j’ai apprécié ce livre. Je me suis vraiment retrouvé à dire des choses pendant les courses comme « Cette côte me rend plus fort ! C’est ce que Deena Kastor dirait ! » Parfois, je disais ces choses à voix haute à mes amis et parfois je les disais simplement dans ma tête, mais il ne fait aucun doute que la lecture de ce livre m’a rendu plus conscient de mon monologue intérieur et m’a armé de quelques stratégies correctives pour l’aborder et le recadrer lorsqu’il dévie vers le négatif (Ce qui était souvent le cas).

Comment s’est passée la course de mon grand objectif, me demandez-vous ? Eh bien, je suis allé au-delà de ce que j’espérais ! Cependant, je suis fier de dire qu’en réalisant que ce n’était pas mon jour pour battre le chrono que je m’étais fixé (2h30), j’ai été capable de prendre la course avec positivité et de vraiment apprécier la journée et l’ambiance. J’ai franchi la ligne d’arrivée avec un énorme sourire, je me sentais joyeux et fier de mon état d’esprit positif. Je pense que c’est grâce à Deena et à Let Your Mind Run, du moins en partie.

5 1 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x