Accueil » Conseils » Nutrition et hydratation » J’ai testé le régime alimentaire d’Eliud Kipchoge pour voir s’il ferait de moi un meilleur coureur
J'ai testé le régime alimentaire d'Eliud Kipchoge pour voir s'il ferait de moi un meilleur coureur

J’ai testé le régime alimentaire d’Eliud Kipchoge pour voir s’il ferait de moi un meilleur coureur

8 minutes de lecture

Ce n’est un secret pour personne : Eliud Kipchoge et ses compatriotes kényans comptent parmi les meilleurs coureurs d’endurance au monde.

Les experts ont dressé une liste des raisons qui expliquent le succès des Kényans dans le domaine de la course d’endurance. Il s’agit notamment de l’utilisation répandue de la course à pied comme mode de transport, de l’environnement de haute altitude dans lequel de nombreux Kényans vivent toute leur vie et de leur type de corps ectomorphe avec des jambes longues et maigres.

Dans cet article, nous allons nous pencher sur un autre aspect du mode de vie kenyan que certains experts considèrent comme l’une des principales raisons pour lesquelles les Kényans dominent autant le monde de la course à pied : leur régime alimentaire.

La plupart des meilleurs coureurs du pays, dont Eliud Kipchoge, suivent un régime alimentaire traditionnel kényan. J’ai essayé le régime alimentaire d’Eliud Kipchoge pour voir comment il influençait mes sensations et mes performances. Il ne s’agit en aucun cas d’une recherche formelle, mais simplement de mon expérience après avoir essayé le plan nutritionnel de coureurs élites.

Eliud Kipchoge

Qu’est-ce que le régime alimentaire kenyan ?

Tout d’abord, voyons ce que comprend exactement le régime alimentaire traditionnel kenyan.

Le marathonien professionnel Justin Lagat a donné trois conseils pour comprendre le régime alimentaire kenyan.

  • Rien d’extravagant : Les aliments que les coureurs élite kenyans consomment quotidiennement sont les mêmes que ceux qu’ils ont consommés toute leur vie. Ces aliments sont également très bon marché, car de nombreuses familles kenyanes ne peuvent pas se permettre d’acheter des aliments de luxe. Leurs aliments de base sont l’Ugali (une pâte à base de farine de maïs), les légumes verts à feuilles, le lait, les haricots et les œufs.
  • Cuisine simple : La plupart des aliments du régime alimentaire kenyan sont préparés en les faisant bouillir ou en les faisant frire à la poêle.
  • Aliments locaux : La plupart des aliments proviennent des fermes locales, avec très peu d’ingrédients, principalement de l’huile, du sucre et du sel, qui proviennent des magasins.

Bananes coupées dans un bol

Petit-déjeuner

Le petit-déjeuner kenyan se compose généralement d’œufs au plat ou à la coque et d’une sorte d’hydrate de carbone, généralement des patates douces, des bananes ou du pain.

A lire aussi :  Jeûne intermittent et course à pied : Font-ils bon ménage ? (Fasting)

Le thé avec du lait est la boisson la plus courante au petit-déjeuner, la consommation de café étant limitée.

Comme les coureurs kenyans se lèvent souvent tôt pour aller courir le matin, il n’est pas rare qu’ils prennent simplement du thé avant leur course et qu’ils prennent leur petit-déjeuner à leur retour.

Le déjeuner

Pour les coureurs élite comme Kipchoge, le déjeuner est généralement un repas plus léger, ce qui leur permet de sortir pour leurs courses d’entraînement du soir. Lorsque les coureurs ont deux séances d’entraînement l’après-midi ou le soir, ils s’assoient souvent pour prendre un deuxième déjeuner entre les deux.

Les glucides occupent la plus grande partie de l’assiette, en général 60 à 70 %.

Le riz, les haricots, les pommes de terre, les pâtes et les légumes verts sont souvent présents lors des repas, car ils sont bon marché, rassasiants et disponibles tout au long de l’année.

Le dîner

L’ugali est un aliment de base bien connu de l’alimentation traditionnelle kenyane. Il est régulièrement servi au dîner en accompagnement d’un plat principal.

L’ugali est une bouillie dense à base de farine de maïs qui est souvent servie avec des légumes verts, des ragoûts et des protéines.

Les légumes à feuilles vertes ou les œufs sont courants, et il arrive que du bœuf soit servi comme plat principal avec l’Ugali. La viande n’est pas servie tous les jours car elle n’est pas aussi abordable que d’autres produits de base. Lorsque de la viande est consommée, il s’agit généralement de bœuf, car il est moins cher que les autres options.

Glaçons dans un verre d'eau

Encas

Les coureurs comme Kipchoge consomment de l’eau et des fruits en guise d’encas tout au long de la journée.

La plupart des athlètes consomment entre trois et cinq litres d’eau par jour.

Les coureurs consomment des fruits à tout moment de la journée. Les fruits les plus courants dans le régime alimentaire kenyan sont les bananes (les préférées de Kipchoge), les oranges, les ananas et les mangues.

Pourquoi le régime alimentaire kenyan est-il idéal pour les coureurs ?

Les coureurs occidentaux sont obsédés par les macronutriments, les suppléments et les poudres protéinéess dans le but d’adapter leur régime alimentaire pour obtenir des performances optimales. En revanche, les athlètes kenyans s’en tiennent à la simplicité et n’intègrent que rarement des aliments ultra-transformés et des compléments alimentaires.

A lire aussi :  À quelle fréquence faut-il prendre des gels énergétiques pendant les compétitions ?

Le régime alimentaire kenyan est le plan nutritionnel le plus adapté chez les coureurs de fond. Il regorge de sources saines d’hydrates de carbone, qui représentent plus de 70 % de leur alimentation, un carburant essentiel représentant la principale source d’énergie pour leurs muscles soumis à un effort intense. 

Le régime végétal des Kényans, qui ne consomment que peu de produits carnés, leur permet également d’éviter d’accorder trop d’importance à la consommation de protéines et de s’assurer qu’ils consomment suffisamment d’hydrates de carbone. Leur régime alimentaire se traduit également par une moindre consommation de graisses malsaines, qui entraînent une augmentation du cholestérol et de l’inflammation.

La gastronomie kenyane est riche en fibres, en vitamines et en autres nutriments essentiels pour que les coureurs soient au mieux de leur forme.

Aliments healthy fruits et légumes

Mon expérience

J’ai essayé le régime alimentaire kenyan pendant une semaine pour voir comment je me sentais et si je remarquais des changements dans mon corps ou dans mes performances en tant qu’athlète. Il ne s’agissait en aucun cas d’une expérience formelle et je ne m’attendais pas à voir beaucoup de changements en une semaine, mais j’ai tout de même voulu essayer.

Après une semaine de régime alimentaire kenyan, j’ai non seulement appris à quel point il peut être difficile de faire de l’Ugali, mais j’ai aussi remarqué quelques légères différences.

Tout d’abord, j’ai constaté que j’abordais mes séances d’entraînement en me sentant un peu plus léger. Je n’ai pas perdu beaucoup de poids en suivant ce régime alimentaire, mais je me sentais moins abattue au moment d’entamer une séance d’entraînement, surtout l’après-midi.

Ugali plat traditionnel kenyan
L’ugali (constitué de farine cuite à l’eau et agglomérée en boule) est le plat de base du Kenya

J’ai également constaté que j’avais plus de clarté mentale. Je pense que je peux attribuer cela au fait que la gastronomie kenyane n’est pas aussi varié que nos régimes occidentaux. Au lieu de choisir parmi des centaines de choses sur un menu, je choisissais entre des haricots ou des œufs. Le fait de devoir prendre moins de décisions tout au long de la journée m’a donné plus d’énergie mentale pour me concentrer sur d’autres tâches.

J’ai toutefois constaté quelques problèmes de digestion, surtout vers la fin de la semaine. Avec une augmentation significative de ma consommation de fibres, j’aurais dû m’en douter, mais je n’y ai pas vraiment réfléchi avant. Nos régimes alimentaires occidentaux sont loin de fournir autant de fibres que le régime alimentaire kenyan, alors j’ai certainement remarqué des ballonnements et des gaz à la fin de la semaine.

A lire aussi :  Spiruline : bienfaits, dangers… Doit-on en consommer ?

Même si je n’ai pas couru aussi vite qu’Eliud Kipchoge, j’en ai ressenti les bienfaits et je comprends pourquoi les fibres jouent un rôle si important dans la réussite des coureurs d’endurance kenyans !

Qui est Nicolas ?

Lillois. 30 ans et 10 ans de pratique de la course à pied. Après avoir conseillé mes amis débutants, j’ai eu l’idée de créer un blog. En 2022, Athlé Expliqué a vu le jour pour vous apporter des réponses en vous donnant des conseils basés sur mes propres expériences.

Ce contenu vous a plu ? Il existe un moyen simple et symbolique pour m’encourager : offrez-moi un café. Cela me permettra de couvrir en partie les frais liés à la maintenance du site et le temps passé sur la rédaction des articles. Bien sûr, il y a des publicités sur Athlé Expliqué, mais pour le moment, ce n’est pas suffisant. Qui sait, un jour, je pourrai les enlever !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x