Accueil » Conseils » Santé, blessures et douleurs » Prise d’anti-inflamatoires et course à pied : Quels risques ?
Prise d'anti-inflamatoires et course à pied : Quels risques ?

Prise d’anti-inflamatoires et course à pied : Quels risques ?

6 minutes de lecture

Que vous soyez un ultra-marathonien ou que vous veniez de débuter, les blessures et les douleurs musculaires liées à la course à pied sont inévitables. Mais au lieu de faire une pause, de nombreux coureurs se tournent vers l’ibuprofène ou d’autres anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) pour surmonter les blessures ou les douleurs. Non seulement cela rend la récupération plus difficile, mais l’utilisation fréquente d’anti-inflammatoires peut être dangereuse. Des études récentes montrent que l’utilisation des anti-inflammatoires est très répandue parmi les coureurs amateurs, mais que la plupart d’entre eux ne sont pas conscients des risques potentiels.

Si les formats courts comme les 5km et les 10 km restent populaires, les épreuves d’endurance comme les marathons et les ultramarathons ont vu leur participation augmenter au cours des 20 dernières années. Les routines d’entraînement des athlètes d’endurance amateurs peuvent être rigoureuses, ce qui entraîne des tensions et des douleurs, de sorte que beaucoup utilisent des analgésiques pour continuer à s’entraîner. Une étude a montré que 46 % des coureurs du marathon de Londres prévoyaient de prendre un anti-inflammatoire pendant la course.

Mais cela n’est pas sans risque. L’utilisation des anti-inflammatoires est associée à des effets nocifs connus, notamment des ulcères gastro-intestinaux, des lésions rénales aiguës et un risque d’événements cardiovasculaires, en fonction de la quantité et de la durée de la prise de ces médicaments. Ces conséquences négatives des anti-inflammatoires seraient à l’origine de 30 % de toutes les admissions à l’hôpital pour cause de réaction indésirable à un médicament.

Dans les conditions physiologiques extrêmes d’une épreuve d’endurance de longue durée, ces risques peuvent être accrus et de nouveaux risques liés au stress physique peuvent apparaître. La réduction du flux sanguin et de la motilité du système gastro-intestinal rend les problèmes d’estomac fréquents, même en l’absence de prise d’anti-inflammatoires. Les lésions musculaires causées par les courses peuvent également augmenter le taux de protéines dans le sang, ce qui peut entraîner des lésions rénales aiguës. Cette situation peut être aggravée par la prise d’anti-inflammatoires.

A lire aussi :  Les coureurs doivent-ils prendre de la vitamine D pour mieux récupérer ?

L’hyponatrémie, une réduction potentiellement fatale du taux de sodium causée par une surcharge hydrique, est un autre problème chez les coureurs d’endurance. Bien que les décès soient rares, l’hyponatrémie asymptomatique se produit chez 1 marathonien sur 10 et peut également être aggravée par la prise d’anti-inflammatoires.

Courir malgré la douleur

Packaging anti-inflammatoire ibuprofène

Si l’on sait beaucoup de choses sur l’utilisation des anti-inflammatoires par les coureurs d’endurance, on en sait moins sur leur utilisation par les coureurs de loisir. J’ai interrogé 806 participants au semi-marathon de Lille – qui représente un large éventail de la communauté des coureurs – pour en savoir plus sur l’utilisation des anti-inflammatoires dans un groupe diversifié de coureurs. Près de 90 % des coureurs interrogés utilisaient des anti-inflammatoires, généralement sous la forme d’ibuprofène en vente libre. Environ un coureur sur huit avait une raison préexistante d’éviter les anti-inflammatoires, comme l’asthme. Un tiers des coureurs ont couru sur des distances de marathon ou plus.

Plus de la moitié des coureurs ont pris des anti-inflammatoires avant une course. Un coureur sur dix en a pris pendant la course et deux tiers après. Plus la course est longue, plus les coureurs sont susceptibles de prendre des anti-inflammatoires avant ou pendant. Les semi-marathoniens et les marathoniens utilisent plus souvent des anti-inflammatoires. Mais ce qui est plus inquiétant, c’est que 33 % des coureurs d’ultra (contre seulement 17,5 % des marathoniens) ont pris des anti-inflammatoires pendant leur course. Cela s’explique par le fait que ces courses mettent déjà à rude épreuve les systèmes gastro-intestinal et rénal.

Les coureurs de faible distance ont utilisé l’ibuprofène pour continuer à faire de l’exercice avec des douleurs préexistantes, des problèmes médicaux en cours ou des blessures actuelles. En revanche, les coureurs de plus longue distance cherchaient davantage à réduire l’inflammation, les courbatures et la douleur, ainsi qu’à améliorer leurs performances. Tous les types d’utilisation ne devraient être utilisés que si l’on est conscient du risque potentiel d’une utilisation fréquente.

Un tiers des coureurs de l’étude avaient ressenti des effets secondaires présumés des anti-inflammatoires, principalement des brûlures d’estomac et, dans quelques cas, des hémorragies gastro-intestinales. Plus de 40 % des coureurs ignoraient les effets secondaires cardiovasculaires, rénaux ou gastro-intestinaux.

A lire aussi :  Entorse de la cheville : causes, symptômes, traitement

Près de la moitié des coureurs ont utilisé des anti-inflammatoires sans l’avis d’un professionnel de la santé. La quasi-totalité des personnes interrogées ont déclaré qu’elles liraient les conseils qui leur seraient donnés. Même si cette réponse n’était que le résultat de l’enquête, il est clair qu’il faut mieux informer sur les risques liés à l’utilisation des anti-inflammatoires, en particulier pendant la pratique de la course à pied.

Ce manque de sensibilisation, combiné à une utilisation à long terme des anti-inflammatoires (en particulier lorsqu’ils sont pris à chaque course), peut potentiellement entraîner des problèmes de santé. Pour les coureurs de marathon et d’ultra-marathon, les risques spécifiques sont encore plus importants. Ces épreuves d’endurance de longue durée soumettent déjà l’organisme des coureurs à un stress extrême, de sorte que la prise prolongée d’anti-inflammatoires augmente les risques d’hypononatrémie, d’hémorragie gastro-intestinale et d’insuffisance rénale, et peuvent même engager le pronostic vital dans les pires cas.

Faire preuve de prudence

Gélules anti-inflammatoire ibuprofène

Comme tous les médicaments, les anti-inflammatoires présentent des avantages et des inconvénients. Toutefois, étant donné que des études montrent que les anti-inflammatoires peuvent aller à l’encontre de la guérison et de l’entraînement, leur utilisation doit être soigneusement envisagée par les sportifs amateurs. Une personne qui prend occasionnellement un comprimé d’ibuprofène avant ou après sa séance de course à pied hebdomadaire a moins de risques de subir les effets secondaires. Cependant, le risque augmente avec les séances plus longues et plus fréquentes, surtout si elles sont rendues possibles par une utilisation chronique d’anti-inflammatoires.

Or, l’utilisation d’anti-inflammatoires pour courir malgré les blessures et les douleurs afin d’atteindre les objectifs d’entraînement va à l’encontre des bénéfices à long terme de la course à pied pour la santé. La consommation élevée d’anti-inflammatoires chez un sous-ensemble de coureurs d’endurance au cours d’un entraînement exigeant et lors d’un stress physiologique soutenu pendant les épreuves doit absolument être évitée.

A lire aussi :  Courir avec des semelles orthopédiques : Que dit la science ?

Pour contrer les croyances de la majorité des coureurs, il est nécessaire de diffuser davantage de messages sur la sécurité des anti-inflammatoires et la course à pied. Bref, il est recommandé désormais aux coureurs d’éviter les anti-inflammatoires dans les 48 heures précédant la course en raison des dangers potentiels.

Nicolas Fondateur de Athlé expliqué

Qui est Nicolas ?

Lillois. 30 ans et 10 ans de pratique de la course à pied. Après avoir conseillé mes amis débutants, j’ai eu l’idée de créer un blog. En 2022, Athlé Expliqué a vu le jour pour vous apporter des réponses en vous donnant des conseils basés sur mes propres expériences.

Ce contenu vous a plu ? Il existe un moyen simple et symbolique pour m’encourager : offrez-moi un café. Cela me permettra de couvrir en partie les frais liés à la maintenance du site et le temps passé sur la rédaction des articles. Bien sûr, il y a des publicités sur Athlé Expliqué, mais pour le moment, ce n’est pas suffisant. Qui sait, un jour, je pourrai les enlever !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x