Accueil » Conseils » Préparation mentale » 6 domaines dans lesquels la préparation mentale a un impact en course à pied
6 domaines dans lesquels la préparation mentale a un impact en course à pied

6 domaines dans lesquels la préparation mentale a un impact en course à pied

6 minutes de lecture

Dans le monde de la course à pied (ou du sport de manière générale), on entend souvent la phrase : « Tout est dans la tête ! ». La préparation mentale, c’est un peu comme le repos et les étirements : tout le monde se doute de l’intérêt, mais rares sont ceux qui l’exploitent vraiment, car rares sont ceux qui savent comment cela fonctionne véritablement.

Or, à l’instar des aliments que nous ingérons et qui finissent par constituer nos cellules et notre organisme, nos idées et nos pensées vont agir sur nous et finir par conditionner la façon dont on perçoit les choses et dont on agit. Donc, en modifiant nos idées, on a une clef pour transformer nos comportements et nos actions.

Si tu as déjà participé à des compétitions sportives, je suis certaine qu’il t’est déjà arrivé, d’effectuer lors de l’entraînement, tes séances avec succès, mais ne pas réussir à te donner à 100 % le jour de la compétition, car le mental ne suit pas.

À l’inverse, il t’est déjà arrivé d’être fatigué, avec un ressenti de moins bonne condition physique et cependant, de réussir à t’arracher et sortir ton meilleur temps !

Le mental constitue un des piliers de la performance sportive.

Préparation mentale pour le sport - Image de cerveau

Sur quoi peut-on travailler avec la préparation mentale ?

La préparation mentale n’est pas de la magie ! Tu ne vas pas gagner 30 minutes sur un semi-marathon après quelques exercices sur ton mental. Cela ne remplacera pas non plus tes séances de préparation physique pour entraîner ton corps spécifiquement à l’effort. Par contre, cela va te permettre d’être 100 % opérationnel pour être disponible et pouvoir tout donner à l’entraînement, comme en compétition. 

A lire aussi :  Réussir à progresser en course à pied grâce à son état d’esprit

Grâce à la préparation mentale, tu vas pouvoir travailler sur tout ce qui dépend de toi, et de ton ressenti. De cette façon, tu vas pouvoir avoir une action pour renforcer ta motivation, mieux gérer ton temps et ton énergie, travailler sur tes peurs, tes blocages et tout ce qui peut venir limiter intrinsèquement ta performance.

Voici les grands domaines dans lesquels la préparation mentale va avoir une action.

Bien définir ton objectif

La première étape sera bien sûr la définition de ton/tes objectif(s) et de construire le chemin dans le temps pour y parvenir avec toutes les ressources et capacités dont tu vas avoir besoin pour y arriver. Définir un objectif SUPER, c’est capital !

Un objectif SUPER, c’est un objectif qui est :

  • Spécifique : c’est-à-dire suffisamment précis, si possible évaluable (et pas juste « je veux progresser en course à pied » )
  • Uniquement pour toi : qui dépend au maximum de toi (et non des autres).
  • Positif : définit de façon positive (“Je veux …” Et non, “je ne veux pas … “)
  • Écologique : qui est bénéfique pour toi et où il n’y a pas de risque en toi à l’atteindre
  • Réaliste et réalisable pour toi et par toi.

Tes émotions

Parce qu’elles sont le carburant de ton système intérieur.

Cela peut être par exemple:

  • la tristesse liée à un échec passé
  • la colère liée au fait de s’être fait doubler à l’entraînement par une coéquipière
  • les doutes liés à une échéance ou la peur de se blesser à nouveau
  • Et bien sûr, la joie liée à une réussite, le bonheur d’une victoire !

Tes croyances limitantes et biais cognitifs

Travailler sur toutes tes croyances limitantes, tes résistances, tes blocages. Par exemple : “Je ne suis pas capable de descendre en dessous des 3h au marathon !”, “Je ne suis pas fait pour telle pratique” ou “je ne peux pas acquérir telle capacité ou maîtriser tel geste”.

Tout le travail sur ces biais cognitifs permet de s’autoriser des nouveaux comportements et de déverrouiller de nouvelles possibilités.

A lire aussi :  Les endorphines et l'endurance en course à pied : Hormones du plaisir ou drogue ?

Infographie biais cognitifs

La motivation et l’estime de soi

Un autre aspect important est d’entretenir l’estime de soi et de développer sa motivation et tout ce qui gravite autour. Il s’agit de se connecter à ton envie de progresser, de trouver comment renforcer ton implication dans ta pratique et de valoriser tes réussites afin de mettre en place un cercle vertueux qui se renforce.

Au-delà de cela, il s’agit aussi de découvrir et de te connecter à tes valeurs :

  • Qu’est-ce qui te pousse vraiment à te dépasser ?
  • À avoir envie de continuer encore ?
  • À recommencer à t’entraîner malgré le fait que ça soit parfois dur, à t’aligner à nouveau au départ d’une compétition ?

La gestion de ton énergie et de ta récupération

  • Comment être sûr d’avoir le maximum d’énergie disponible pour être prête à réaliser la performance.
  • Comment favoriser la récupération pendant les phases plus calmes de ta pratique.
  • Et comment se mettre dans l’état optimal pour récupérer le plus efficacement et rapidement.

Ta concentration et ton flow

Un des points clé est de développer la concentration et aussi de travailler, de gérer, d’évacuer tout ce qui vient lui nuire.

Remettre dans le passé tout ce qui vient du passé et qui te pollue encore au présent et s’assurer de ne pas perdre d’énergie à fantasmer un futur qui n’est pas encore arrivé et qui n’arrivera peut-être jamais pour se mettre VRAIMENT dans l’ici et maintenant. Cela permettra d’atteindre cet état de « flow » tant recherché par les sportifs.

Tu l’auras compris la préparation mentale est l’outil INCROYABLE qui te permettra de faire cohabiter toutes tes parties intérieures qui s’agitent pour les aligner et les faire avancer dans la même direction pour se consacrer pleinement à l’objectif fixé.

A lire aussi :  Comment gagner une compétition sportive ?

Si tu lis mes articles depuis un certain temps, tu auras certainement remarqué que beaucoup d’articles sont justement axés sur le mental. C’est un sujet qui me passionne et dans lequel j’ai envie d’en apprendre davantage pour pouvoir m’en servir personnellement dans ma pratique de la course à pied, mais également pour te transmettre des conseils et astuces !

Nicolas Fondateur de Athlé expliqué

Qui est Nicolas ?

Lillois. 30 ans et 10 ans de pratique de la course à pied. Après avoir conseillé mes amis débutants, j’ai eu l’idée de créer un blog. En 2022, Athlé Expliqué a vu le jour pour vous apporter des réponses en vous donnant des conseils basés sur mes propres expériences.

Ce contenu vous a plu ? Il existe un moyen simple et symbolique pour m’encourager : offrez-moi un café. Cela me permettra de couvrir en partie les frais liés à la maintenance du site et le temps passé sur la rédaction des articles. Bien sûr, il y a des publicités sur Athlé Expliqué, mais pour le moment, ce n’est pas suffisant. Qui sait, un jour, je pourrai les enlever !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x