Le marathon est-il sans danger pour les enfants ?

Le marathon est-il sans danger pour les enfants ?

En mai 2022, le monde entier – coureurs et non coureurs – avait les yeux rivés sur le Flying Pig Marathon après qu’un garçon de 6 ans a terminé la course avec sa famille en 8 heures et 35 minutes.

Ce n’est pas l’arrivée en elle-même qui a suscité un tollé, mais un message posté par la mère de l’enfant sur les réseaux sociaux, faisant état de sa détresse pendant les derniers kilomètres de la course.

La photo montre le garçon tenant une boîte de chips Pringles avec la légende suivante : « Sur le parcours du marathon, Rainier savait qu’on distribuait généralement des Pringles vers le kilomètre 20. Il luttait physiquement et voulait faire une pause et s’asseoir toutes les trois minutes. Après 7 heures, nous sommes finalement arrivés au kilomètre 20 et avons trouvé une table abandonnée et des boîtes vides. Il pleurait et nous avancions lentement, alors je lui ai dit que je lui achèterais deux boites s’il continuait à avancer. J’ai dû lui promettre une autre boite pour qu’il figure sur la photo de famille à l’arrivée. Aujourd’hui, je l’ai payé« .

>> A lire : Comment créer son programme d’entraînement à partir d’un gros objectif kilométrique ?

Des experts en médecine du sport et des pédiatres ont eu vent de l’arrivée du garçon au marathon et de ses circonstances uniques, et ont publié un article dans JAMA Pediatrics en octobre, intitulé « Kids on the Run – Is Marathon Running Safe for Children ? » (Les enfants courent-ils des marathons sans danger pour les enfants ?).

La réponse est la suivante : Nous n’en sommes pas tout à fait sûrs.

« La course à pied chez les enfants devient de plus en plus populaire, en particulier sur les longues distances, et la tendance est en avance sur la recherche », explique Emily Kraus, professeur adjoint à l’université de Stanford, médecin du sport à l’hôpital pour enfants de Stanford et directrice du Female Athlete Science and Translational Research Program (programme de recherche translationnelle sur les athlètes féminines).

Kraus, qui pratique la course à pied, n’a pas participé à la rédaction de l’article du JAMA Pediatrics, mais a coécrit la déclaration de consensus sur la course à pied chez les jeunes publiée en 2021 dans le British Journal of Sports Medicine.

Un jeune garçon court sur un chemin

« Nous ne pouvons pas conclure qu’il n’y a pas de risque, que le risque est minime ou qu’il est plus élevé [pour les jeunes enfants qui courent sur de longues distances] », explique-t-elle.

L’article revient sur le boom de la course à pied dans les années 1970, lorsque plusieurs jeunes enfants ont participé à des marathons ; des enfants âgés de 8 ans seulement ont parcouru la distance en 3 heures et 31 secondes. Les auteurs notent que, bien qu’aucun cas de blessure ou d’événement indésirable n’ait été signalé, les médecins et les directeurs de course ont commencé à s’inquiéter des dangers potentiels de la participation des enfants. En 1981, le marathon de New York, qui en était alors à sa 11e édition, a instauré un âge minimum de 16 ans. D’autres courses ont suivi.

Un article publié en 2010 dans le Clinical Journal of Sports Medicine s’est penché sur les données du Twin Cities Marathon de 1982 à 2007, qui incluait 310 enfants âgés de 7 à 17 ans. Les chercheurs ont constaté que le risque d’incident médical était inférieur d’environ 50 % chez les enfants par rapport aux adultes, mais qu’il n’était pas statistiquement significatif. En d’autres termes : Nous ne pouvons pas dire avec certitude si les enfants courent moins de risques de se blesser ou d’avoir un problème médical.

« Certaines des premières études montrent que le risque global de participer à des courses est assez minime ou inférieur à celui de la population adulte pratiquant la course à pied », explique M. Kraus. « Mais la question est de savoir si c’est parce que le nombre [d’enfants qui terminent la course] est beaucoup plus faible.

Kraus, qui traite principalement des athlètes d’âge scolaire moyen dont les cartilages de croissance sont encore ouvertes, s’inquiète du fait que nous ne savons pas si le marathon à un jeune âge affectera la croissance et le développement à long terme.

« Les jeunes enfants n’ont même pas encore commencé à franchir certaines étapes de leur développement », explique-t-elle. « Les athlètes âgés de moins de 10 ou 11 ans sont de véritables enfants. À mon avis, nous n’en savons pas assez pour leur donner le feu vert.

Kraus déconseille la répétition d’une seule activité au fil du temps, comme la course à pied. Elle encourage plutôt les jeunes athlètes à essayer différentes activités physiques qui se prêtent à des mouvements multidirectionnels, comme le football, le tennis et la bonne vieille course d’orientation.

un garçon court dans la rue tandis que les gens le regardent

Lorsqu’on lui demande de donner des conseils sur la distance à parcourir pour les jeunes enfants, Mme Kraus répond que tout ce qui va jusqu’à 10 km est « probablement acceptable ». L’idéal, dit-elle, serait de mesurer la distance parcourue par un jeune enfant au cours d’une journée de jeu libre ou de sport d’équipe, afin d’orienter cette recommandation.

« Pour les enfants, les jeux libres à ce stade de leur développement sont plus utiles pour développer la motricité, l’agilité et la coordination oeil-main« , explique-t-elle.

En outre, bien que les études montrent clairement que les comportements sains développés dans le cadre des sports pratiqués par les jeunes peuvent favoriser l’activité physique à long terme et réduire les risques de maladies telles que le diabète, les maladies cardiovasculaires et le cancer, « la spécialisation sportive pendant l’enfance n’offre pas d’avantages compétitifs et n’est pas une condition pour accéder à l’élite », écrivent les auteurs dans l’article du JAMA Pediatrics.

De plus, le fait de courir des marathons ou des ultramarathons pendant l’enfance ne conduit pas nécessairement à une participation à des courses à pied tout au long de la vie ou à des bénéfices à long terme pour la santé. Les auteurs ont écrit : « Parmi les enfants qui ont participé à des ultramarathons [plus longs qu’un marathon], moins de 25 % ont continué à le faire à l’âge adulte, et moins de 10 % couraient encore des ultramarathons 30 ans plus tard ».

>> A lire : Comment lâcher prise sur l’allure et courir aux sensations ?

Selon les chercheurs, la plupart des jeunes ultramarathoniens ont entre 16 et 18 ans, mais certains coureurs de moins de 10 ans ont déjà participé à un ultramarathon.

Les experts ne savent pas si cette baisse de participation est due à des blessures dues au surentraînement et à l’épuisement, ou à des changements d’intérêt. Les auteurs ajoutent que les avantages et les risques potentiels pour la santé des jeunes marathoniens n’ont pas été comparés à ceux des coureurs de plus courte distance ou d’autres sports.

Mais des spécialistes en pédiatrie comme Kraus et les auteurs soulignent que la plus grande question et préoccupation concernant le marathon chez les jeunes, en particulier chez les enfants de moins de 10 ans, est la motivation intrinsèque d’un jeune coureur.

jeune fille courant sur une piste d'athlétisme

« Pourquoi cet enfant court-il ? Est-ce parce qu’il a une famille de coureurs et qu’il ne veut pas se sentir exclu ? Est-ce que c’est quelque chose qu’il désire profondément faire ? » Kraus pose la question, tout en soulignant que les jeunes enfants ne comprennent probablement pas tout à fait ce qu’impliquent l’entraînement pour un marathon.

Si je travaillais avec un enfant de 6 ans, je lui dirais : « Sais-tu ce qu’est un marathon ? Sais-tu ce que tu ressens lorsque tu cours un kilomètre ou d’autres distances plus courtes ? explique Mme Kraus.

>> A lire : L’ultra-trail est-il dangereux pour la santé ? Trail Scientifique de Clécy

Elle travaillerait ensuite avec les familles pour comprendre pourquoi elles font participer un jeune enfant à une distance aussi extrême à ce moment précis, suggérant plutôt d’utiliser le marathon comme objectif pour les années à venir.

Sur la base des données disponibles, les auteurs ont dressé une liste de points que les familles devraient prendre en considération avant qu’un jeune enfant ne participe à un marathon ou à un ultramarathon, en plus de l’évaluation de la santé physique de l’enfant :

  • Les risques et les avantages potentiels, en rappelant que les études disponibles sont limitées
  • Déterminer la motivation de l’enfant pour courir un marathon, en mettant l’accent sur la participation volontaire.
  • Informer les enfants qu’ils ont le droit de s’arrêter à tout moment et qu’ils ne seront pas punis ou ne subiront pas de conséquences négatives s’ils décident de s’arrêter.
  • Discuter des moyens par lesquels les enfants peuvent communiquer leur choix à leurs parents et tuteurs.
  • Surveiller le bien-être physique, psychologique, social et scolaire, ainsi que l’engagement continu envers le marathon pendant l’entraînement.

« Pour un enfant de 6 ou 7 ans qui n’a pas encore totalement assimilé les notions de fixation d’objectifs et de suivi, un marathon est un défi d’un genre différent qui va au-delà de ce qu’il est capable de gérer », explique M. Kraus.

Ces conseils pourraient aussi vous intéresser :
  • Nicolas

    A la fois épicurien et passionné de running depuis 10 ans, je suis un blogger qui court pour le plaisir, simplement, et pour les chronos, accessoirement. J’aime particulièrement ce sport pour son exigence et pour la diversité des paysages qu’il permet de découvrir.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x