Accueil » Conseils » Santé, blessures et douleurs » Fracture de fatigue ou de stress : Les 6 facteurs de risques que les femmes doivent connaitre
Fracture de fatigue ou de stress : Les 6 facteurs de risques que les femmes doivent connaitre

Fracture de fatigue ou de stress : Les 6 facteurs de risques que les femmes doivent connaitre

6 minutes de lecture

Si vous ne mangez pas suffisamment après votre entraînement (fenêtre métabolique), vous serez confronté à toute une série de problèmes de santé, dont la fragilisation des os, qui vous rendra vulnérable aux fractures de stress.

Tout le monde le sait, du moins en théorie. Mais il peut être difficile de convaincre les coureurs motivés qu’il existe une relation directe de cause à effet entre le fait de manger suffisamment et la réussite de leur entraînement et de leur santé. Une étude publiée dans l’American Journal of Sports Medicine pourrait servir de rappel à l’ordre.

L’étude a suivi 323 athlètes féminines de Stanford pratiquant 16 sports différents, dont 47 coureuses de fond. À l’aide de questionnaires et de scanners de densité osseuse, les athlètes ont été évaluées comme présentant un risque faible, modéré ou élevé en fonction des composantes du « triptyque de l’athlète féminine », qui se compose d’une « faible disponibilité énergétique avec ou sans troubles de l’alimentation, de dysfonctionnements menstruels et d’une faible densité minérale osseuse« .

Ils ont ensuite vérifié quelles athlètes avaient développé des lésions osseuses dues au stress, un continuum qui va des « réactions au stress » naissantes aux fractures de stress et, dans les pires cas, aux fractures complètes.

Environ la moitié des coureurs (24 sur 47) ont été classés comme présentant un risque faible, et trois d’entre eux ont développé une lésion osseuse, soit moins de 13 %.

Seize des coureurs présentaient un risque modéré, et la moitié d’entre eux ont développé des lésions de stress osseux dans un délai moyen d’un an : Ils étaient environ quatre fois plus susceptibles de se blesser que le groupe à faible risque.

femme regardant la mer, assise sur la plage

Il n’y avait que sept athlètes à haut risque, et cinq d’entre eux ont développé des lésions de stress osseux, ce qui signifie qu’ils étaient presque 6 fois plus susceptibles de se blesser que le groupe à faible risque.

Aussi, d’autres ‘études de l’université Thomas Jefferson de Philadelphie a cherché à identifier les facteurs physiologiques négligés et le manque de connaissances qui contribuent aux fractures de stress chez les femmes qui pratiquent la course à pied. Par exemple, « par rapport aux femmes sans fractures de stress, les femmes ayant des antécédents de fractures de stress avaient augmenté leur charge d’entraînement plus rapidement« , selon un communiqué de presse. « En outre, bien qu’elles connaissent l’importance de la nutrition et des exercices de renforcement, les femmes ayant des antécédents de fractures de stress ont plus souvent déclaré ne pas avoir ou ne pas prendre le temps d’avoir une alimentation équilibrée et un entraînement croisé approprié pour compléter leur régime de course à pied.

A lire aussi :  La capillarisation ou angiogenèse : Pour qui, quand et comment ?

Si vous êtes une athlète faisant partie du groupe à risque modéré ou élevé, vos chances d’éviter une blessure qui mettrait fin à votre saison sont pires qu’un tirage au sort. Modifier son alimentation peut s’avérer délicat, mais ces informations peuvent peut-être aider à clarifier les enjeux pour certaines personnes.

>> A lire : Le régime alimentaire qui peut vous aider à gagner 6 % de vitesse en 4 jours

Quels sont les signes avant-coureurs d’une fracture de stress ?

Voici six signes (qui ont dû être légèrement modifiés en fonction des données disponibles) indiquant que vous risquez de développer une fracture de stress, comme le souligne une déclaration de consensus publiée dans le British Journal of Sports Medicine en 2014 :

  • Faible disponibilité énergétique ou perte de poids, en raison de troubles de l’alimentation passés ou présents
  • Faible indice de masse corporelle (IMC)
  • Règles irrégulières
  • Retard des premières règles (15 ans ou plus)
  • Faible densité minérale osseuse
  • Fractures de stress antérieures (ou réactions de stress)

Ce protocole de stratification des risques est le fruit d’une série de conférences organisées en 2012 et 2013, dans l’espoir d’élaborer des lignes directrices. Comme le souligne le docteur Adam Tenforde, directeur de la médecine de la course au Spaulding National Running Center de l’université de Harvard et auteur principal de l’étude, les nouveaux résultats montrent que les risques calculés à l’aide de cette méthode ne sont « pas théoriques ».

>> A lire : 8 signes qui montrent que vous régressez en course à pied

A lire aussi :  Pistolet de massage ou rouleau de massage : Quelle est la meilleure option ?

Douleur au pied femme assise sur le lit tenant ses pieds à la maison ayant des pieds douloureux et étirant la fatigue musculaire pour soulager la douleur.

Est-ce que cela signifie qu’il faut arrêter l’entrainement ?

C’est là que le bât blesse. Ce n’est pas parce qu’une personne présente un risque plus élevé qu’il faut nécessairement l’empêcher de s’entraîner. Il se peut, par exemple, que certains des facteurs de risque antérieurs qui augmentent le score de risque soient déjà traités cliniquement.

Tenforde propose néanmoins quatre pistes à suivre pour les entraîneurs et le personnel médical :

  • Toute personne appartenant aux catégories de risque modéré ou élevé doit être évaluée pour s’assurer qu’elle consomme suffisamment de calories pour soutenir son entraînement, ainsi que du calcium et de la vitamine D. Ces athlètes doivent être suivis régulièrement.
  • Ces athlètes doivent faire l’objet d’un suivi continu pour s’assurer que ces aspects – nutrition, fonction menstruelle et santé osseuse – continuent d’être pris en compte.
  • Les athlètes à haut risque peuvent envisager de modifier leur entraînement en intégrant un entraînement croisé à faible impact dans leur routine hebdomadaire, par exemple. Il est également important de bien dormir et de bien récupérer, ajoute Tenforde.
  • Toutes les fractures de stress ne sont pas égales. La plupart des fractures de stress chez les athlètes à faible risque se situaient dans le pied – une conséquence, peut-être, de la biomécanique et du choix du sport (puisque de nombreux athlètes à faible risque pratiquaient d’autres sports comme le basket-ball, où les sauts exercent des forces importantes sur le pied).

Dans les catégories à plus haut risque, en revanche, de nombreuses fractures se sont produites à des endroits tels que le sacrum, le bassin et le col du fémur, où les os ont tendance à avoir une structure intérieure différente et plus souple. Ces fractures pourraient être moins une conséquence directe des forces biomécaniques que le résultat d’un os affaibli.

A lire aussi :  Quantification de la charge d'entrainement et blessures : Qu'est-ce que l'Acute Chronic Workload Ratio ?

>> A lire : 10 erreurs courantes à éviter en course à pied (surtout pour les débutants !)

En conséquence, suggère Tenforde, une blessure à l’un de ces endroits peut être un signe d’alerte indiquant que l’athlète est plus à risque, ce qui devrait déclencher une évaluation de la santé osseuse, y compris une ostéodensitométrie.

Nicolas Fondateur de Athlé expliqué

Qui est Nicolas ?

Lillois. 30 ans et 10 ans de pratique de la course à pied. Après avoir conseillé mes amis débutants, j’ai eu l’idée de créer un blog. En 2022, Athlé Expliqué a vu le jour pour vous apporter des réponses en vous donnant des conseils basés sur mes propres expériences.

Ce contenu vous a plu ? Il existe un moyen simple et symbolique pour m’encourager : offrez-moi un café. Cela me permettra de couvrir en partie les frais liés à la maintenance du site et le temps passé sur la rédaction des articles. Bien sûr, il y a des publicités sur Athlé Expliqué, mais pour le moment, ce n’est pas suffisant. Qui sait, un jour, je pourrai les enlever !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x