Accueil » Conseils » Les bases » Terminologie des chaussures de running : 24 termes que tout coureur doit connaître
Terminologie des chaussures de running : 24 termes que tout coureur doit connaître

Terminologie des chaussures de running : 24 termes que tout coureur doit connaître

12 minutes de lecture

La course à pied est un sport simple à bien des égards. Nous apprenons à courir dès l’enfance et l’activité proprement dite ne nécessite que très peu d’équipement, à l’exception d’une bonne paire de chaussures de running (à moins que vous n’optiez pour la course pieds nus !).

C’est peut-être parce qu’il n’y a pas besoin de beaucoup d’autres équipements ou parce que le confort, l’ajustement et le type de chaussures de running que vous portez peuvent avoir un impact significatif sur la façon dont vous vous sentez pendant que vous courez, mais les coureurs ont tendance à adorer leurs chaussures de running.

Obtenir la bonne paire de chaussures de running et suivre les dernières innovations en matière de technologie des chaussures de running est une quête toujours intéressante pour de nombreux coureurs de compétition et de loisir.

Cependant, pour les débutants, l’apprentissage des chaussures de running et de la manière de choisir des chaussures de running adaptées à des allures spécifiques est souvent un défi déroutant et accablant en raison de la quantité importante de terminologie spécialisée dans les chaussures de running.

Ce jargon peut constituer un obstacle à l’achat des bonnes chaussures, car vous devez avoir une connaissance pratique de la terminologie relative aux chaussures de running pour comprendre les caractéristiques et les propriétés de chaque chaussure.

Dans cet article, nous avons élaboré un glossaire de la terminologie des chaussures de running pour aider les débutants et les coureurs expérimentés à comprendre les différentes parties, caractéristiques et termes utilisés pour décrire les chaussures de running.

C’est parti !

Terminologie des chaussures de running : 24 termes que tout coureur doit connaître

Terminologie de la chaussure de running que tout coureur devrait connaître

Fibre de carbone

Les chaussures de running en fibre de carbone sont des chaussures de running dotées d’une fine plaque de fibre de carbone intégrée à la semelle intermédiaire de la chaussure de running.

La plaque de fibre de carbone est entourée de mousse EVA, qui est censée augmenter le retour d’énergie.

Tour de cheville

Le tour de cheville d’une chaussure de running est la partie qui se trouve autour de votre cheville, dans la partie supérieure, le long de l’arrière de la chaussure.

Si vous observez attentivement le tour de cheville, vous constaterez qu’elle est asymétrique. Cela s’explique par le fait que l’os malléole situé à l’extérieur de la cheville est plus bas que celui situé à l’intérieur.

Le tour de cheville doit être assez bien ajusté pour qu’il n’y ait pas trop de frottements de haut en bas sur votre peau lorsque vous courez. Cela peut créer des ampoules.

Terminologie des chaussures de running : 24 termes que tout coureur doit connaître

Œillets

Les œillets sont les trous par lesquels les lacets sont enfilés.

Renforts d’oeillets

Les œillets des chaussures de running sont généralement en plastique, bien qu’ils puissent être en métal dans les bottes et autres types de chaussures.

A lire aussi :  Comment respirer en courant + 5 conseils pour respirer sans effort

Il s’agit des éléments de renforcement autour des œillets (trous) par lesquels les lacets sont enfilés. Ils maintiennent les lacets en place et empêchent les chaussures de se déchirer davantage.

Cambrure

La plupart des coureurs qui connaissent assez bien la technologie et la construction des chaussures de running ne sont pas familiers avec la cambrure, qui permet un renforcement entre le talon et l’avant-pied.

La fonction de la cambrure est de maintenir le pied sur sa longueur en fournissant une rigidité en torsion, afin que la chaussure ne se torde pas le long de son axe longitudinal lorsque vous courez sur un sol accidenté.

La torsion peut augmenter le risque de genou du coureur ou de syndrome de l’essuie glace, entre autres blessures.

Terminologie des chaussures de running : 24 termes que tout coureur doit connaître

Contrefort du talon

Le contrefort du talon est la partie de la chaussure de running située à l’arrière du talon, près du tendon d’Achille. Il soutient le talon pour que le pied reste bien en place dans la chaussure pendant la course.

Le contrefort du talon doit bercer le talon sans le comprimer.

Si vous avez une pronation excessive, l’achat d’une chaussure de running de stabilité ou d’une chaussure à contrôle de mouvement vous donnera un contrefort de talon plus ferme qui s’étend également plus profondément dans la chaussure vers la semelle intérieure pour saisir et contrôler votre talon lors du contact initial afin d’éviter une pronation excessive.

Le drop entre le talon et les orteils

Le drop entre le talon et les orteils correspond à la différence de hauteur entre la semelle et l’avant-pied de la chaussure.

La plupart des chaussures de running conventionnelles ont un drop de 8 à 13 mm entre le talon et la pointe, car un matériau amortissant supplémentaire est ajouté sous le talon pour atténuer les forces d’impact, étant donné que la majorité des coureurs ont une attaque talon.

Toutefois, un grand nombre de coureurs et d’entraîneurs sont favorables à des chaussures de running à faible drop ou à drop nul.

Ces types de chaussures de running pieds nus et minimalistes, comme les chaussures Altras et Vibram pieds nus, sont censées favoriser une foulée et une démarche de course plus naturelles et ont tendance à encourager la foulée médio-pied, qui est la façon dont le pied est « conçu » pour atterrir.

Terminologie des chaussures de running : 24 termes que tout coureur doit connaître

Chaussures maximalistes

Les chaussures maximalistes, telles que les chaussures Hoka One One, sont dotées d’un amorti supplémentaire, d’une semelle intermédiaire et d’une semelle extérieure épaisses.

Tige médiale

La tige médiale est un morceau de mousse dur qui se trouve sur la face intérieure de la chaussure et qui s’étend du talon à la semelle intermédiaire pour soutenir la voûte plantaire et prévenir la surpronation.

Semelle intermédiaire

La semelle intermédiaire est la couche située entre la semelle intérieure et la semelle extérieure, qui relie la tige à la semelle extérieure.

Elle est généralement constituée d’un type de mousse EVA ou d’un autre matériau permettant d’amortir et d’atténuer les chocs. Les chaussures de running amortissantes ont une semelle intermédiaire plus épaisse, tandis que les chaussures de running minimalistes ont une semelle intermédiaire très fine.

Terminologie des chaussures de running : 24 termes que tout coureur doit connaître

Chaussures minimalistes

Les chaussures minimalistes sont des chaussures de running légères avec très peu d’amorti pour une foulée plus naturelle.

A lire aussi :  Comment bien lacer ses chaussures de running ?

Chaussures à contrôle de mouvement

Les chaussures de running à contrôle de mouvement sont conçues pour les coureurs qui ont besoin d’un contrôle maximal de la surpronation, avec des éléments supplémentaires pour soutenir la voûte plantaire et contrôler l’enroulement du pied vers l’intérieur.

Chaussures neutres

Les chaussures de running neutres sont dépourvues de tout élément stabilisateur et visent simplement à offrir la flexibilité nécessaire à une transition en douceur entre le talon et les orteils, ainsi que la liberté de suivre votre schéma d’attaque naturel de la manière la plus libre possible.

Lacets

C’est une évidence. Les lacets sont utilisés pour serrer et fixer la chaussure de running à votre pied.

Il existe différents modèles de lacets de chaussures de sport, et certaines chaussures de sport ont des lacets rapides, qui sont fabriqués à partir d’un matériau élastique qui peut être rapidement fermé pour les serrer au lieu d’avoir besoin d’être attaché.

Terminologie des chaussures de running : 24 termes que tout coureur doit connaître

Forme

La forme est essentiellement la forme de l’assise plantaire sur laquelle est construite la tige de la chaussure.

Elle est fabriquée à l’aide d’un moule en plastique destiné à imiter le pied humain.

Bien entendu, comme nous avons tous des formes de pieds légèrement différentes, une marque de chaussures de running peut vous convenir mieux qu’une autre, et cela est largement dû à la conception et à la forme de la forme de la chaussure (boîte à orteils large, milieu du pied étroit, orteils effilés ou plus carrés, etc.)

Semelle extérieure

La semelle extérieure est la surface inférieure de la chaussure qui entre en contact avec la chaussée, le tapis roulant, la piste ou d’autres terrains lorsque vous courez.

La fonction principale de la semelle extérieure est de fournir une traction pour éviter de glisser pendant que vous courez. Selon le type de chaussure de running, les semelles extérieures auront un motif différent.

Par exemple, les chaussures de trail ont généralement des crampons plus agressifs pour offrir une meilleure adhérence sur les surfaces irrégulières, tandis qu’une chaussure de running sur route ou une chaussure de piste sera plus lisse pour réduire le poids et les frottements inutiles.

La semelle extérieure doit être fabriquée en caoutchouc durable pour que la chaussure tienne le coup pendant de nombreux kilomètres.

Terminologie des chaussures de running : 24 termes que tout coureur doit connaître

Renforts

Les renforts d’une chaussure de running sont des éléments décoratifs ou parfois de renforcement, qui sont cousus dans la tige de la chaussure.

Par exemple, les logos Adidas à trois bandes ou le matériau supplémentaire autour du médio-pied qui s’insère dans les lacets pour fournir un soutien supplémentaire de la voûte plantaire.

Selle

La plupart des chaussures de running sont dotées d’une selle, c’est-à-dire d’un filet renforcé autour du milieu du pied qui se resserre lorsque vous lacez la chaussure pour soutenir votre voûte plantaire.

Chaussures de stabilité

Les chaussures de running de stabilité aident à contrôler la pronation (enroulement du pied vers l’intérieur par rapport à l’articulation de la cheville) au moment de l’attaque du talon en soutenant la voûte plantaire médio-latérale.

Ce soutien est assuré par des rails de guidage le long de la partie du talon de la chaussure de running, un contrefort de talon plus rigide et un affichage le long de la surface médiane et de la semelle, qui fournit une structure empêchant le pied de s’affaisser vers l’intérieur.

A lire aussi :  Qu'est-ce que la puissance en course à pied ? + Comment améliorer la vôtre pour mieux courir ?

Terminologie des chaussures de running : 24 termes que tout coureur doit connaître

Boîte à orteils

La boîte à orteils est la zone de la chaussure où se trouvent les orteils et la plante du pied.

Elle doit être suffisamment large pour permettre l’évasement naturel du pied, c’est-à-dire l’aplatissement et l’élargissement du pied lorsque vous portez du poids.

Languette

La languette est la partie de la tige qui se trouve sur le dessus du pied, sous les lacets.

Semelle

Les semelles sont les éléments en caoutchouc situés sur la partie la plus basse de la semelle extérieure de la chaussure, qui entrent en contact avec le sol lorsque vous courez.

Elles assurent l’adhérence et un certain amorti, en fonction de l’épaisseur du caoutchouc utilisé.

Le créateur des chaussures Nike, Bill Bowerman, a notoirement construit les premières semelles de chaussures de running à l’aide d’un gaufrier, donnant à chacune d’elles le motif carré en relief caractéristique que l’on associe souvent aux semelles de chaussures de running.

Terminologie des chaussures de running : 24 termes que tout coureur doit connaître

Tige

L’une des entrées les plus importantes du glossaire terminologique des chaussures de running à connaître est la tige. Il s’agit de la partie supérieure de la chaussure de running qui entoure votre pied.

Elle est généralement constituée d’une sorte de maille tricotée pour être respirante, avec des zones de mousse plus denses pour fournir une certaine forme et un certain soutien. La tige de la chaussure de running est étirée sur la forme lors de la création de la chaussure et donne à la chaussure sa forme de pied pour envelopper votre pied.

Empeigne

L’empeigne est la partie de la tige qui entoure la boîte à orteils. Elle ne doit pas être trop serrée autour de votre pied au point de vous empêcher de bouger les orteils, mais si vous pincez l’excédent de matière, c’est que l’empeigne est trop lâche.

J’espère que ce guide des termes relatifs aux chaussures de running vous aidera à comprendre le charabia que vous débite le vendeur du rayon course à pied lorsque vous vous rendez au magasin pour acheter votre première (ou prochaine) paire de chaussures de running.

Nicolas Fondateur de Athlé expliqué

Qui est Nicolas ?

Lillois. 30 ans et 10 ans de pratique de la course à pied. Après avoir conseillé mes amis débutants, j’ai eu l’idée de créer un blog. En 2022, Athlé Expliqué a vu le jour pour vous apporter des réponses en vous donnant des conseils basés sur mes propres expériences.

Ce contenu vous a plu ? Il existe un moyen simple et symbolique pour m’encourager : offrez-moi un café. Cela me permettra de couvrir en partie les frais liés à la maintenance du site et le temps passé sur la rédaction des articles. Bien sûr, il y a des publicités sur Athlé Expliqué, mais pour le moment, ce n’est pas suffisant. Qui sait, un jour, je pourrai les enlever !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x