Runner's High ou euphorie du coureur : Qu'est-ce que c'est et comment l'atteindre ?

Runner’s High ou euphorie du coureur : Qu’est-ce que c’est et comment l’atteindre ?

7 minutes de lecture

L’euphorie du coureur est depuis longtemps une expérience insaisissable que certains chasseurs de kilomètres connaissent bien et d’autres moins. Elle est souvent décrite comme une séance qui semble facile, exaltante, voire euphorique. Mais la raison de ce phénomène est presque aussi difficile à cerner que la sensation elle-même.

Récemment, des chercheurs allemands ont étudié la façon dont le cerveau réagit à la course à pied et ont découvert que la capacité de planer tout en parcourant des kilomètres pourrait être câblée en nous. Il y a des années, la survie de nos ancêtres dépendait probablement de la recherche de nourriture.

Selon David A. Raichlen, professeur de sciences biologiques à l’université de Californie du Sud, le désir de vivre était peut-être la motivation qui les poussait à courir et à courir vite, et les substances chimiques cérébrales libérées à cette occasion les aidaient peut-être à atteindre la vitesse et les distances requises. L’euphorie du coureur a pu servir (et sert encore aujourd’hui) d’analgésique naturel, masquant les jambes fatiguées et les pieds couverts d’ampoules, ajoute-t-il.

Même si vous n’avez plus à courir après le dîner, le fait d’apprendre comment les réactions cérébrales de l’euphorie sont déclenchées peut vous aider à atteindre l’état d’euphorie du coureur plus souvent. Voici ce qu’il faut savoir pour pouvoir courir à ce niveau d’ivresse.

Le déclencheur de l’euphorie du coureur : Les endorphines

Opiacés naturels, les endorphines sont des substances chimiques qui agissent de la même manière que leur équivalent médical, la morphine. Les coureurs leur attribuent des effets bénéfiques depuis des décennies, mais ce n’est qu’en 2008 que des chercheurs allemands ont utilisé des scanners cérébraux sur des coureurs et ont pu identifier exactement l’origine de ces endorphines. Les scientifiques ont constaté que pendant des courses de deux heures, les régions préfrontales et limbiques des sujets (qui s’allument en réponse à des émotions telles que l’amour) produisaient des endorphines. Plus l’afflux d’endorphines dans ces régions du cerveau était important, plus les coureurs se sentaient euphoriques.

femme portant un soutien-gorge de sport noir et un short de jogging souriant

Comment obtenir plus d’endorphines ?

Poussez le curseur à fond, mais pas trop. Les endorphines sont des analgésiques produits en réponse à un inconfort physique, explique Matthew Hill, professeur associé au Hotchkiss Brain Institute de l’université de Calgary. Mais cela ne signifie pas que vos séances doivent être atroces ; vous devez trouver un juste milieu pour qu’elles soient confortablement stimulantes (pensez à la séance tempo).

A lire aussi :  Entrepreneurs : Pourquoi le sport est important pour votre productivité ?

Dans l’étude allemande, par exemple, les sujets étaient des coureurs expérimentés pour qui une course de deux heures à une allure de 10 à 11 km/h n’était ni facile ni épuisante. « La plupart des coureurs avec lesquels j’ai travaillé ressentent des endorphines lorsqu’ils poussent leur corps, mais généralement pas à l’effort maximal« , explique Cindra S. Kamphoff, directrice du Centre de psychologie du sport et de la performance de l’université de l’État du Minnesota.

Une séance courte et facile ne produira probablement pas assez d’inconfort pour déclencher une poussée d’endorphines, mais si vous tentez une allure ou une distance trop difficiles, vous serez peut-être trop submergé par l’effort pour vous sentir bien. Aussi puissantes soient-elles, les endorphines ne peuvent pas compenser une blessure ou un manque d’entraînement (c’est pourquoi les débutants ne sont pas susceptibles de se sentir exaltés lorsqu’ils commencent à peine).

La rencontre avec d’autres coureurs peut également s’avérer utile : Une étude de l’Université d’Oxford a montré que les rameurs qui faisaient de l’exercice ensemble augmentaient considérablement leur production d’endorphine par rapport aux rameurs solitaires.

Lorsque vous êtes seul, pensez à porter des écouteurs : Les études montrent que l’écoute de votre musique préférée peut stimuler les endorphines.

Le déclencheur de l’euphorie du coureur : Les endocannabinoïdes

Les endorphines font l’objet de toutes les attentions, mais votre corps produit également des endocannabinoïdes, qui sont une version naturellement synthétisée du THC, la substance chimique responsable de la sensation de bien-être que procure la marijuana. « L’endocannabinoïde le plus étudié, l’anandamide, est censé créer une sensation de calme« , explique M. Hill.

Les endorphines ne peuvent être créées que par des neurones spécialisés, mais pratiquement toutes les cellules du corps sont capables de produire des endocannabinoïdes, ce qui signifie qu’ils ont le potentiel d’avoir un impact plus important sur votre cerveau.

A lire aussi :  Entraînement Mental : 5 exercices faciles pour devenir un coureur plus performant

Une femme asiatique court dans un parc

Comment obtenir des endocannabinoïdes ?

On pense que la production d’endocannabinoïdes réagit plus fortement en réponse au stress qu’à la douleur (qui active plus fortement les endorphines). Il est pratiquement impossible de faire la différence entre le stress physique et l’inconfort pendant une séance de course à pied. Cela signifie que le même mécanisme qui déclenche les endorphines peut également déclencher les endocannabinoïdes : une séance d’entraînement stimulante (mais pas mortelle).

Selon Raichlen, courir à une fréquence cardiaque de 70 à 85 % de la fréquence cardiaque maximale ajustée à l’âge est optimal pour faire monter le cortisol, l’hormone primaire du stress, et produire des endocannabinoïdes. (Si vous avez 30 ans, vous devriez viser entre 142 et 161 battements par minute).

Les études menées par Hill suggèrent qu’à petites doses, le stress mental peut également augmenter la production d’endocannabinoïdes. La nervosité avant la course pourrait donc avoir un effet bénéfique. Cependant, le stress chronique peut atténuer cet effet.

C’est peut-être l’une des raisons pour lesquelles Cecilia J. Hillard, directrice du Centre de recherche en neurosciences du Medical College of Wisconsin, a découvert que les coureurs ont besoin de huit heures de sommeil par nuit pour une production optimale d’endocannabinoïdes. De plus, ses recherches montrent que les niveaux d’endocannabinoïdes sont trois fois plus élevés le matin qu’au coucher. Bien qu’il n’y ait pas de preuve scientifique, cela pourrait suggérer qu’une séance le matin est plus susceptible de produire des endorphines plutôt qu’une séance l’après-midi ou le soir. Réglez votre réveil, l’expérience en vaut la peine.

J’ai déjà mentionné que le fait de courir en groupe ou avec un partenaire peut vous aider. Mais ce n’est pas parce que votre compagnon de course obtient la sensation de bien-être tant convoitée qu’il en sera de même pour vous. Ou du moins, vous devrez peut-être continuer à bricoler.

En 2019, des chercheurs ont examiné 25 coureurs universitaires dans une étude, hommes et femmes, et ont testé leur salive avant et après une séance de longue durée. (Ils se sont concentrés sur la salive parce qu’elle contient des informations sur l’ARN, que votre ADN utilise pour fabriquer des protéines de bien-être comme les opioïdes naturels et les cannabinoïdes). Mais le processus n’est pas le même pour tout le monde, ce qui signifie que vous pouvez être en pleine forme, alors que vos partenaires de course sont en train de trimer.

A lire aussi :  5 conseils pour surmonter les obstacles mentaux pendant une course / compétition

L’auteur principal, Steven Hicks, professeur agrégé au département de pédiatrie du Penn State College of Medicine, suggère de jouer avec différentes conditionsdes séances plus longues ou plus de sprints, par exemple – pour activer les bons leviers, ce qui pourrait vous aider à atteindre l’état d’euphorie du coureur.

Qui est Nicolas ?

Lillois. 30 ans et 10 ans de pratique de la course à pied. Après avoir conseillé mes amis débutants, j’ai eu l’idée de créer un blog. En 2022, Athlé Expliqué a vu le jour pour vous apporter des réponses en vous donnant des conseils basés sur mes propres expériences.

Ce contenu vous a plu ? Il existe un moyen simple et symbolique pour m’encourager : offrez-moi un café. Cela me permettra de couvrir en partie les frais liés à la maintenance du site et le temps passé sur la rédaction des articles. Bien sûr, il y a des publicités sur Athlé Expliqué, mais pour le moment, ce n’est pas suffisant. Qui sait, un jour, je pourrai les enlever !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Optimized by Optimole
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x