Accueil » Conseils » Santé, blessures et douleurs » Syndrome général d’adaptation : Le guide complet
Syndrome général d'adaptation : Le guide complet

Syndrome général d’adaptation : Le guide complet

10 minutes de lecture

Si l’on interrogeait un groupe de personnes, la majorité d’entre elles affirmerait probablement que le stress est mauvais. Après tout, le stress a été associé à un certain nombre de conséquences néfastes pour la santé physique et mentale.

Cependant, une certaine dose de stress peut être saine, voire souhaitable, pour l’organisme. L’organisme a la capacité de s’adapter au stress, ce qui peut conduire à une augmentation de la force et de la forme physique, à une meilleure tolérance au stress et à la douleur, etc.

Les adaptations physiologiques au stress ont été décrites par le syndrome général d’adaptation.

Mais quelle est la définition du syndrome général d’adaptation ? Quelles sont les caractéristiques du syndrome général d’adaptation ? Et quels sont les stades du syndrome général d’adaptation ?

Dans cet article, nous examinerons ce qu’implique le syndrome général d’adaptation, la définition du syndrome général d’adaptation, les étapes du syndrome général d’adaptation et la manière d’utiliser le cadre psychologique et physiologique du SGA pour gérer le stress de manière appropriée dans votre propre vie.

Nous aborderons les points suivants :

  • Qu’est-ce que le syndrome général d’adaptation ?
  • Quelles sont les étapes du syndrome général d’adaptation ?
  • Gérer le stress

Plongeons dans le vif du sujet !

Qu’est-ce que le syndrome général d’adaptation ?

Le syndrome général d’adaptation (SGA) désigne une série de stades définis d’adaptations physiologiques ou de changements que subit l’organisme en réponse à un stress chronique.

Le stress à l’origine du SGA est souvent l’entraînement physique, mais il est également possible d’envisager le syndrome général d’adaptation dans le contexte d’autres formes de stress physiologique ou même psychosocial.

Nous pensons souvent que les différents stress, qu’il s’agisse de l’entraînement physique, du stress financier, du stress professionnel ou des maladies chroniques, se produisent dans une sorte de vide.

Par exemple, si vous êtes un coureur de fond, vous pouvez considérer que votre entraînement et vos séances d’entraînement ne fatiguent que temporairement votre corps pendant la période de 24 heures entourant l’entraînement.

Ensuite, si vous disposez d’un jour de récupération ou de repos, ou même d’une course relativement plus facile le lendemain, vous pouvez penser que votre corps va immédiatement rebondir et que tout résultat du stress de l’entraînement de la veille sera pratiquement effacé.

Syndrome général d'adaptation : Le guide complet

Cependant, de nombreuses recherches montrent que le stress chronique entraîne de nombreuses séquelles physiques et mentales qui se manifestent à la fois pendant et éventuellement après la disparition du stress.

Le stress s’accumule dans l’organisme, qui s’adapte en conséquence.

Cela ne veut pas dire que tout stress est mauvais ; en fait, vous avez besoin du stress pour déclencher les adaptations physiologiques positives que vous recherchez par le biais de l’entraînement physique.

A lire aussi :  10 exercices pour soulager le syndrome du piriforme

Le stress peut donc être qualifié de « stress positif » ou de « stress négatif ».

Toutefois, lorsque l’ampleur ou la durée du stress dépasse la capacité physique et mentale à réagir et à s’adapter assez rapidement, ou lorsque le repos et la récupération ne suffisent pas à équilibrer le stress subi par le corps ou le cerveau, le stress peut induire des effets délétères.

Quels sont les stades du syndrome général d’adaptation ?

Comme nous l’avons mentionné, les changements physiologiques observés dans le cadre de la psychologie du SGA sont généralement décrits comme se produisant par étapes et de manière prévisible.

Les stades généraux d’adaptation ont été définis dans les années 1950 par Hans Selye, qui avait identifié et nommé le syndrome général d’adaptation pour la première fois en 1936.

Après avoir poursuivi ses recherches et étoffé sa théorie du syndrome général d’adaptation, Hans Selye a ajouté les stades du syndrome général d’adaptation pour obtenir un modèle plus concret du syndrome général d’adaptation.

Les trois stades du syndrome général d’adaptation sont le stade de la réaction d’alarme, le stade de la résistance et le stade de l’épuisement.

Examinons de plus près chacun de ces stades du syndrome général d’adaptation.

Syndrome général d'adaptation : Le guide complet

Phase de réaction à l’alarme

Le premier stade du GAS est appelé stade de la réaction d’alarme. Il s’agit de la réponse initiale de l’organisme à un facteur de stress.

Lorsque l’organisme est confronté à un stress physique ou psychosocial, le système nerveux sympathique est activé. Il s’agit de la branche « lutte ou fuite » du système nerveux autonome, conçue pour aider l’organisme à faire face à une menace perçue.

Même le « stress positif » est une menace perçue par l’organisme.

Par exemple, une bonne course ou une séance d’entraînement vigoureuse activera le système nerveux sympathique car vous soumettez votre corps à un stress physiologique par rapport au repos.

Lorsque le système nerveux sympathique est activé, il déclenche diverses réponses physiologiques, dont l’une consiste à stimuler les glandes surrénales pour qu’elles sécrètent des hormones telles que l’épinéphrine (adrénaline) et la norépinéphrine.

Ces hormones déclenchent une cascade de réactions dans l’organisme, telles qu’une accélération du rythme cardiaque et respiratoire, une augmentation de la pression artérielle et une attention accrue.

Ainsi, la phase de réaction d’alarme du syndrome général d’adaptation se manifeste par des symptômes physiques tels qu’une accélération du rythme cardiaque, une dilatation des pupilles, une accélération du rythme respiratoire, une rougeur de la peau, des tremblements ou des contractions musculaires, ainsi qu’une exacerbation des sens.

Selon le modèle du syndrome général d’adaptation, ces symptômes disparaissent au cours de la deuxième phase du SGA, mais réapparaissent au cours de la dernière phase du SGA.

Syndrome général d'adaptation : Le guide complet

Stade de la résistance

Après avoir tiré la sonnette d’alarme lorsque le corps est soumis à un stress, l’organisme tente de se réparer du choc ou du stress qui s’est produit. C’est la phase de résistance du GAS.

A lire aussi :  Douleur dans la voûte plantaire après avoir couru ? Symptômes, causes et traitements

Pour autant que le stress ait été aigu, la phase de résistance verra tous les symptômes physiques de l’activation du système nerveux sympathique revenir à l’homéostasie.

Toutefois, si le stress persiste, le système nerveux sympathique restera actif, ce qui continuera à élever la tension artérielle parce que les mêmes hormones stimulantes sont libérées.

Votre corps continuera à lutter pour rétablir l’homéostasie en continuant à « combattre ou fuir » la détresse jusqu’à ce qu’elle disparaisse.

Cependant, un stress chronique prolongé commencera à se manifester par d’autres symptômes tels que des maux de tête, des difficultés à dormir, de l’anxiété ou de la dépression, une fatigue chronique, etc.

En outre, un stress prolongé entraîne une élévation chronique du cortisol, la principale hormone du stress.

Les conséquences d’un taux élevé de cortisol sont multiples.

Par exemple, il a été démontré que plusieurs maladies chroniques sont associées à un taux de cortisol chroniquement élevé. Un taux élevé de cortisol peut augmenter le risque d’hypertension, de diabète de type 2, de maladies cardiaques, d’ostéoporose et d’obésité.

Syndrome général d'adaptation : Le guide complet

De nombreuses recherches ont montré une association entre des niveaux élevés de cortisol et la prise de poids, en particulier dans la région abdominale.

En outre, si votre corps continue à lutter contre un stress non résolu et que le taux de cortisol reste élevé, vous risquez d’éprouver des difficultés à dormir. Cela peut entraîner une léthargie et un manque d’énergie, ce qui compromet encore davantage votre capacité physique, mentale et émotionnelle à faire face au stress.

Enfin, selon la théorie du syndrome général d’adaptation, si le stress persiste trop longtemps ou si vos « ressources » ou la capacité de votre corps à continuer à opposer une « résistance au stress » ne sont pas suffisantes, vous entrerez dans la dernière phase du syndrome général d’adaptation.

Stade d’épuisement

Le stade d’épuisement du syndrome général d’adaptation survient lorsque le corps et l’esprit sont épuisés au point de ne plus disposer des ressources physiques, mentales et émotionnelles nécessaires pour lutter contre le stress persistant.

Selon la recherche, les symptômes du stade d’épuisement du SGA comprennent une fatigue accablante, un épuisement physique ou mental, une tolérance réduite au stress, une immunité affaiblie, l’insomnie et un risque accru de maladies chroniques telles que les maladies cardiaques, l’hypertension, le diabète de type 2, la dépression et l’anxiété.

Syndrome général d'adaptation : Le guide complet

Gérer le stress

La meilleure façon d’éviter de passer par les étapes du modèle du syndrome général d’adaptation est de soutenir votre récupération physique, émotionnelle et mentale après un stress aigu.

Même le stress positif, appelé eustress, nécessite un repos et une récupération suffisants, comme un jour de repos après une séance d’entraînement de haute intensité ou un repas nutritif et une douche chaude après avoir tremblé pendant des heures dans le froid et la pluie lors du match de football de votre enfant.

A lire aussi :  La capillarisation ou angiogenèse : Pour qui, quand et comment ?

Lorsque vous êtes soumis à un stress plus chronique, comme un changement d’emploi ou un déménagement, il est important d’intégrer des activités de réduction du stress telles que l’exercice physique quotidien, la méditation, le yoga ou le tai-chi, un régime alimentaire nutritif et un sommeil suffisant.

Il est important de garder à l’esprit que même si l’exercice physique régulier peut contribuer à améliorer la tolérance au stress et à réduire le stress, un exercice excessif accompagné d’une récupération insuffisante entraînera un surentraînement.

Des études ont montré que lorsque vous vous entraînez trop intensément et que vous n’accordez pas à votre corps un repos et une récupération adéquats, les niveaux de cortisol augmentent de manière significative et vous augmentez le risque d’atteindre le stade de l’épuisement du syndrome général d’adaptation.

Syndrome général d'adaptation : Le guide complet

Si vous vous sentez épuisé ou fatigué par votre programme d’exercice et que vous avez l’impression de ne pas récupérer aussi rapidement ou complètement qu’auparavant, c’est probablement le signe que vous avez besoin de plus de repos ou que votre taux de cortisol est élevé.

Vous devriez prendre des jours de repos jusqu’à ce que vous vous sentiez mieux, puis réajuster votre entraînement pour inclure davantage de jours de repos par semaine.

Si vous avez des doutes sur votre capacité à gérer le stress, vous devriez consulter votre médecin ou un thérapeute agréé.

Nicolas Fondateur de Athlé expliqué

Qui est Nicolas ?

Lillois. 30 ans et 10 ans de pratique de la course à pied. Après avoir conseillé mes amis débutants, j’ai eu l’idée de créer un blog. En 2022, Athlé Expliqué a vu le jour pour vous apporter des réponses en vous donnant des conseils basés sur mes propres expériences.

Ce contenu vous a plu ? Il existe un moyen simple et symbolique pour m’encourager : offrez-moi un café. Cela me permettra de couvrir en partie les frais liés à la maintenance du site et le temps passé sur la rédaction des articles. Bien sûr, il y a des publicités sur Athlé Expliqué, mais pour le moment, ce n’est pas suffisant. Qui sait, un jour, je pourrai les enlever !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x