Pourquoi Varier Ses Parcours D’entraînement En Course À Pied ?

Pourquoi varier ses parcours d’entraînement en course à pied ?

Êtes-vous un adepte du bitume ou êtes-vous plutôt du côté des sentiers ? Il s’avère que vous n’avez pas à choisir. Quel que soit votre terrain de prédilection, le fait de le changer de parcours permet de garder de la fraicheur et peut avoir de grands avantages pour votre course.

Il suffit d’ajouter quelques séances d’intervalles sur piste ou sur route à son plan d’entraînement pour que les coureurs de trail voient leur vitesse augmenter lorsqu’ils retournent courir en nature, tandis que les coureurs sur route peuvent gagner en force et réduire les blessures dues aux impacts en empruntant les sentiers.

Voici les avantages de varier ses parcours d’entraînement.

3 façons dont la course sur route peut profiter aux coureurs de trail

Si vous vous entraînez pour une course tout-terrain, les sentiers sont le meilleur moyen de vous habituer au terrain vallonné et aux défis du grand air, mais cela ne veut pas dire que vous devez courir uniquement sur des pistes. Si votre allure a atteint un plateau, la route peut être la solution.

1. Faire de la vitesse sur piste ou sur route

L’une des raisons pour lesquelles vous pourrez écarter la concurrence est d’avoir beaucoup de vitesse dans les jambes grâce à la course sur route.

Si vous voulez pousser l’allure sur les sentiers, le développement d’une rotation rapide des jambes – ou cadence – et d’une bonne vitesse de base vous aidera vraiment. Vous pouvez y parvenir en incluant des intervalles de vitesse dans votre entraînement.

Bien que vous puissiez faire des répétitions de vitesse sur l’herbe, rien ne vaut une surface plane et rapide comme une route ou une piste qui élimine les variables telles que les changements de terrain et les pentes, ce qui vous permet de vous concentrer réellement sur votre vitesse, votre forme et votre allure.

Être capable de changer d’allure est une compétence importante à acquérir si vous voulez suivre ou dépasser d’autres concurrents ou tirer le meilleur parti des portions plates sur les sentiers. Améliorer la rotation des jambes peut également être très utile en descente. Courir en descente sur les sentiers peut être un choc pour le corps, mais si vous êtes capable de faire tourner vos jambes rapidement, plutôt que d’atterrir lourdement sur vos talons, cela signifie que vous aurez plus de chances de faire des pas courts et rapides qui vous aideront à éviter cet impact dur.

2. La force mentale

L’une des critiques de nombreux coureurs de trail à propos de la course sur route est qu’ils la trouvent ennuyeuse. Mais considérez cela comme un avantage. Si vous vous entraînez pour une course d’ultra, le fait de faire quelques répétitions monotones sur route peut entraîner votre cerveau à gérer l’ennui. Vous développerez votre force mentale pour continuer lorsque les choses deviennent difficiles et qu’il n’y a rien autour de vous pour vous changer les idées.

3. C’est un gain de temps

Pour ceux d’entre nous qui n’ont pas la chance de vivre à la montagne ou à la campagne, se rendre sur les pistes peut signifier d’abord faire un trajet en voiture ou en train. Pour les moments où la vie se met en travers du chemin, la course sur route est un substitut idéal. Parfois, il est plus important de sortir et de courir que de se préoccuper du lieu.

La course sur route vous apportera toujours les bienfaits aérobiques nécessaires, si vous cherchez les côtes, vous pourrez vous entraîner aux pentes et c’est souvent plus pratique – il vous suffit de sortir de chez vous.

3 façons dont le trail running peut profiter aux coureurs sur route

Si vous êtes un coureur sur route assidu, vous aurez peut-être peur des sentiers, mais la surface plus douce est idéale pour éviter les blessures et vous vous renforcerez en sollicitant vos muscles d’une nouvelle manière.

1. Vous développerez la force de vos muscles stabilisateurs

Si vous avez l’habitude de courir sur route, les sentiers peuvent renforcer vos chevilles et vos pieds, ainsi que votre tronc, vos fessiers et de nombreux petits muscles stabilisateurs, ce qui vous aidera à éviter les blessures.

Il est facile de tomber dans le piège de courir les mêmes courses encore et encore. Mais si vous vous rendez à une compétition et que vous êtes confronté à un défi différent, comme prendre des virages serrés, et que votre corps n’y est pas préparé, cela peut poser problème.

Si vous ne donnez à votre cheville qu’un seul défi, comme la course sur route, elle s’y adapte, mais le terrain varié des sentiers signifie que vous devez atterrir différemment et que vos jambes doivent travailler de différentes manières, ce qui améliore la force de votre pied et de votre cheville.

Les obstacles supplémentaires, tels que sauter au-dessus de l’eau, franchir des échaliers et parcourir des pentes et des descentes abruptes, vous feront également travailler l’ensemble de votre corps.

2. Cela peut vous aider à retrouver votre mojo

Lorsque l’on s’entraîne dur ou que l’on parcourt de nombreux kilomètres, il peut être facile de perdre le charme de la course à pied, mais aller au grand air peut vous sortir de la routine.

Si vous suivez un plan d’entraînement pour le marathon qui vous dit que vous devez atteindre telle et telle allure, aller sur les sentiers peut vous enlever un peu de pression, vous faire oublier les temps et vous aider à retrouver le plaisir de courir.

Vous ne pouvez pas être esclave de Strava sur les sentiers, car le terrain est tellement imprévisible qu’il est inutile de regarder votre montre. La course sur sentier vous permet d’être simplement dans le moment présent. Vous pensez à l’endroit où vous allez faire votre prochain pas et aux défis que votre environnement va vous lancer, plutôt que de vous soucier d’atteindre vos objectifs.

3. Moins d’impact sur les articulations

Lorsque vous courez hors route, c’est généralement sur de l’herbe, des sentiers, du gravier et de la boue, qui sont tous des surfaces plus douces que la route, ce qui réduit l’impact sur votre corps à chaque pas. Les défis posés par ces surfaces signifient également que vous changez votre façon de bouger, ce qui réduit les risques de blessures dues à des mouvements répétitifs.

Si vous vous entraînez pour une compétition sur route, je vous conseille de continuer à travailler la vitesse ou les séances à l’allure de la course sur route, mais après cela, vous pouvez changer. Tant que vous effectuez votre séance spécifique à la course sur route, il est bon d’avoir une partie de vos séances hors route.

Ai-je besoin de deux paires de chaussures ?

Dans un monde idéal, vous auriez des chaussures différentes, adaptées spécifiquement à chaque discipline. Une paire pour courir vite sur la piste et le macadam, une autre pour les longues courses lentes et régulières sur les routes, sans oublier des chaussures conçues pour affronter ce que le trail vous réserve.

Mais à moins que votre compte en banque – et votre espace de rangement – ne vous permette de le faire, l’option la plus intelligente est de vous procurer une paire de chaussures toutes surfaces (route et trail). Ces chaussures sont conçues pour une polyvalence et un confort maximum sur tous les terrains. Elles sont suffisamment légères pour vous permettre de vous déplacer sur le bitume, mais suffisamment adhérentes et protégées pour vous permettre de dévaler – et, espérons-le, de remonter – les sentiers.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x