Accueil » Conseils » Santé, blessures et douleurs » Le protocole RICE est-il vraiment efficace ? Ce que disent les données scientifiques les plus récentes
Le protocole RICE est-il vraiment efficace ? Ce que disent les données scientifiques les plus récentes

Le protocole RICE est-il vraiment efficace ? Ce que disent les données scientifiques les plus récentes

15 minutes de lecture

La rééducation des blessures en course à pied est souvent complexe.

Néanmoins, le protocole RICE (Rest, Ice, Compression, Elevation) est le premier recours dont vous entendrez parler si vous vous blessez.

Il s’agit du protocole de traitement de référence depuis des décennies, utilisé par les entraîneurs et les prestataires de soins de santé dans le but d’accélérer le processus de guérison et de réduire l’inflammation.

Bien qu’elle soit largement connue et extrêmement populaire, la mise en œuvre du protocole RICE pour faciliter le processus de récupération n’est souvent pas étayée par des recherches de qualité.

Dans cet article, nous examinerons les données actualisées de la recherche afin de déterminer si le protocole RICE est ou non un outil valable pour le traitement des lésions musculo-squelettiques aiguës.

Protocole RICE : qu’est-ce que c’est ?

Depuis toujours, la glace est un élément fondamental de la rééducation.

Le 23 mai 1962, Everett Knowles, 12 ans, a eu le bras sectionné après avoir sauté dans un train de marchandises à Somerville, MA.

Pour la première fois, une équipe de douze médecins a réussi à rattacher un membre, malgré l’absence d’antécédents médicaux concernant une telle procédure.

Le succès de l’opération a attiré l’attention du monde entier, les journalistes se concentrant sur les aspects intrigants de l’histoire. L’un de ces aspects était l’application de glace pour préserver le tissu sectionné, ce qui a ralenti le métabolisme cellulaire et contribué à maintenir le tissu musculaire en vie.

Cette technique de préservation, initialement prévue pour les membres coupés, a fini par être largement utilisée pour toutes les blessures.

En 1978, le Dr Gabe Mirkin a utilisé l’acronyme « RICE » dans son « Sportsmedicine Book », largement diffusé, comme protocole de traitement des blessures athlétiques aiguës.

Le protocole RICE est-il vraiment efficace ? Ce que disent les données scientifiques les plus récentes

Depuis, la méthode RICE a été enseignée dans les programmes universitaires du monde entier et adoptée par les athlètes, les médecins et les kinésithérapeutes.

L’approche RICE classique se présente comme suit :

  • Repos : Le repos est essentiel au processus naturel de guérison de l’organisme. Il implique d’éviter les activités qui aggravent la blessure et de laisser du temps pour la récupération. Il prévient l’aggravation des lésions et favorise l’allocation des ressources pour la réparation des tissus.
  • Glace : l’application de glace réduit la douleur, l’inflammation et le gonflement. La thérapie par le froid resserre les vaisseaux sanguins, contrôlant ainsi les saignements et réduisant l’accumulation de liquide au niveau de la blessure. La glace est généralement appliquée pendant de courtes périodes et peut être répétée tout au long de la journée.
  • Compression : La compression consiste à appliquer une pression sur la zone blessée à l’aide de bandages, d’enveloppes ou de vêtements de compression. Elle réduit le gonflement en empêchant l’accumulation excessive de liquide et offre un soutien aux tissus blessés. La compression doit être ferme mais pas trop serrée pour ne pas compromettre la circulation.
  • Élévation : La surélévation consiste à élever la zone blessée au-dessus du niveau du cœur, ce qui contribue à réduire le gonflement et à favoriser le drainage des liquides. En utilisant la gravité, l’élévation aide à prévenir l’accumulation de liquide et encourage le retour du sang et du liquide lymphatique dans le système circulatoire.
  • L’évolution de RICE a été fermement remise en question en 2013 par Gary Reinl dans son livre « Iced ! The Illusionary Treatment Option ».

Reinl a déclaré que le protocole RICE n’accélérait pas le processus de guérison, comme on le pensait auparavant, et qu’il pouvait même causer des dommages supplémentaires.

Le protocole RICE est-il vraiment efficace ? Ce que disent les données scientifiques les plus récentes

Après la publication du livre de Reinl, le Dr Gabe Mirkin, l’initiateur du RICE, a revu sa position sur le protocole.

A lire aussi :  Déchirure musculaire du mollet : Symptômes, causes, traitement + Comment récupérer rapidement ?

Il a déclaré :

« Des recherches ultérieures ont montré que le repos et la glace peuvent en fait retarder la guérison. Un mouvement léger aide les tissus à guérir plus rapidement et l’application de froid supprime les réactions immunitaires qui déclenchent et accélèrent la guérison. La glace aide à supprimer la douleur, mais les athlètes sont généralement beaucoup plus intéressés par un retour aussi rapide que possible sur le terrain de jeu. Aujourd’hui, le RICE n’est donc pas le traitement privilégié pour une blessure athlétique aiguë ».

Dr. Gabe Mirkin

L’évolution de RICE a connu de nombreuses itérations au fil des ans, de RICE (repos, glace, compression, élévation) à PRICE (protection, repos, glace, compression, élévation), en passant par POLICE (protection, charge optimale, glace, compression, élévation).

Ces dernières années, la recherche a abouti à l’acronyme « Peace and Love« , sur lequel nous reviendrons plus tard.

Tout d’abord, examinons les données scientifiques qui sous-tendent l’utilité du RICE et la question de savoir si nous devrions continuer à l’utiliser.

Le protocole RICE est-il vraiment efficace ? Ce que disent les données scientifiques les plus récentes

Le RICE est-il vraiment efficaces ?

Nous examinerons ici les fondements scientifiques de chaque composant de RICE.

Réparation cellulaire
Lorsque les tissus de l’organisme sont fragilisés par un traumatisme, ils passent par trois phases de réparation :

  • L’inflammation
  • La réparation
  • Le remodelage

Chaque phase du processus de réparation doit se dérouler avec succès pour permettre le déclenchement de la phase suivante.

Inflammation

L’ampleur de la réponse inflammatoire dépend de la gravité du traumatisme.

Contrairement à ce que l’on croit souvent, l’inflammation n’est pas un résultat indésirable qu’il faut réduire ou retarder.

Au contraire, elle sert de mécanisme de défense immédiat visant à contrôler les lésions cellulaires et à préparer le tissu au processus de réparation.

« L’inflammation peut se produire sans guérison, mais la guérison ne peut se produire sans inflammation. »

Wayne B. Leadbetter

Le protocole RICE est-il vraiment efficace ? Ce que disent les données scientifiques les plus récentes

Les macrophages sont des cellules essentielles au développement et à la réparation des tissus ; ils sont responsables de la libération du facteur de croissance analogue à l’insuline (IGF-1), une hormone essentielle à la régénération musculaire (31).

Le système lymphatique est un mode de transport passif et unidirectionnel de l’excès de liquide qui repose sur la contraction volontaire des tissus de l’organisme comme méthode de propulsion.

Par conséquent, pour assurer la fonctionnalité du système lymphatique, les muscles doivent être activement contractés afin de faciliter la circulation efficace de la lymphe dans tout l’organisme.

Lorsque l’organisme parvient à débarrasser le site endommagé de l’excès de liquide par l’intermédiaire du système lymphatique, le processus de réparation est activé.

Réparation

Un aspect essentiel de cette phase est l’angiogenèse, c’est-à-dire la division des cellules endothéliales qui ajoutent des vaisseaux sanguins à des parties de tissus qui n’en possédaient pas auparavant.

Cet ajout de vaisseaux sanguins est un processus essentiel car la phase suivante, le « remodelage » des tissus endommagés, dépend de la capacité de l’organisme à rétablir un réseau vasculaire pour un échange optimal d’oxygène et de nutriments.

Un autre aspect essentiel de la phase de réparation est la construction d’une matrice extracellulaire temporaire, réalisée par les fibroblastes.

Le protocole RICE est-il vraiment efficace ? Ce que disent les données scientifiques les plus récentes

Remodelage

Les fibroblastes sont des cellules productrices de collagène qui créent un tissu de granulation faible composé de collagène et de fibronectine qui servira de cadre au développement de nouveaux tissus. Ce processus constitue la phase de remodelage.

Maintenant que nous avons donné un bref aperçu de la façon dont l’organisme se répare, il est temps de se poser la question suivante : « Quelle est l’efficacité de RICE pour faciliter et améliorer la récupération ? »

La glace

La littérature spécialisée s’accorde à dire que la glace agit comme un analgésique et soulage la douleur.

Cependant, malgré l’hypothèse de longue date selon laquelle la glace est bénéfique pour réduire l’enflure, la recherche clinique suggère le contraire.

A lire aussi :  Quand fait-il trop chaud pour courir à l'extérieur ? + 8 conseils pour courir sous la chaleur

Les études de Meeusen et Lievens ont montré que la glace n’est pas une méthode efficace pour la récupération des tissus et qu’elle peut même entraver le processus de guérison, causant des dommages supplémentaires.

En fait, l’utilisation de la glace peut ne pas réduire efficacement l’accumulation de liquide et peut potentiellement conduire à une augmentation de l’enflure.

Tseng et al. ont constaté que le refroidissement topique non seulement n’améliore pas le retour à la normale des concentrations de marqueurs de dommages musculaires et de la fatigue subjective après un exercice excentrique, mais semble également retarder cette récupération.

Ces résultats indiquent que l’utilisation de glace, dont il a été démontré qu’elle retardait le processus inflammatoire, inhibe directement la production d’IGF-1 par les macrophages, ce qui risque d’empêcher une régénération optimale des tissus.

Le protocole RICE est-il vraiment efficace ? Ce que disent les données scientifiques les plus récentes

Compression et élévation

La compression est couramment utilisée dans le but d’arrêter l’hémorragie et de réduire le gonflement. Cependant, il n’est pas certain que la réduction de l’œdème contribue à la guérison.

Il n’existe que peu ou pas d’éléments probants permettant de formuler une recommandation définitive concernant le niveau et le type de compression.

Il n’y a pas non plus de preuves définitives en faveur de l’utilisation de la compression en conjonction avec la thérapie par la glace lors du traitement d’une lésion musculo-squelettique aiguë.

Repos

Un repos complet est nécessaire en cas de blessure grave. En revanche, si la blessure est mineure, la récupération active doit commencer immédiatement.

En ce sens, le « repos » peut être préjudiciable. Nous devrions plutôt participer à la récupération active.

La récupération active est un terme large qui peut inclure toute activité impliquant la contraction du tissu musculaire squelettique qui a été précédemment soumis à un traumatisme.

La récupération active peut inclure des exercices ou des activités physiques de faible intensité qui utilisent des mouvements sans douleur dans toute l’amplitude du mouvement.

Si une blessure est mineure, la rééducation peut commencer dès le lendemain, à condition qu’il n’y ait pas de douleur associée aux mouvements souhaités.

On peut donc en déduire que la contraction active des muscles squelettiques entourant le site du traumatisme améliorera la capacité de l’organisme à revasculariser les tissus endommagés.

Le protocole RICE est-il vraiment efficace ? Ce que disent les données scientifiques les plus récentes

Alternatives aux RICE fondées sur des données probantes

Le RICE est donc dépassé et peut faire plus de mal que de bien. Que dois-je faire maintenant ?

Immédiatement après une blessure de course à pied, il est important de suivre l’approche PEACE and LOVE pour garantir des soins appropriés et favoriser la guérison.

P comme Protéger :

Au cours des 1 à 3 premiers jours, limitez les mouvements afin de minimiser les saignements, de prévenir d’autres blessures et de réduire le risque d’aggravation de la situation. Le repos prolongé doit cependant être évité car il peut compromettre la solidité des tissus. Les signaux de douleur doivent guider la durée de la protection.

E comme Elévation :

Surélever le membre blessé au-dessus du niveau du cœur pour faciliter l’écoulement du liquide hors des tissus. Bien que les preuves en faveur de l’élévation soient limitées, le rapport risque/bénéfice est faible.

A comme Avoid / Éviter les modalités anti-inflammatoires :

L’inflammation est un processus naturel qui contribue à la réparation des tissus. Il est donc essentiel d’éviter les médicaments qui inhibent l’inflammation pour assurer une guérison à long terme. Les médicaments anti-inflammatoires ne devraient pas faire partie des soins standard pour les lésions des tissus mous.

Le protocole RICE est-il vraiment efficace ? Ce que disent les données scientifiques les plus récentes

C comme Compresser :

Appliquer une pression mécanique externe à l’aide de bandes ou de bandages pour limiter le gonflement et le saignement des tissus.

Bien que les études présentent des résultats contradictoires, la compression après une entorse de la cheville semble réduire le gonflement et améliorer la qualité de vie.

E comme Éduquer :
Renseignez-vous sur les avantages d’une approche active de la guérison.

A lire aussi :  Récupération post-marathon : 13 conseils d'experts pour une récupération rapide

Les modalités passives comme l’électrothérapie ou la thérapie manuelle ont des effets minimes sur la fonction par rapport à une approche active.

Une bonne éducation sur la maladie et la gestion de la charge permet d’éviter les traitements, les injections ou les interventions chirurgicales inutiles.

Après les premiers jours, une approche différente est nécessaire pour favoriser la guérison et le rétablissement.

Les tissus mous ont besoin d’AMOUR.

Le protocole RICE est-il vraiment efficace ? Ce que disent les données scientifiques les plus récentes

L comme Load / Charge :

Adopter une approche active du mouvement et de l’exercice, ce qui est bénéfique pour la plupart des personnes souffrant de lésions musculo-squelettiques.

Ajoutez progressivement des contraintes mécaniques et reprenez des activités normales lorsque les symptômes le permettent. Une mise en charge optimale favorise la réparation et le remodelage et renforce la tolérance des tissus.

O comme Optimisme :

Les attentes optimistes des patients sont associées à de meilleurs résultats. Des facteurs psychologiques tels que le catastrophisme ou la peur peuvent entraver le rétablissement, d’où l’importance de favoriser un état d’esprit positif.

V comme Vascularisation :

L’activité cardiovasculaire joue un rôle clé dans la gestion des blessures musculo-squelettiques.

Des exercices aérobiques sans douleur doivent être entrepris quelques jours après la blessure afin d’augmenter le flux sanguin dans la zone touchée et d’améliorer la fonction physique.

Le protocole RICE est-il vraiment efficace ? Ce que disent les données scientifiques les plus récentes

E comme Exercice :

L’exercice est un traitement très efficace des lésions musculo-squelettiques et réduit le risque de récidive.

Il aide à restaurer la mobilité, la force et la proprioception au cours des premiers stades de la récupération. La douleur doit être évitée et sa présence peut guider la progression des exercices.

La prise en charge des lésions des tissus mous va au-delà du contrôle immédiat des dommages.

Résumé

L’idée selon laquelle la mise au repos d’une blessure et l’enveloppement serré de glace accélèrent la récupération des tissus semble reposer uniquement sur des informations non vérifiées datant d’il y a plus de quarante ans.

Les études qui soutiennent le protocole RICE manquent de cohérence en ce qui concerne les groupes expérimentaux et de contrôle, la durée de l’étude et la taille de l’échantillon, ce qui entraîne une dilution des preuves.

Même l’architecte du protocole RICE a retiré son soutien en raison des nouvelles découvertes.

Au vu des preuves disponibles, il est clair que l’idée d’utiliser la technique RICE pour améliorer la récupération est indéniablement un mythe, et que des alternatives supérieures devraient être envisagées.

Si vous souhaitez en savoir plus sur l’entraînement musculaire pour rester fort et ne pas vous blesser, consultez l’article suivant : Le renforcement musculaire : allié du coureur.

Nicolas Fondateur de Athlé expliqué

Qui est Nicolas ?

Lillois. 30 ans et 10 ans de pratique de la course à pied. Après avoir conseillé mes amis débutants, j’ai eu l’idée de créer un blog. En 2022, Athlé Expliqué a vu le jour pour vous apporter des réponses en vous donnant des conseils basés sur mes propres expériences.

Ce contenu vous a plu ? Il existe un moyen simple et symbolique pour m’encourager : offrez-moi un café. Cela me permettra de couvrir en partie les frais liés à la maintenance du site et le temps passé sur la rédaction des articles. Bien sûr, il y a des publicités sur Athlé Expliqué, mais pour le moment, ce n’est pas suffisant. Qui sait, un jour, je pourrai les enlever !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
lacombe diego
lacombe diego
4 mois il y a

Découvrir les travaux d’Yves Tucoulou. kiné Français en Chine. 30 ans d’expérience sur les protocole de rééducation. Ex: ligaments croisés remis en 28 jours. Il a pris la connaissance Occidentale et asiatique. Les protocoles de rééducation actuels font perdre du temps…au corps et au sportif…

1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x