Accueil » Conseils » Préparation mentale » Syndrome de l’imposteur : 5 manières d’en finir avec les croyances limitantes
Syndrome de l'imposteur : 5 manières d'en finir avec les croyances limitantes

Syndrome de l’imposteur : 5 manières d’en finir avec les croyances limitantes

10 minutes de lecture

Lorsque j’ai commencé à bloguer sur la course à pied, la petite voix dans ma tête était ma plus grande ennemie. Elle me harcelait constamment, essayant de me convaincre que je n’étais pas assez bon pour écrire sur le sujet.

Cette voix me disait que je n’étais pas un bon écrivain, que je n’en savais pas assez sur la course à pied, et qui étais-je pour penser que j’étais qualifié pour écrire sur ce sujet ?

Malgré mon 1er marathon couru en 2021 (avec un chrono dont j’étais très fier : 2h41), cette voix continuait à insister sur le fait que je n’étais pas un vrai coureur.

Après tout, j’étais nul quand il fallait courir à l’école. J’étais nul dans toutes les disciplines athlétiques que nous devions pratiquer à l’école. Et lorsque j’ai découvert la course à pied au début de la vingtaine, l’imposteur colossal assis sur mon épaule n’a cessé de répéter toutes les raisons pour lesquelles je ne suis pas un « vrai » coureur.

Si vous aussi, vous doutez de vous-même et pensez que vous n’êtes pas un « vrai » coureur, sachez que vous n’êtes pas seul. Au contraire, de nombreux athlètes connaissent le syndrome de l’imposteur. Certains apprennent à le gérer et deviennent ainsi de meilleurs coureurs.

Si vous aussi, vous voulez gagner en confiance, vous fixer et atteindre des objectifs plus ambitieux et prendre plus de plaisir à courir, lisez ce qui suit.

Cet article explique en détail comment le syndrome de l’imposteur sabote votre course à pied et vous propose cinq stratégies concrètes que vous pouvez appliquer immédiatement pour faire taire les voix négatives qui remettent en question votre valeur personnelle en tant que coureur.

Qu’est-ce que le syndrome de l’imposteur et comment peut-il saboter votre course ?

En 1978, les psychologues Pauline Clance et Suzanne Imes ont publié un article intitulé « Imposter syndrome in high achieving women : Dynamique et intervention thérapeutique ». Elles y définissent le « phénomène de l’imposteur » comme « l’expérience interne de l’imposture intellectuelle ». La personne souffrant du syndrome de l’imposteur attribue généralement tout succès à des circonstances extérieures. Elle a le sentiment de ne pas être très douée et craint que ses pairs ne s’en aperçoivent rapidement. Elle craint que ses insuffisances perçues ne soient bientôt révélées.

Supposons que vous souffriez du syndrome de l’imposteur en tant que coureur. Dans ce cas, vous pourriez avoir une excellente saison d’entraînement avant une course, avec tous les marqueurs objectifs indiquant que vous les avez atteints à l’entraînement, et pourtant vous aborderez la course en doutant de vous-même, croyant que vous n’êtes en fait pas si bon que cela.

A lire aussi :  Développer une confiance en soi inébranlable grâce à la course à pied

En conséquence, vous risquez de vous retenir plus que nécessaire, et donc de ne pas révéler votre véritable potentiel lors de la course. Vous pouvez aussi vous saboter inconsciemment avant une course en buvant un peu trop la veille ou en mangeant des aliments qui ne vous conviennent pas.

photo d'un homme courant en plein air

Vous pouvez même décider à la dernière minute de ne pas vous présenter sur la ligne de départ parce que vous avez peur que tout le monde voie à quel point vous êtes un mauvais coureur. Non pas que je parle d’expérience ou quoi que ce soit d’autre.

Ne pas gérer efficacement le syndrome de l’imposteur peut freiner votre développement en tant que coureur. Vous aurez du mal à surmonter les défis et les obstacles parce que vous considérez toute adversité comme une preuve de vos lacunes. Vous avez peur d’explorer les limites de votre potentiel et d’élargir votre zone de confort. Vous évitez de vous inscrire à des événements que vous aimeriez faire mais qui vous mettraient à l’épreuve d’une manière nouvelle. En bref, vous entravez votre capacité à apprendre et à progresser en tant que coureur.

Alors, comment faire taire ce diable d’imposteur assis sur votre épaule ? Essayez les stratégies décrites ci-dessous et développez votre véritable potentiel en tant que coureur.

Appropriez-vous vos succès et célébrez vos victoires

J’apprécie l’humilité et je me considère comme une personne très humble. Cependant, la frontière est mince entre l’humilité et la minimisation de ses succès. Si vous avez l’habitude d’attribuer vos succès à la chance ou à des influences extérieures, comme la faiblesse de vos concurrents, vous devez célébrer vos victoires. Aussi petites ou insignifiantes qu’elles puissent vous paraître.

Vous venez de terminer un semi-marathon ? Célébrez-la, quel que soit le temps qu’il vous a fallu pour la terminer.

Avez-vous réussi à ne pas boire d’alcool pendant la semaine ? Félicitez-vous de votre réussite.

Vous avez terminé votre premier ultramarathon ? Félicitez-vous chaleureusement.

Apprenez à séparer vos pensées des faits

Apprendre à séparer mes pensées subjectives des faits objectifs a été une partie essentielle de mon parcours de guérison d’une grave anxiété sociale. Lorsque vous comprenez que les opinions que vous vous forgez dans votre tête ne sont pas des faits, vous ouvrez un monde de possibilités.

Vous cessez de vous limiter malgré la voix négative dans votre tête qui vous dit que vous ne pouvez pas. Vous allez de l’avant et relevez de nouveaux défis, même si le critique intérieur vous crie que vous n’êtes pas et ne serez jamais assez bon pour atteindre les objectifs que vous rêvez de réaliser.

Chaque fois que vous vous surprenez à entrer dans une spirale de pensées négatives, à vous critiquer, à vous rabaisser ou à parler de vous-même de manière négative, arrêtez-vous un instant, respirez profondément et dites-vous : « Ce ne sont que des pensées, ce n’est pas la réalité« .

Il se peut que vous vous sentiez ridicule au début et que vous soyez mal à l’aise, mais c’est avec la pratique que l’on apprend. Plus vous vous entraînerez à séparer vos pensées autocritiques des faits, plus cela deviendra facile.

homme en débardeur jaune et short noir courant dans la rue

Faites une pause dans les réseaux sociaux

Ce qui était autrefois la salle de sport ou la piste de course locale est aujourd’hui un réseau social : un endroit où l’on se compare aux autres.

A lire aussi :  10 compétences professionnelles clés développées par le running (soft skills)

Malgré ce que les pseudo-mèmes philosophiques tentent de vous faire croire, se comparer aux autres n’est pas intrinsèquement mauvais. En fait, c’est dans la nature humaine. Elle a de nombreux avantages, comme celui de vous montrer ce qui est possible et d’attiser votre soif d’une meilleure vie ou d’une meilleure situation professionnelle.

Les problèmes surviennent lorsque vous attachez de l’importance à ce que les réalisations et la vie des autres signifient pour vous. Lorsque vous fréquentez trop les réseaux sociaux, vous pouvez commencer à perdre de vue ce que vous avez de bon dans votre vie et les succès que vous avez déjà remportés.

L’un des problèmes des médias sociaux est que vous ne voyez que ce que la personne qui possède le compte veut bien vous montrer. De plus, vous êtes en mesure de vous comparer au monde entier. Il est facile de se laisser submerger par le grand nombre de comparaisons que l’on peut faire.

Essayez de limiter le temps que vous y consacrez et soyez attentif lorsque vous allez sur Facebook ou Instagram. Faites des pauses régulières de plusieurs jours d’affilée, pendant lesquelles vous ne passez pas du tout de temps sur les médias sociaux.

Créer un alter ego de course à pied

Comme mentionné dans cet article, un alter ego de course est un personnage que vous imaginez spécifiquement pour votre pratique de la course à pied. Essentiellement, vous créez un rôle que vous jouez lorsque vous vous engagez sur les sentiers, la route ou la piste (ou tout autre endroit où vous préférez courir).

La création d’un personnage vous aide à ne pas déconnecter votre sentiment de valeur personnelle de vos performances en course à pied. Si vous êtes une personne très timide et que vous avez tendance à donner la priorité aux autres, la création d’un alter ego de course peut vous aider à être plus courageux et plus sûr de vous pendant une course.

Pour commencer, prenez une feuille de papier ou ouvrez votre logiciel de traitement de texte préféré et décrivez les caractéristiques de votre alter ego idéal.

Comment vous décririez-vous si vous pouviez, d’un coup de baguette magique, devenir le coureur que vous souhaitez être ? Comment aborderiez-vous votre entraînement ? Comment agiriez-vous pendant une course lorsque vous êtes aux prises avec un point de côté ou une ampoule ? Comment réagiriez-vous lorsqu’un concurrent vous dépasse ?

Essayez ensuite de vivre ce personnage pendant votre entraînement et votre course. Cela peut sembler stupide au début, mais essayez de mettre en œuvre le concept d’alter ego dans votre vie et observez comment votre course se transforme.

A lire aussi :  Préparation mentale : 5 techniques pour développer la force cognitive et la force mentale

femme en chemise blanche et leggings en train de courir

Rejoignez des groupes de course à pied composés d’athlètes de différents niveaux

Si vous vous entourez constamment de personnes ayant les mêmes capacités, il est facile de rester bloqué. De même, il est facile de se croire nul en tant que coureur lorsque tous les membres de votre groupe de course semblent être plus rapides que vous.

En revanche, si tous les coureurs de votre groupe local sont des débutants et que vous savez que vous pouvez les dépasser facilement, votre imposteur aura du mal à vous convaincre que vous n’êtes pas si bon que cela. Il vous dira : « Tu peux seulement dépasser ces gens parce qu’ils sont complètement débutants. Attends le jour de la course, et tout le monde verra à quel point tu es nul ».

La meilleure façon d’éviter ces deux scénarios est, bien sûr, de rejoindre un groupe de coureurs réunissant des personnes de niveaux différents. Ou de courir avec différentes personnes à différents moments. Vous serez ainsi conscient qu’il y aura toujours de meilleurs coureurs que vous et des personnes qui ne courront pas aussi vite que vous.

De même, vous aurez des compétences que les autres vous envieront. En réalité, vous n’êtes ni supérieur ni inférieur à qui que ce soit. Comme le disait Maxwell Maltz, « vous êtes vous, c’est tout ».

C’est vrai pour la course à pied et pour tout autre domaine de votre vie où vous pourriez être confronté au syndrome de l’imposteur. Si vous avez vous aussi ce petit diable d’imposteur assis sur votre épaule, mettez en œuvre les stratégies décrites dans cet article et, avec le temps, ses cris ne seront plus que de petits chuchotements, et vous saurez comment les écarter avec un sourire.

Nicolas Fondateur de Athlé expliqué

Qui est Nicolas ?

Lillois. 30 ans et 10 ans de pratique de la course à pied. Après avoir conseillé mes amis débutants, j’ai eu l’idée de créer un blog. En 2022, Athlé Expliqué a vu le jour pour vous apporter des réponses en vous donnant des conseils basés sur mes propres expériences.

Ce contenu vous a plu ? Il existe un moyen simple et symbolique pour m’encourager : offrez-moi un café. Cela me permettra de couvrir en partie les frais liés à la maintenance du site et le temps passé sur la rédaction des articles. Bien sûr, il y a des publicités sur Athlé Expliqué, mais pour le moment, ce n’est pas suffisant. Qui sait, un jour, je pourrai les enlever !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x