Accueil » Conseils » Les fondamentaux » 9 conseils pour courir seule quand on est une femme pour être en sécurité
9 conseils pour courir seule quand on est une femme pour être en sécurité

9 conseils pour courir seule quand on est une femme pour être en sécurité

4 minutes de lecture

Nombreuses sont les coureuses à avoir peur d’aller courir seules. C’est légitime, partir faire du running ou du trail en solo quand on est une femme, n’est pas sans risques. Alors les filles, voici quelques conseils pour courir et consignes de sécurité à respecter pour limiter les risques d’agressions ou d’accidents.

Prévenir un proche avant de partir pour sa séance running en solo

Un petit SMS envoyé à sa moitié ou à un ami, ça ne prend que quelques secondes ! Indique dans quel secteur tu pars courir et l’heure pour laquelle tu devrais être de retour. Une fois rentrée à la maison, n’oublie pas de signifier à ton ami(e) que tu es bien rentré.

 Privilégier les runs en plein jour

C’est vrai, on ne choisit pas toujours son emploi du temps. Il n’est pas rare, faute de temps, de se retrouver baskets aux pieds une fois la nuit tombée. Courir dans le noir n’est pas le moment de la journée le mieux indiqué pour faire sa séance running seule.

Privilégie, les runs le matin ou dans l’après-midi. Si tu n’as pas d’autres choix, aide-toi des conseils suivants.

A lire aussi :  Top 9 des meilleurs marathons au Royaume-Uni

Voir et être vue

Lorsque ta sortie se déroule en nocturne, opte pour un équipement pourvu de bandes réfléchissantes afin d’être visible des automobilistes. Et n’oublie pas ta lampe frontale pour avoir une visibilité suffisante de ton environnement.

Même en plein jour, porter une tenue running qui se voit de loin est conseillé. Idéal, les vêtements de sport flashys, fluos ou de couleurs vives, bien plus voyants que les traditionnels shorts, leggings ou tee-shirts noirs. En cas d’appel au secours, tu seras bien plus visible.

Bien choisir son parcours

Une femme court seule la nuit dans une rue

Essaye d’élaborer un “itinéraire solo-compatible”. Un parcours qui exclut les quartiers qui craignent, isolés, les lieux peu ou mal fréquentés. Pour s’assurer une relative sécurité pour courir seule, il convient de s’aventurer dans des endroits fréquentés comme les centre-villes ou encore les parcs où les joggeurs s’y trouvent nombreux. En général, les runners s’y font un petit bonjour quand ils se croisent.

En fin de journée ou l’hiver, lorsque la nuit tombe vite, choisis des rues et secteurs bien éclairés.

Changer d’itinéraire et d’horaire de sortie

Évite de te faire repérer par un éventuel agresseur ou prédateur.

On aime se cantonner à ses parcours préférés, se créer une routine de sorties. Mais dans l’idéal, il est préférable de varier les itinéraires. Modifie tes parcours, les horaires et jours où tu as l’habitude d’aller faire du footing seule. L’avantage, c’est que tu éviteras de te lasser de tes circuits habituels et que tu pourras découvrir de nouveaux terrains de course à pied.

A lire aussi :  Protocole "Sleep Low, Train Low, Train High" : Game-changer ?

Se fier à son instinct et garder confiance en soi

Au cours d’une sortie en solo, n’hésite pas à faire demi-tour si tu aperçois une personne ou rencontre une situation qui ne t’inspire pas confiance. Mieux vaut se fier à son intuition ! Si malgré tout, tu venais à croiser un individu “chelou”, fais preuve d’assurance, mais reste aux aguets.

Emporter son smartphone avec soi

Le téléphone glissé dans un brassard sport ou dans une ceinture running, c’est l’assurance de pouvoir communiquer illico presto avec tes proches en cas de mauvaise rencontre ou pépin physique.

Certaines applications de running comme Strava permettent de te géolocaliser et/ou d’alerter tes contacts.

Attention à la musique en courant seule

Il y a celles qui ne peuvent s’empêcher d’écouter de la musique en courant et celles qui ne supportent pas le port d’un casque de sport pour faire du running. Si tu appartiens aux inconditionnelles de la CAP en musique, veille à ne pas pousser le son trop fort lors d’une session running en solitaire. Mieux vaut pouvoir entendre ce qui se passe autour de soi et prévenir tout danger. Si vraiment, tu souhaites courir en musique, je te conseille de te tourner vers les casques à conduction osseuse qui laisse l’oreille libre pour entendre les bruits alentours.

S’équiper d’une alarme personnelle de défense

En plus ou à défaut de téléphone portable, on peut emporter avec soi des dispositifs dissuasifs. Par exemple, un banal sifflet peut mettre en fuite un agresseur. Pour info, il y en a souvent sur les sacs de trail. À savoir, il existe aussi des alarmes personnelles de défense qui coûtent moins de 15 €. Celles-ci se déclenchent en une seconde et émettent un son de 120 décibels.

Nicolas Fondateur de Athlé expliqué

Qui est Nicolas ?

Lillois. 30 ans et 10 ans de pratique de la course à pied. Après avoir conseillé mes amis débutants, j’ai eu l’idée de créer un blog. En 2022, Athlé Expliqué a vu le jour pour vous apporter des réponses en vous donnant des conseils basés sur mes propres expériences.

Ce contenu vous a plu ? Il existe un moyen simple et symbolique pour m’encourager : offrez-moi un café. Cela me permettra de couvrir en partie les frais liés à la maintenance du site et le temps passé sur la rédaction des articles. Bien sûr, il y a des publicités sur Athlé Expliqué, mais pour le moment, ce n’est pas suffisant. Qui sait, un jour, je pourrai les enlever !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x