Accueil » Conseils » Nutrition et hydratation » Les erreurs alimentaires à ne pas faire quand on débute la course à pied
Les erreurs alimentaires à ne pas faire quand on débute la course à pied

Les erreurs alimentaires à ne pas faire quand on débute la course à pied

6 minutes de lecture

Si vous pensez que l’exercice physique quotidien vous donne carte blanche pour manger ce que vous voulez, détrompez-vous.

Vous allez au fast-food plusieurs fois par semaine et votre caddie est régulièrement rempli de biscuits, de beignets emballés, de crème glacée, de chips. Mais vous êtes mince. Vous courez – beaucoup – et vous ne prenez pas de poids, donc tout va bien, n’est-ce pas ? Eh bien, pas tout à fait. Posez tout de suite ce gâteau au chocolat et écoutez-moi.

Pourquoi les coureurs sont en meilleure santé ?

« Si les coureurs ont tendance à être en bien meilleure santé que la population générale, avec des taux de diabète et de maladies cardiaques plus faibles, cela est dû en grande partie à une alimentation saine plutôt qu’à une pratique régulière de la course à pied », explique Sara Mahoney, docteur en médecine et directrice du département des sciences de l’exercice à l’université Bellarmine. En général, parce que les coureurs courent, ils prennent soin de leur corps en mangeant bien et en se reposant.

Mais ce n’est pas le cas de tous. Certains d’entre eux – et nous en connaissons tous un – se nourrissent de beignets et de hamburgers. À court terme, la course à pied peut atténuer les effets négatifs de ce mode de vie sur la santé. Mais au fil des décennies, l’exercice physique perd ses capacités protectrices.

Dave McGillivray, 63 ans, directeur de longue date du marathon de Boston, l’a appris à ses dépens. McGillivray, qui a couru le marathon de Boston chaque année depuis 1973, parcourait entre 145 km et 190 km par semaine, et chaque année, le jour de son anniversaire, il court son âge en miles.

Il y a quatre ans, cependant, McGillivray a commencé à se sentir essoufflé au début des séances d’entraînement. Une angiographie révèle qu’il souffre d’une grave maladie coronarienne. « Attendez une minute », dit McGillivray. « J’ai couru toute ma vie. J’ai participé à huit triathlons Ironman et à 140 marathons. J’ai traversé les États-Unis en courant. Comment puis-je avoir les artères bouchées ?« .

A lire aussi :  Peut-on prendre de la whey après la course à pied ?

McGillivray a des antécédents familiaux de maladies cardiaques chroniques, et il a également mangé comme un adolescent pendant la majeure partie de sa vie. « En tant que coureur, j’avais l’impression que si le four était suffisamment chaud, il brûlerait tout ce que vous y mettriez », explique-t-il. « Je mangeais donc tout ce que je voulais. »

>> A lire : Course à pied et fast food sont-ils compatibles ?

Un homme montre un hamburger en gros plan

Une mauvaise habitude alimentaire qui concerne de nombreux coureurs

Cette attitude n’est pas rare chez les coureurs. De nombreux coureurs déclarent qu’ils mangeaient tout ce qu’ils voulaient parce qu’ils couraient et qu’ils ne prenaient pas de poids. Ces chiffres concordent avec ceux d’un sondage récent mené auprès d’ultrarunners amateurs, qui a révélé que 62 % d’entre eux ne suivent pas les recommandations de l’American College of Sports Medicine en matière de nutrition, bien qu’ils en soient conscients.

Mais ce n’est pas parce que le chiffre sur la balance semble sain que votre régime alimentaire ne fait pas de dégâts à l’intérieur. « Je rencontre régulièrement des coureurs dans la cinquantaine et la soixantaine, qui pensent avoir fait tout ce qu’il fallait dans leur vie pour être en bonne santé, et qui finissent par souffrir d’une maladie cardiaque. Lorsque je leur parle de leur régime alimentaire, ils sont souvent très choqués », explique le médecin de McGillivray, le docteur Aaron Baggish, directeur du programme de performance cardiovasculaire au Massachusetts General Hospital Heart Center et professeur agrégé de médecine à la Harvard Medical School.

>> A lire : Le régime alimentaire qui peut vous aider à gagner 6 % de vitesse en 4 jours

« Si l’alimentation est l’un des éléments les plus importants de la santé des athlètes, c’est aussi l’un des moins bien compris, en raison du manque d’essais cliniques », explique Baggish. Il souligne néanmoins que l’abus de sucres simples est « la transgression alimentaire la plus courante chez les athlètes d’endurance, et plus particulièrement chez les coureurs ». Il cite le pain blanc, les pâtes blanches, le riz blanc et les sucres raffinés. « En mangeant de grandes portions de ces aliments, l’organisme les transforme en mauvaises molécules, en mauvais types de graisses, en mauvaises espèces de sucres oxydants, qui endommagent gravement les vaisseaux cardiaques« , explique Baggish.

A lire aussi :  L’ail : Allié pour votre santé en course à pied ?

Les gens ne ressentent pas de symptômes avant que la maladie ne soit déjà très prononcée et évoluée. Pourtant, les coureurs entendent souvent des messages contradictoires sur la façon dont l’exercice physique – en particulier les séances à haute intensité – peut effacer les maux de la malbouffe. Une étude récente menée par Christian Duval, Ph.D., chercheur au département des sciences de l’exercice de l’Université du Québec à Montréal, en est l’illustration : Duval a nourri un petit groupe d’hommes âgés de 18 à 30 ans de sandwichs au petit déjeuner, de hamburgers, de frites, de desserts et de boissons gazeuses à chaque repas de la journée pendant deux semaines. Les sujets ne mangeaient pas un seul légume et consommaient « une énorme quantité de graisses saturées, une très grande quantité de sucre, qui est encore pire que les graisses, et des produits chimiques que l’on trouve dans les aliments transformés », explique Duval. Mais grâce à une prescription supplémentaire d’entraînement fractionné, les sujets de Duval n’ont pas pris de poids. De plus, lorsqu’il a analysé leur sang pour déterminer l’accumulation de graisse et les processus inflammatoires – principaux facteurs des maladies cardiaques, du cancer et d’autres maladies chroniques -, il n’a pas semblé que le régime ait eu un quelconque effet.

photo en gros plan d'une personne tenant une part de pizza

Mais cette étude, qui a fait couler beaucoup d’encre, s’est déroulée sur plusieurs semaines, et non sur plusieurs années. Les dommages causés par une mauvaise alimentation peuvent mettre beaucoup plus de temps à se manifester. Prenons l’exemple de l’athérosclérose, une maladie qui, selon Baggish, se développe sur de nombreuses années. « C’est un processus qui commence quand on est jeune et qui s’accélère progressivement avec le temps. Les gens ne ressentent pas de symptômes avant que la maladie ne soit déjà très prononcée et avancée ».

>> A lire : Grignotage et envie de sucre : Comment les éviter ?

A lire aussi :  Hyperhydration, hyponatrémie : Que faire pour l'éviter ?

Les erreurs alimentaires à ne pas faire quand on débute la course à pied : Ce qu’il faut retenir

Conclusion : On ne peut pas échapper à de mauvaises habitudes alimentaires. Comme le dit Baggish, « même si vous faites de l’exercice comme un beau diable, si vous faites d’autres choses qui ne sont pas bonnes pour la santé, les mauvais choix alimentaires vous rattraperont« .

Qui est Nicolas ?

Lillois. 30 ans et 10 ans de pratique de la course à pied. Après avoir conseillé mes amis débutants, j’ai eu l’idée de créer un blog. En 2022, Athlé Expliqué a vu le jour pour vous apporter des réponses en vous donnant des conseils basés sur mes propres expériences.

Ce contenu vous a plu ? Il existe un moyen simple et symbolique pour m’encourager : offrez-moi un café. Cela me permettra de couvrir en partie les frais liés à la maintenance du site et le temps passé sur la rédaction des articles. Bien sûr, il y a des publicités sur Athlé Expliqué, mais pour le moment, ce n’est pas suffisant. Qui sait, un jour, je pourrai les enlever !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x