Accueil » Conseils » Les bases » Pourquoi ai-je du mal à respirer lorsque je cours ? 4 causes potentielles
Pourquoi ai-je du mal à respirer lorsque je cours ? 4 causes potentielles

Pourquoi ai-je du mal à respirer lorsque je cours ? 4 causes potentielles

10 minutes de lecture

Beaucoup de nouveaux coureurs se posent des questions telles que « Pourquoi est-ce que je m’essouffle si facilement ? » ou « Pourquoi est-ce que j’ai du mal à respirer quand je cours ? ».

Il n’est pas rare d’avoir l’impression d’avoir des difficultés à respirer ou d’être totalement essoufflé en courant.

Il existe un certain nombre de causes potentielles à l’essoufflement pendant la course ou à la difficulté à respirer pendant l’exercice.

Dans cet article, nous répondrons à votre question  » pourquoi ai-je du mal à respirer lorsque je cours ? « , nous discuterons des causes courantes de l’essoufflement pendant la course et nous vous expliquerons comment ne pas vous essouffler pendant la course.

Nous aborderons les points suivants :

  • Pourquoi ai-je du mal à respirer lorsque je cours ?
  • Pourquoi est-ce que je m’essouffle si facilement en courant ?

Pourquoi ai-je du mal à respirer lorsque je cours ?

Il existe un certain nombre de raisons pour lesquelles vous pouvez vous sentir essoufflé lorsque vous courez, certaines d’entre elles étant liées à une mauvaise condition physique (qui devrait se résoudre au fur et à mesure que vous progressez).

Cependant, l’essoufflement pendant l’exercice peut également être dû à des problèmes médicaux sous-jacents.

C’est pourquoi il est important de ne pas ignorer les difficultés respiratoires lors de la course à pied, en particulier si elles sont fréquentes et semblent se produire dans diverses conditions, et surtout dans les cas où l’on s’entraîne depuis longtemps et où l’on a une bonne condition cardiovasculaire et cardiorespiratoire.

Par exemple, si vous souffrez d’une affection sous-jacente, telle que l’asthme, qui n’est pas diagnostiquée ou qui n’est pas bien prise en charge, un traitement supplémentaire ou des ajustements de votre médication peuvent résoudre le problème et réduire le risque de séquelles plus dangereuses, telles qu’une crise d’asthme.

Pourquoi suis-je si facilement essoufflé lorsque je cours ?

La difficulté à respirer pendant la course ou l’exercice physique est appelée dyspnée.

Une femme essoufflée

La dyspnée peut non seulement réduire les performances athlétiques et accroître la fatigue, mais elle peut aussi vous dissuader de faire de l’exercice ou de courir. Après tout, il peut être très démotivant de faire de l’exercice si, à chaque fois que vous essayez d’aller courir, vous êtes essoufflé ou vous ressentez un manque de souffle.

Il y a quatre raisons principales pour lesquelles vous pouvez vous sentir essoufflé pendant que vous courez : vous êtes débutant et votre condition physique n’est pas encore bonne, vous courez trop vite par rapport à votre niveau d’aptitude, ou vous souffrez d’asthme ou d’une autre affection respiratoire sous-jacente.

Examinons chacune de ces causes potentielles en détail :

Votre condition physique est insuffisante

La raison la plus probable pour laquelle vous vous sentez essoufflé lorsque vous courez est simplement due au fait que vous n’êtes pas encore en « bonne forme » et que votre corps ne s’est pas encore adapté aux rigueurs de la course à pied.

A lire aussi :  Comment courir plus longtemps sans s'arrêter ? 20 conseils utiles pour les débutants

Des exercices aérobiques réguliers améliorent l’efficacité et la santé du système cardiovasculaire, et vos poumons et vos muscles respiratoires deviennent plus forts et plus habitués à respirer profondément et rapidement.

Une femme essouflée

Vous courez trop vite

Une autre raison fréquente pour laquelle vous vous sentez essoufflé lorsque vous courez est que vous courez trop vite par rapport à votre niveau de forme actuel.

N’oubliez pas que la course à pied est un entraînement pour l’ensemble du corps. Votre cœur et vos muscles ont besoin de beaucoup plus d’oxygène et de nutriments qu’au repos, ce qui oblige vos poumons à travailler plus dur et plus vite pour absorber l’oxygène et expirer le dioxyde de carbone, le déchet métabolique.

Plus vous courez vite, plus le coût énergétique de l’activité par minute est élevé. Cela signifie que plus l’intensité de l’exercice augmente, plus les muscles et le cœur ont besoin d’oxygène.

En conséquence, votre corps essaie de respirer plus vite et plus profondément, afin d’aspirer autant d’oxygène que possible par minute.

Lorsque vous franchissez le seuil anaérobie, votre corps n’est plus en mesure de produire de l’énergie (ATP) assez rapidement par les voies métaboliques aérobies (cycle de Krebs et chaîne de transport d’électrons).

Le recours à la glycolyse anaérobie augmente donc considérablement.

La glycolyse anaérobie ne nécessite pas d’oxygène pour produire de l’énergie et n’est pas une voie de production d’énergie aussi efficace. En outre, la glycolyse anaérobie produit des produits finaux qui, à leur tour, entraînent une fatigue rapide et une augmentation supplémentaire de la respiration.

Une femme essouflée

Lorsque les muscles produisent de l’énergie sans oxygène, du lactate et des ions hydrogène (acide) sont créés. Les molécules de lactate peuvent être décomposées en énergie utilisable, mais les ions hydrogène s’accumulent, créant un environnement acide dans les muscles et diminuant le pH des muscles et du sang.

Cela crée la redoutable sensation de brûlure que vous avez probablement ressentie dans vos jambes lorsque vous couriez à une vitesse élevée, ainsi que la fatigue qui en résulte et qui donne à vos jambes une sensation de lourdeur et de plomb.

Il existe plusieurs moyens de tamponner cet acide pour atténuer l’acidose métabolique, mais cela peut augmenter le niveau de dioxyde de carbone dans le sang.

L’organisme ne peut fonctionner en toute sécurité qu’avec une concentration limitée de dioxyde de carbone, car une trop grande quantité de ce composé est toxique. Heureusement, nous disposons d’un mécanisme intégré pour débarrasser l’organisme de l’excès de dioxyde de carbone : l’inhalation.

Par conséquent, vous commencerez à respirer plus fort et plus vite en vous appuyant de plus en plus sur la glycolyse afin d’expulser l’excès de dioxyde de carbone qui commence à s’accumuler dans l’organisme. Ce phénomène contribue à son tour à l’essoufflement pendant la course.

Le fait de ralentir et de rester à un rythme de course inférieur à votre seuil anaérobie vous aidera à éviter cette augmentation brutale des besoins en ventilation.

A lire aussi :  6 conseils pour battre votre record personnel lors d'une compétition

Une femme essouflée

Vous souffrez d’asthme

Si vous courez depuis un certain temps mais que vous avez toujours des difficultés à respirer pendant la course, il se peut que vous souffriez d’asthme non diagnostiqué ou mal pris en charge.

L’asthme est une maladie pulmonaire chronique qui provoque une inflammation des voies respiratoires.

Certains coureurs souffrent d’asthme chronique qui peut être problématique dans la plupart des activités de la vie quotidienne, mais il est également courant de souffrir d’asthme induit par l’exercice, c’est-à-dire que les symptômes de l’asthme sont déclenchés par l’activité physique et exacerbés par des activités telles que la course à pied.

Un asthme non traité ou mal géré peut augmenter le risque de crise d’asthme, une crise aiguë et potentiellement grave de symptômes d’asthme qui peut rendre extrêmement difficile l’obtention d’une quantité adéquate d’oxygène, même au repos.

Les inhalateurs de secours sont conçus pour aider à ouvrir rapidement les voies respiratoires et à calmer l’inflammation afin que vous puissiez respirer plus facilement.

Voici quelques conseils pour éviter de s’essouffler en courant avec de l’asthme.

L’American Lung Association recommande aux personnes souffrant de bronchoconstriction induite par l’exercice (EIB, ou asthme induit par l’exercice) de prendre quelques mesures pour réduire l’impact négatif de leurs symptômes asthmatiques sur leur capacité à faire de l’exercice.

Une femme prend de la ventoline

Tout d’abord, l’échauffement par des exercices cardio doux et des étirements vous permettra d’augmenter progressivement votre rythme cardiaque et respiratoire, de sorte que votre système ne subira pas un tel choc lorsque vous commencerez à vous déplacer à un rythme plus vigoureux. Un échauffement de 5 à 10 minutes est recommandé.

Il peut s’agir d’une marche rapide, d’une augmentation progressive du rythme, d’un vélo d’appartement, d’une marche sur place ou d’une autre forme d’activité aérobique légère.

Les étirements dynamiques, tels que les fentes de marche et le saut à la corde, peuvent ensuite faire bouger vos muscles et vos articulations et continuer à préparer vos systèmes cardiovasculaire et respiratoire à l’entraînement qui les attend.

En discutant avec votre fournisseur de soins de santé du meilleur plan de gestion des médicaments et en prenant des médicaments avant votre séance d’entraînement, vous pourriez faciliter votre respiration pendant l’exercice et réduire la gravité des symptômes de l’asthme pendant votre séance d’entraînement.

Il est également utile de prêter attention à vos déclencheurs spécifiques en dehors de l’exercice en général. Par exemple, avez-vous plus de mal à respirer lorsque vous courez par temps froid ou lorsque l’air est très sec ? Votre asthme est-il aggravé par les allergies saisonnières lorsque le taux de pollen est élevé ?

Tenir un journal des éléments qui déclenchent votre BIE peut vous aider à déterminer le meilleur moment de la journée pour courir et/ou les moyens de modifier votre entraînement afin de réduire l’incidence des difficultés respiratoires.

Par exemple, si l’air froid et sec rend la respiration particulièrement difficile pendant la course, envisagez de porter un tampon ou un masque pour réchauffer et humidifier l’air.

A lire aussi :  L'entraîneur de course à pied : Quel est son rôle ? 13 facteurs à considérer

Essayez de respirer par le nez, car la respiration nasale pendant la course à pied permet de réchauffer et d’humidifier l’air avant qu’il n’atteigne vos poumons, réduisant ainsi la nature irritante de l’air froid et sec lorsqu’il atteint vos voies respiratoires.

Une femme les mains sur les hanches regarde le ciel

Autres raisons médicales

D’après les études, la bronchoconstriction induite par l’exercice (BIE), dont nous venons de parler, et l’obstruction laryngée induite par l’exercice sont deux causes courantes de dyspnée chez les athlètes. Dans les deux cas, il s’agit essentiellement d’un dysfonctionnement des voies respiratoires.

Cependant, il existe également d’autres raisons potentielles pour lesquelles vous pourriez être essoufflé pendant l’exercice. Par exemple, la carence en fer et l’anémie affectent toutes deux la capacité de l’organisme à transporter suffisamment d’oxygène vers les muscles qui travaillent.

Cela peut vous obliger à respirer plus rapidement tout en ayant l’impression que vos besoins en oxygène ne sont pas satisfaits.

Si vous êtes novice en matière de course à pied et que vous avez du mal à respirer, soyez patient jusqu’à ce que votre corps s’adapte, faites des pauses de marche si nécessaire et ralentissez !

Votre forme physique s’améliorera, mais vous devez ralentir pour permettre à votre corps d’absorber suffisamment d’oxygène par minute.

Si vous avez des inquiétudes concernant l’asthme ou d’autres problèmes médicaux, n’hésitez pas à consulter votre médecin.

Si vous souhaitez en savoir plus sur les différences entre la respiration buccale et la respiration nasale pendant la course à pied et savoir ce que vous devriez faire, consultez cet article : Respiration par la bouche ou par le nez pendant la course à pied : Une comparaison détaillée

Nicolas Fondateur de Athlé expliqué

Qui est Nicolas ?

Lillois. 30 ans et 10 ans de pratique de la course à pied. Après avoir conseillé mes amis débutants, j’ai eu l’idée de créer un blog. En 2022, Athlé Expliqué a vu le jour pour vous apporter des réponses en vous donnant des conseils basés sur mes propres expériences.

Ce contenu vous a plu ? Il existe un moyen simple et symbolique pour m’encourager : offrez-moi un café. Cela me permettra de couvrir en partie les frais liés à la maintenance du site et le temps passé sur la rédaction des articles. Bien sûr, il y a des publicités sur Athlé Expliqué, mais pour le moment, ce n’est pas suffisant. Qui sait, un jour, je pourrai les enlever !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x